Fin de vie > Euthanasie et suicide assisté

Au Canada, l'euthanasie toujours plus acceptée comme "option de fin de vie"

Canada - Au Canada, l'euthanasie toujours plus acceptée comme "option de fin de vie"

Depuis sa légalisation au Canada en 2016, l'euthanasie y connaît chaque année une forte augmentation et a concerné 7 595 personnes en 2020, soit 34% de plus que l'année précédente. Qualifiée « d'aide médicale à mourir » par la loi et l'administration canadiennes, cette « prestation » est assumée par un nombre croissant de médecins et d'infirmières (+18% depuis 2019), qui s'efforcent de répondre à la demande en hausse des citoyens. Selon le rapport du ministère de la santé, « une plus grande sensibilisation et une meilleure acceptation par les Canadiens de l'aide médicale à mourir comme option de fin de vie sont probablement des facteurs qui contribuent à cette croissance constante des demandes et des cas d'aide médicale à mourir." 

Ces 7 595 euthanasies représentent 2,5% des décès enregistrés dans le pays en 2020. Ce taux varie selon les provinces : en Colombie-Britannique, il grimpait à 4% des décès, et à 3% au Québec.

On observe par ailleurs une forte augmentation des euthanasies...

Lire la suite 


Belgique : l’euthanasie des nouveau-nés pratiquée hors la loi

Belgique - Belgique : l’euthanasie des nouveau-nés pratiquée hors la loi

Une récente étude a mis au grand jour la pratique d'euthanasies délibérées sur des nouveau-nés pour qui le corps médical estimait qu'il n'y avait « aucun espoir d'un avenir supportable ». Ces pratiques concernaient 10% des nouveau-nés (0-1 an) décédés en Flandre, entre septembre 2016 et décembre 2017, soit 24 bébés.

Cette pratique est illégale en Belgique et pourtant, aucune autorité ne semble s'en offusquer. La loi n'autorise l'euthanasie d'un mineur que s'il est capable de discernement et conscient au moment de sa demande d'euthanasie.

Dans sa thèse ayant servi de base pour l'étude en question, Laure Dombrecht, chercheuse à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), fait mention d'une étude comparable effectuée en 1999-2000. La proportion d'euthanasies de nouveau-nés par injection de substances mortelles est passée de 7 à 10% depuis cette précédente enquête.

L'étude distingue, parmi ce qu'elle nomme les « décisions médicales de fin de vie » qui ont concerné 61% de ces bébés, d'une p...

Lire la suite 


Nouvelle loi espagnole sur l'euthanasie contestée devant la Cour Constitutionnelle à quelques jours de son entrée en vigueur

Espagne - Nouvelle loi espagnole sur l'euthanasie contestée devant la Cour Constitutionnelle à quelques jours de son entrée en vigueur

Le vendredi 25 juin est la date prévue pour l'entrée en vigueur de la nouvelle loi espagnole sur l'euthanasie, exactement trois mois après son approbation et publication au Journal Officiel Espagnol (Boletín Oficial del Estado). Avec cette loi (Ley Orgánica 3/2021), l'Espagne devient le huitième pays au monde à légaliser le suicide assisté et l'euthanasie active, après les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, le Canada, la Colombie, la Nouvelle-Zélande et certains états d'Australie.  

La loi reconnaît un nouveau droit, le droit à l'euthanasie, qui, selon la loi, consiste à la mort d'une personne provoquée de manière directe et intentionnelle après la demande informée, explicite et répétée de cette personne, dans un contexte de souffrance causée par une maladie incurable et que la personne conçoit comme intolérable. Le texte de loi tente de fonder ce nouveau droit sur d'autres droits constitutionnels, tels que le droit à la vie, le droit à l'intégrité physique, le droit à la dignité...

Lire la suite 


Belgique : les médecins plus réticents à pratiquer l’euthanasie

Belgique - Belgique : les médecins plus réticents à pratiquer l’euthanasie

Les médecins formés à la pratique et au conseil en matière d'euthanasie manifestent davantage de réticence qu'auparavant, en particulier par rapport à l'euthanasie de patients psychiatriques et aux euthanasies pratiquées sans l'accord de la famille. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé auprès de plus de 180 médecins ayant suivi la formation LEIF (LevensEinde InformatieForum), un cursus destiné aux médecins souhaitant se former en matière de fin de vie et d'euthanasie.

L'affaire Tine Nys semble avoir joué un rôle déterminant dans cette évolution. Pour rappel, ce cas concernait l'euthanasie d'une jeune femme atteinte de dépression, dont la famille a porté plainte contre les trois médecins impliqués dans l'euthanasie. Ceux-ci furent finalement relaxés lors du procès d'assises début 2020, mais le médecin qui avait pratiqué l'euthanasie de Tine fait actuellement l'objet d'un procès au civil. Le sondage montre qu'un médecin « LEIF » sur cinq dit avoir changé de position par rapport ...

Lire la suite 


Nouvelle parution : "Euthanasia: Searching for the Full Story"

Belgique - Nouvelle parution : "Euthanasia: Searching for the Full Story"

Les auteurs du livre Euthanasie, l'envers du décor, paru aux Editions Mols en 2019, sont heureux de vous annoncer la publication de sa traduction en anglais. Cet ouvrage collaboratif rassemble leurs expériences de terrain en tant que professionnels de santé sur la pratique de l'euthanasie en Belgique depuis sa dépénalisation il y a 19 ans.

Partout dans le monde, le débat scientifique autour de l'euthanasie et du suicide assisté est de plus en plus passionné. Cet ouvrage a pour objectif de mettre en avant les témoignages d'infirmières et de médecins concernant l'accompagnement de patients en fin de vie afin de soutenir la réflexion du lecteur et de l'aider à comprendre les conséquences d'une telle loi sur la pratique médicale et sur notre société.

Euthanasia, Searching for the Full Story est téléchargeable gratuitement en version PDF directement depuis le site internet de l'éditeur. Une version papier est également disponible via Springer.com.

Version espagnole (Ediciones Sigueme, ...

Lire la suite 


Allemagne : deux propositions de loi pour dépénaliser le suicide assisté

Allemagne - Allemagne : deux propositions de loi pour dépénaliser le suicide assisté

Le 21 avril dernier, deux propositions de loi ont été déposées au Parlement allemand (Bundestag) à l'occasion d'un débat « d'orientation » portant sur la dépénalisation du suicide assisté. Les deux textes, portés principalement par l'opposition, visent à reconnaître et à mettre en oeuvre un « droit à mourir », au nom de « l'autodétermination » de chacun à choisir de son existence. Il serait dorénavant possible, pour tout individu, d'obtenir l'aide d'une tierce personne afin de mettre fin à ses jours, sans que ce tiers soit passible de sanction pénale.

Le terme de suicide assisté (Sterbehilfe) est une manière de parler d'euthanasie, à savoir le fait de provoquer volontairement la mort d'une personne sur sa demande, ou de lui remettre un produit mortel afin de l'aider à se suicider. Le mot euthanasie reste tabou en Allemagne depuis l'après-guerre, en raison de sa référence à l'opération Aktion T4, consistant en l'extermination des personnes handicapées par le régime nazi.

A l'origine...

Lire la suite 


L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

Le 8 avril en Colombie, le parlement a de nouveau rejeté une proposition de loi pour légaliser l'euthanasie. Déposé par le député libéral Juan Fernando Reyes Kuri, le texte proposait d'autoriser l'euthanasie pour les personnes qui souffrent de façon intolérable en raison d'une maladie incurable ou d'une maladie en phase terminale. 

 

Dans un arrêt de 1997, la Cour constitutionnelle colombienne avait déjà reconnu la possibilité de « l'homicide par compassion » en cas de souffrances intenses faisant suite à des lésions corporelles, ou une maladie grave ou incurable. Elle invitait le législateur à réglementer au sujet de la « mort digne ». En l'absence de loi, la Cour réitère sa position en 2014, reconnaissant cette fois-ci un droit à mourir « dignement » et énumérant trois conditions principales auxquelles devrait satisfaire la loi :  pour éviter des poursuites pénales à la suite d'une euthanasie, il faut que la personne souffre d'une maladie en stade terminal, que son consentement à...

Lire la suite 


L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

Le 8 avril en Colombie, le parlement a de nouveau rejeté une proposition de loi pour légaliser l'euthanasie. Déposé par le député libéral Juan Fernando Reyes Kuri, le texte proposait d'autoriser l'euthanasie pour les personnes qui souffrent de façon intolérable en raison d'une maladie incurable ou d'une maladie en phase terminale. 

 

Dans un arrêt de 1997, la Cour constitutionnelle colombienne avait déjà reconnu la possibilité de « l'homicide par compassion » en cas de souffrances intenses suite à des lésions corporelles, ou une maladie grave ou incurable. Elle invitait le législateur à réglementer au sujet de la « mort digne ». En l'absence de loi, la Cour réitère sa position en 2014, reconnaissant cette fois-ci un droit à mourir dignement et énumérant trois conditions principales auxquelles devrait satisfaire la loi :  pour éviter des poursuites pénales à la suite d'une euthanasie, il faut que la personne souffre d'une maladie en stade terminal, que son consentement à l'euthanasi...

Lire la suite 


"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

France - "Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

Le 8 avril dernier, les députés français ont débattu d'une proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. Déposée par un groupe parlementaire d'opposition (Libertés et Territoires), la proposition vise, selon ses auteurs, à « donner le droit à une fin de vie libre et choisie », en permettant à un médecin de donner la mort au patient qui le demande et qui répond aux conditions de la loi.

 

Si la proposition parle d' « aide active à mourir », il s'agit effectivement pour le médecin, aux termes de l'article 1er, d'administrer une substance létale consistant et visant à mettre fin à la vie de la personne.

 

La proposition de loi s'inscrit par ailleurs dans le contexte d'une offensive parlementaire constituée de plusieurs propositions de loi visant chacune à dépénaliser l'euthanasie en France, alors que la crise sanitaire révèle la nécessité d'un accompagnement médicosocial renforcé des personnes vulnérables et des patients en fin de vie.

Tenant compte des défauts persistants ...

Lire la suite 


Le Canada autorise l’euthanasie des personnes handicapées qui ne sont pas en fin de vie

Canada - Le Canada autorise l’euthanasie des personnes handicapées qui ne sont pas en fin de vie

Moins de cinq ans après avoir dépénalisé l'euthanasie, le Canada vient d'en assouplir largement les conditions d'accès.

L'euthanasie, désignée par l'expression d'« aide médicale à mourir » (AMM, MAiD en anglais) dans la loi canadienne, est désormais ouverte à toute personne atteinte d'une affection grave et incurable et qui souhaite mourir.

La loi C-7, votée en février dernier par le Parlement fédéral et entrée en vigueur ce 17 mars, contient ainsi trois modifications substantielles des conditions d'accès à l'euthanasie.

 

Suppression du critère de fin de vie et élargissement aux personnes handicapées physiques

En premier lieu, est désormais supprimé le critère de « mort raisonnablement prévisible » conditionnant jusqu'ici la pratique de l'euthanasie. Sur le plan médical, ne subsiste dès lors plus que la condition liée à l'existence d'une maladie grave et incurable et au fait, pour le patient, d'éprouver des souffrances qu'il juge lui-même insupportables.

 

En pratique, cet él...

Lire la suite