Pays-Bas : la pratique de la sédation en hausse constante

Publié le : Thématique : Fin de vie / Sédation Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

En 2016, plus de 20% des personnes décédées à domicile aux Pays-Bas n'étaient pas conscientes au moment de leur mort. En effet, 32.500 personnes se sont vu administrer une sédation chez elles, ce qui constitue une augmentation de 14.000 personnes en 5 ans. Ces chiffres ont été communiqués par la SFK (Fondation pour les statistiques pharmaceutiques), et se basent sur la délivrance des substances par les pharmacies et principalement du Midazolam, produit recommandé pour les sédations par les directives de la Société royale de Médecine des Pays-Bas (KNMG). Les officines publiques ont délivré 61.000 fois des produits sédatifs (du Midazolam dans 58.000 cas). 

Les directives de la KNMG rappellent que la sédation est un acte médical qui ne peut être pratiqué qu'en toute dernière phase de la vie du patient, lorsque tous les autres moyens ont été épuisés et que certains symptômes réfractaires persistent malgré les moyens mis en oeuvre pour soulager la douleur. De plus, la sédation n'est indiquée que si le médecin évalue l'espérance de vie du patient à moins de 2 semaines. La sédation palliative, rappelle la KNMG, n'a pas pour but d'écourter la vie du patient. Elle se différencie ainsi totalement de l'euthanasie.

Selon les cas étudiés par la SFK, la moyenne d'âge des personnes décédées après sédation s'élève pour 2016 à 76 ans.

 Source : Pharmaceutisch Weekblad , SFK (Stichting Farmaceutische Kengetallen)


Articles similaires

Royaume-Uni :  enquête parlementaire et arrêt de la sédation terminale

Royaume-Uni : enquête parlementaire et arrêt de la sédation terminale

- Sédation

Le protocole de « fin de vie » connu sous le nom de Liverpool Care Pathway (LCP), reposant sur la sédation « terminale » ou « palliative » devrait être abandonné d'ici à l'automne, aux termes d'une enquête parlementaire qui a mis en évidence les abus liés à la procédure. Le  LCP prévoit notamment le retrait de l'alimentation et de l'hydratation couplée à une sédation profonde continue si cela est jugé conforme aux « meilleurs intérêts » du patient souffrant d'une maladie incurable.
Dans les fa...

Lire la suite

Sédation en phase terminale, une euthanasie déguisée ? Nouvelle FICHE didactique.

Sédation en phase terminale, une euthanasie déguisée ? Nouvelle FICHE didactique.

- Sédation

La sédation en phase terminale, une euthanasie déguisée ?
L'alimentation et l'hydratation 'artificielles', soins ou traitements?
Des soins palliatifs aux soins palliatifs intégraux ?

Force est de constater que le  débat autour des questions liées à la fin de vie n'est pas seulement un débat éthique. Il est aussi un débat sémantique.
Ces questions  sont tellement  délicates - touchant à un interdit fondamental de nos états de droit et aux fondements même de la  mission du corps médical- qu'il ...

Lire la suite

La sédation palliative : analyse éthique pour dissiper la confusion

La sédation palliative : analyse éthique pour dissiper la confusion

- Sédation

La législation belge au sujet de la fin de vie offre le droit aux patients de recourir aux soins palliatifs, parmi lesquels la sédation palliative transitoire ou intermittente et la sédation palliative continue jusqu'au décès. Ces actes médicaux ont pour but de soulager les patients en fin de vie dont les symptômes ne sont plus contrôlables autrement, sans que leur vie ne soit abrégée intentionnellement.

Parler de la sédation est nécessaire pour que les patients et leurs proches, mais aussi l...

Lire la suite