"Eradication" presque complète des enfants porteurs de la Trisomie 21 en Flandre

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Eugénisme

Actualités

Publié le : 20/06/2018

C'est un fait. L'accroissement spectaculaire du nombre de Test Prénataux non-invasifs (DPNI) a comme conséquence directe l'élimination des foetus porteurs du gène de la Trisomie 21. Ce test sanguin pratiqué chez la maman enceinte, est presque totalement remboursé par la sécurité sociale depuis le 1er juillet 2017.

Aujourd'hui ce sont 97% des femmes qui font le test. Il n'est donc pas réservé à un groupe cible. C'est ce qui ressort de l'enquête menée par le quotidien « Het Belang van Limburg » (HBvL) qui a contacté les hôpitaux limbourgeois.

Il y a toutefois une réflexion en cours auprès de certains gynécologues, mais seulement à propos du test « élargi » car, "au plus on cherche de tares génétiques, au plus on en trouve", souligne la gynécologue Caroline Van Holsbeke. « Et parfois, ce test sanguin conçu pour déceler un handicap chez l'enfant, révèle une possibilité de tumeur commençante chez la maman. Cela crée beaucoup de tensions et d'incertitudes ».

Le Dr Van Holsbeke attire l'attention sur le fait que ce test DPNI coûte très cher à la société, et que la Belgique est le seul pays où tout le monde est remboursé pour ce test. « Dans la plupart des autres pays, ce n'est qu'un groupe à risque qui sera remboursé. Certaines patientes font le DPNI uniquement pour connaître le sexe de l'enfant dès la 14ème semaine,  alors que normalement, on ne voyait le sexe qu'après la 20ème semaine. » Les femmes avorteraient-elles si le sexe ne correspondait pas à celui désiré ? C'est un risque évident.

La gynécologue s'étonne aussi du fait que certains confrères posent la question « Avorterez-vous si le bébé est atteint de la Trisomie 21 » et non pas « Voulez-vous faire le test DPNI ? »

Conséquence directe du test généralisé : les chiffres montrent clairement l'élimination de tous les enfants atteints par la Trisomie 21. En 2013, pour la Flandre, 58 enfants y sont nés. En 2017, ils étaient moins de 10. Et dans le Limbourg, un seul enfant porteur de la Trisomie a vu le jour.

 Source : Het Belang van Limburg


Articles similaires

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite

Pays-Bas :  l’euthanasie pour "vie complète" : qui décide ?

Pays-Bas : l’euthanasie pour "vie complète" : qui décide ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le rapport annuel des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie (RTE) indique que le nombre officiel des euthanasies a de nouveau augmenté en 2016. De plus, Jacob Kohnstamm, le président des commissions de contrôle RTE (Regionale Toetsingscommissie Euthanasie), met en garde contre les incertitudes liées à l'application de la loi euthanasie. Dans des cas de plus en plus nombreux en effet, il appert qu'un patient a justifié sa demande d'euthanasie en déclarant qu'il « en a assez de vivr...

Lire la suite

Des cliniciens appellent à mettre fin aux « expériences transgenres » sur les enfants

Des cliniciens appellent à mettre fin aux « expériences transgenres » sur les enfants

- Genre et sexualité

La clinique Tavistock and Portman NHS Trust (Londres) et son « Service de Développement de l'identité de genre » (GIDS) font l'objet d'une forte critique de la part de scientifiques, dont 5 cliniciens qui l'ont quittée en raison de désaccords par rapport aux traitements subis par des enfants présentés comme transgenres.

Le programme d'expérimentation fut lancé en 2010 : on injecta chez 50 enfants de 10 à 16 ans, supposés présenter une « dysphorie de genre », des substances pour bloquer leur p...

Lire la suite