Début de vie > Eugénisme

"Eradication" presque complète des enfants  porteurs de la Trisomie 21 en Flandre

"Eradication" presque complète des enfants porteurs de la Trisomie 21 en Flandre

C'est un fait. L'accroissement spectaculaire du nombre de Test Prénataux non-invasifs (DPNI) a comme conséquence directe l'élimination des foetus porteurs du gène de la Trisomie 21. Ce test sanguin pratiqué chez la maman enceinte, est presque totalement remboursé par la sécurité sociale depuis le 1er juillet 2017.

Aujourd'hui ce sont 97% des femmes qui font le test. Il n'est donc pas réservé à un groupe cible. C'est ce qui ressort de l'enquête menée par le quotidien « Het Belang van Limburg » (HBvL) qui a contacté les hôpitaux limbourgeois.

Il y a toutefois une réflexion en cours auprès de certains gynécologues, mais seulement à propos du test « élargi » car, "au plus on cherche de tares génétiques, au plus on en trouve", souligne la gynécologue Caroline Van Holsbeke. « Et parfois, ce test sanguin conçu pour déceler un handicap chez l'enfant, révèle une possibilité de tumeur commençante chez la maman. Cela crée beaucoup de tensions et d'incertitudes ».

Le Dr Van Holsbeke attire l'...

Lire la suite 


Coût et bénéfice de l'eugénisme en Belgique

Coût et bénéfice de l'eugénisme en Belgique

La Belgique est le premier Etat à généraliser l'accès au "DPNI" ( Dépistage Prénatal Non Invasif ). Ce test génétique a même été élu "Produit de l'année 2017" par les lecteurs du Journal « De Standaard », devançant la « Fondation contre le cancer » et le « Bitcoin ».

Jusqu'à 26 millions d'euros seront déboursés annuellement par l'INAMI pour permettre à 100.000 femmes belges enceintes chaque année de faire le test.

Promu par la Ministre de la Santé (voir Bulletin IEB), parce que "cela permettra  aux femmes qui le souhaitent d'avorter et ainsi de faire baisser le nombre de naissances d'enfants porteurs du syndrome de Down en Belgique d'une cinquantaine à quelques-uns seulement."

"Ce test se remboursera de lui-même, assure le généticien Patrick Willems, directeur du réseau de laboratoires GENDIA, car sur le long terme, une affection génétique telle que le syndrome de Down coûte bien plus cher à la société."

La réaction dans la presse en Flandre de parents, n'a pas tardé.

Cet argu...

Lire la suite 


Belgique : eugénisme et progrès de la médecine reproductive

Belgique : eugénisme et progrès de la médecine reproductive

La Belgique est connue pour son expérience dans le domaine de la génétique reproductive, et en particulier dans le diagnostic pré-implantatoire (DPI) et le diagnostic génétique prénatal. Unissant leurs compétences, le pôle « Hôpital Erasme - UZ Brussel » dit vouloir se positionner comme le plus expérimenté au monde en la matière.

On y compte 2.600 naissances de bébés qui, après avoir été sélectionnés par les généticien grâce au DPI, n'ont pas hérité de la maladie génétique portée par leur(s) parent(s). Il n'est pas fait mention du nombre d'embryons qui ont été « disqualifiés » et détruits suite à cette sélection.

Pour ce seul pôle Bruxellois, durant ces vingt dernières années, ce sont près de 70.000 foetus qui ont fait l'objet d'analyses et de tests chromosomiques en laboratoire avant la naissance dans leurs laboratoires. L'article publié dans le Journal du Médecin mentionne que cela a « permis de garantir que les foetus concernés seraient exempts de l'affection recherchée. »

Anne...

Lire la suite 


Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

Plusieurs scientifiques (1) remettent en question la destruction systématique d'embryons sur base de leur aspect. Jean-Michel Debry, écrivait déjà dans un article paru dans « Le Généraliste » du 14 janvier 2010 que « la morphologie des embryons n'est pas, dans une large mesure, indicatrice des aptitudes implantatoires. Les biologistes de PMA ont déjà une idée de cette réalité dans la mesure où lorsqu'ils ont l'occasion de prolonger la culture in vitro jusqu'au 5ème ou au 6ème jour, ils peuvent observer de superbes blastocystes là où les embryons aux jours 2 ou 3 avaient une morphologie qui laissait à désirer. A contrario, de superbes embryons précoces peuvent dériver de zygotes qui ne paraissaient au départ pas conformes. Ceci pose question sur le plan éthique : chaque année plus de 20.000 embryons en Belgique sont détruits (ou laissés à la recherche ?) avant congélation pour cause de « morphologie imparfaite ». Jean-Michel Debry de conclure : «  Quand on sait qu'il se trouve dans ce...

Lire la suite