Fin de vie

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

Belgique - Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infirmière au sein de l'ASBL Accompagner Famenne-Ardenne (Afa), qui assure des soins palliatifs à domicile dans le nord de la province de Luxembourg.

Cette équipe est constituée de professionnels de la santé - médecin référent, infirmières, infirmiers - mais aussi de bénévoles. Leur équipe mobile se déplace à toute heure du jour ou de la nuit pour accompagner les patients en fin de vie, chez eux ou en maison de repos. "Nous intervenons en seconde ligne. Il ne s'agit pas de prodiguer des soins, mais p...

Lire la suite 


Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée
une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. Il s'agit d'une demande d'arrêt actif de vie, et non d'un simple arrêt de traitement. L'Arrêté royal de 2007 en fixe les modalités.

En 10 ans, 170.942 déclarations anticipées ont été déposées, 128.291 sont toujours actives et 42.651 autres arrivées à échéance, puisque la validité de ce document est de 5 ans. Parmi ces décla...

Lire la suite 


Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

Agés de 9, 11 et 17 ans, ils ont été euthanasiés entre janvier 2016 et décembre 2017.

C'est ce que révèle le huitième rapport de la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie , couvrant la période 2016-2017. L'adolescent de dix-sept ans était atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne, et le petit garçon de neuf ans avait une d'une tumeur au cerveau. Quant à l'enfant de 11 ans, il était atteint de fibrose kystique.

C'est en juillet 2014 que le gouvernement a voté l'élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie aux patients mineurs, sans aucune limite d'âge, dans des conditions bien spécifiques, et notamment que le moment de la mort soit prévisible et à brève échéance.

Sans avoir eu accès au dossier médical de l'enfant de 11 ans atteint de fibrose kystique, on se pose la question de savoir s'il était vraiment en toute fin de vie, comme l'exige la loi ?

En effet, la Fondation de la fibrose kystique explique que « l'espérance de vie médiane pour les nou...

Lire la suite 


USA : les vétérinaires qui pratiquent l’euthanasie se suicident en nombre

USA : les vétérinaires qui pratiquent l’euthanasie se suicident en nombre

Chaque année, près d'1.5 millions d'euthanasies ont lieu aux Etat-Unis. Est-ce que cela expliquerait les dépressions et le taux de suicide chez ceux qui les pratiquent ? Les euthanasies mentionnées ci-dessus sont celles de chiens et de chats. Le mal-être et le suicide, celui des vétérinaires.

Y aurait-il un lien entre ce geste de mort que posent les vétérinaires et leur santé mentale ?

Selon une étude parue en 2013 dans le journal de l'American Association of Suicidology and Life-Threatening Behaviour, " les vétérinaires sont 4 fois plus enclins à se suicider que la moyenne de la population. " Les auteurs de l'étude affirment que, manipulant des substances létales et provoquant la mort des animaux, cela engendre une forme de banalisation de la mort : ils n'en n'ont plus peur. Et s'ils sont un jour en situation de stress ou de dépression, ils passent à l'acte pour eux-mêmes.

Et ce qui se révèle vrai pour les vétérinaires, pourrait-il s'appliquer lorsqu'il s'agit d'un médecin qui pr...

Lire la suite 


Fondation Roi Baudouin : soutien à 14 projets de soins palliatifs

Belgique - Fondation Roi Baudouin : soutien à 14 projets de soins palliatifs

300.000 euros seront donnés par la Fondation Roi Baudouin à 14 projets de soins palliatifs orientés sur la pratique et destinés à tous les patients, dans toute leur diversité.

En Belgique, les soins palliatifs de haute qualité sont de plus en plus intégrés dans les traitements, visant à prolonger la vie de patients atteints d'une maladie chronique ou engageant le pronostic vital. Il reste malgré tout quelques points d'attention en matière de sensibilisation, voire des lacunes dans l'offre. Il y a notamment une demande de soutien pour pouvoir aborder le sujet des soins palliatifs et pour appliquer ceux-ci à des publics spécifiques, comme ...Suite

Lire la suite 


Synthèse du 4ème Rapport de la cellule d’évaluation des Soins Palliatifs en Belgique

La Cellule Fédérale d'Evaluation des Soins Palliatifs (CESP) a publié en juin 2018, son 4ème Rapport couvrant la période 2014-2017 pour « Offrir au lecteur un état des lieux le plus complet possible et prendre connaissance d'une série de préoccupations et de recommandations »

Par la loi du 14 juin 2002, tout citoyen belge a droit aux soins palliatifs. Selon les chiffres du KCE (Centre fédéral d'expertise en soins de santé.) entre 10.000 et 20.000 patients ont actuellement besoin de soins palliatifs dans notre pays.

Dans les hôpitaux belges, un malade sur cinq devrait pouvoir bénéficier d'une approche palliative, surtout en gériatrie, alors qu'en maison de repos et de soins (MRS), ce sont 14% des résidents qui devraient en bénéficier.

La synthèse du rapport se trouve ICI

Lire la suite 


Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

" Entre 7.000 € et 11.000 € " hors transport" titrait un article dans un média français. C'est le coût estimé par Jacqueline Jencquel, déléguée nationale chargée de l'accompagnement vers l'étranger et des relations avec les autres groupements dans le monde pour l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Elle assure le "relais" vers les pays comme la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse, pays ayant légalisé l'euthanasie ou le suicide assisté. " En dix ans, j'en ai accompagné une soixantaine à un moment ou à un autre de leur démarche".

"En Suisse, les suicides assistés se déroulent dans des lieux privés, des appartements ou des maisons. Contrairement à l'euthanasie, où c'est le médecin qui met fin à la vie du patient, c'est à la personne de libérer le puissant barbiturique dans sa perfusion, du pentobarbital de sodium dans ce cas.", précise l'article.

Plusieurs reportages ont également mis en lumière ces pratiques transfrontalières, qui, relayées par ...

Lire la suite 


Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

Nouveau Dossier  !

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille depuis lors sur une proposition d'extension de la loi euthanasie, qui « n'inclura pas les personnes souffrant de dépression, de solitude ou d'un état de dépendance », précise-t-il.

Pour apprécier la justesse de sa proposition, il convient de cerner ce que recouvre le concept de « fatigue de vivre » et de se demander s'il est réellement possible d'en exclure les causes de dépression, de solitude ou de dépendance, comme le suggère Jean-Jacques De Gucht. A ce jour, aucune statistique fiable ne perme...

Lire la suite 


Pourquoi les communistes portugais ont-ils voté contre l’euthanasie ?

Pourquoi les communistes portugais ont-ils voté contre l’euthanasie ?

Le parti communiste vient de voter contre la dépénalisation de l'euthanasie au Portugal. Selon Antonio Filipe, député communiste, l'euthanasie n'est pas un signe de progrès mais un pas en arrière de civilisation avec de profondes implications sociales pour le vivre ensemble.

« Dans un contexte où la vie humaine est fréquemment soumise à des critères utilitaristes, économiques et de dépenses publiques, la légalisation de la mort provoquée, constituerait un véritable recul de civilisation », affirme-t-il. « Accélérer la mort de ceux dont la société ne veut plus s'occuper parce qu'ils sont fragiles et trop coûteux, est inacceptable. Face à un être humain qui souffre, la solution n'est pas de fuir ses responsabilités en promouvant la mort accélérée, mais bien d'accompagner la personne jusqu'au bout dans la dignité qui est la sienne »

 Source : Morning Star

Lire la suite 


Les « raccourcis » de l’euthanasie aux Pays-Bas

Les « raccourcis » de l’euthanasie aux Pays-Bas

Le Président de l'association des médecins aux Pays-Bas (KNMG), René Héman s'adresse au Ministre Hugo de Jonge à propos d'un projet de note éthique relative à la fin de vie.
Tout d'abord, lorsqu'on parle du phénomène de « vie accomplie » tel que l'expriment les personnes âgées, il convient de ne pas se limiter à la seule question de la légalité de l'euthanasie dans ce cadre-là, estime René Héman. Il est plus important d'entendre l'appel à l'aide et au bien-être de ce groupe de personnes. Que vivent-elles ? D'où vient leur souffrance ? Et de là, il nous revient de voir comment les aider. (Voir Dossier "Vie accomplie")

S'appuyant sur le Rapport d'évaluation de la loi euthanasie, René Héman souligne aussi que les citoyens ont de fausses attentes en ce qui concerne la demande anticipée d'euthanasie. Ils croient par exemple, qu'il suffit de remplir ce papier en y mentionnant leur volonté d'être euthanasiés lorsqu'ils ne reconnaitront plus leurs enfants, pour que le médecin s'exécute. « M...

Lire la suite