France : remise du rapport Claeys-Leonetti sur la fin de vie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Sédation

Actualités - France France

Publié le : 16/12/2014

Ce vendredi 12 décembre, les députés Alain Claeys et Jean Leonetti ont remis au Président François Hollande leur rapport sur la fin de vie, au terme de plus de deux ans de travail, ainsi qu'une proposition de loi appelée à être débattue à l'Assemblée nationale dès janvier 2015.
Deux points importants sont à retenir de ce rapport et de la proposition de loi qui l'accompagne. D'une part, les deux élus préconisent d'autoriser, à la demande du patient, la mise en oeuvre d'une sédation profonde et continue jusqu'à la mort. Deux cas de figure sont considérés. Le premier concerne les malades conscients, atteints de douleurs  incurables et dont le pronostic vital est engagé à court terme. Dès lors que la sédation a pour objectif premier de soulager les douleurs dans le cadre d'un arrêt de soins disproportionnés, cette possibilité semble légitime. Tout autre est le deuxième cas de figure, qui prévoit la même possibilité pour des patients atteints d'une affection grave et incurable, et dont la décision d'arrêt de traitement engage le pronostic vital à court terme. En effet, sachant que la proposition de loi établit également que l'alimentation et l'hydratation artificielle doivent toujours être considérées comme des traitements, cette possibilité semble ouvrir la voie à la mise en place d'une sédation terminale pour des patients lourdement handicapés ou en état végétatif, qui ne sont pas en mesure de s'alimenter par voie naturelle. Et s'apparente davantage au suicide assisté. Le risque est donc grand que cette sédation en phase terminale se transforme en euthanasie déguisée, si la sédation a pour unique objet de provoquer rapidement la mort.

Une autre évolution de la loi Leonetti préconisée par le rapport concerne le caractère contraignant que pourraient prendre les directives anticipées, sorte de « testament » médical qui permet à chacun d'exprimer à l'avance son opposition à tout acharnement thérapeutique. Selon les termes actuels de la loi, les équipes médicales doivent aujourd'hui « tenir compte » de ces directives lorsqu'elles existent. Alain Claeys et Jean Leonetti jugent que les directives anticipées devraient dans l'avenir s'imposer aux praticiens.

Enfin, ce rapport fait une nouvelle fois le constat du manque d'accès aux soins palliatifs et de la place insuffisante qui leur est réservée dans la formation des soignants, et préconise la mise en place d'un plan ambitieux de développement de ces soins.

 


Articles similaires

France : une campagne d’information qui banalise la sédation en phase terminale ?

- Sédation

Faisant suite à une première campagne sur le thème du dialogue patients-professionnels de la santé, le Ministère de la Santé français vient de lancer une nouvelle initiative en vue de sensibiliser le grand public sur les enjeux de la fin de vie. L'objectif est de clarifier les changements législatifs entrés en vigueur depuis un an, et de faire connaître à chacun ses droits en matière de fin de vie.

La plupart des Français ignorent en effet largement le cadre légal de la fin de vie et les mesu...

Lire la suite

France : la loi fin de vie votée après des débats houleux

- Sédation

Ce mercredi 27 janvier 2016, l'Assemblée nationale et le Sénat français ont tous deux voté le texte de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, établi par la Commission Mixte Paritaire le 19 janvier dernier.
Depuis près d'un an, la proposition de loi « Claeys-Leonetti », du nom de ses rapporteurs, est soumise à de vives controverses et les parlementaires ont eu beaucoup de mal à trouver un accord sur un texte définitif.
Après plusieu...

Lire la suite

France : clause de conscience en matière de recherche

France : clause de conscience en matière de recherche

- Clauses de conscience

Jusqu'il y a peu en France, le droit de la santé ne retenait que deux clauses de conscience. La première visant l' « interruption volontaire de grossesse » (art. L. 2212-8 CSP) et l' « interruption de grossesse pour motif médical » (art. L. 2213-2 CSP), la seconde concernant la « stérilisation à visée contraceptive » par ligature des trompes ou des canaux déférents (art. L. 2123-1 CSP).

L'adoption par le Parlement d'une troisième clause de conscience en matière de recherche sur l'embryon revê...

Lire la suite