Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 08/12/2015

Ce mardi 8 décembre 2015, 65 spécialistes ont publié dans  De Morgen et dans La Libre, une carte blanche dénonçant l'euthanasie pour souffrances psychiques, pointant "l'impossibilité d'en objectiver l'incurabilité". « Nous voyons, par exemple, comment certaines personnes qui ont été déclarées incurables et qui, sur cette base, ont obtenu le droit à une euthanasie, y renoncent parfois finalement quand de nouvelles – et fragiles – perspectives se font jour. Ceci prouve paradoxalement que la maladie ne pouvait être qualifiée d'incurable. »

Cette mise en garde n'est pas la première. Au mois de septembre déjà, une carte blanche publiée dans Le Soir par une quarantaine de professionnels avait défrayé la chronique. L'évènement déclencheur à l'époque, avait été le cas d'Emily, connue sous le nom de Laura, qui, à l'âge de 24 ans, avait obtenu le droit d'être euthanasiée. Cette dernière s'était finalement rétractée au dernier moment. Mais tout le processus était en place avec l'aval des médecins.

Le cas de Laura a beaucoup secoué les professionnels de la santé, particulièrement dans le domaine psychiatrique, qui y voient une interprétation excessive de la loi. Pour eux, « le caractère inapaisable de la souffrance mentale ne peut être constaté ». Or, comme le montrent les chiffres d'une étude réalisée par des experts belges et publiée dans le Journal du Médecin de juillet 2015, les cas d'euthanasie pour souffrances psychiques ont tendance à se multiplier. Cette étude, portant sur 100 demandes d'euthanasie pour souffrance mentale entre 2007 et 2011, révèle ainsi que 48% des demandes d'euthanasie pour raison psychique ont été acceptées par les médecins.

Et le cas récemment médiatisé du Docteur Van Hoey, filmé en train d'assister le suicide d'une de ses patientes, une dame âgée, déprimée à cause du décès récent de sa fille, n'a fait que renforcer l'inquiétude des professionnels. La Commission de contrôle de l'euthanasie a d'ailleurs décidé de renvoyer ce dossier devant le Parquet, ce qui constitue une première en Belgique et témoigne du malaise sur cette question.

Ce vendredi 4 décembre aux cliniques Saint Luc, s'est tenu un colloque « Euthanasie et psychiatrie » au cours duquel Ariane Bazan, Professeur de Psychologie à l'ULB et signataire des deux cartes blanches, a pu développer ses inquiétudes sur la pratique actuelle de l'euthanasie pour motif psychique. Cette dernière a ainsi expliqué qu'un psychiatre ne peut jamais déclarer un patient définitivement condamné, puisque la dépression est par définition un trouble ou une souffrance subjective qui peut brutalement prendre fin, dans un contexte particulier ou au contact d'un professionnel particulier. Il y a en définitive autant de possibilité de traitements que de soignants. Insistant sur la spécificité du traitement psychiatrique, Ariane Bazan a ainsi affirmé qu'« il n'y a pas de patients intraitables, il n'y a que des thérapeutes incapables. »

Au cours du même colloque, Francis Martens, Psychologue, Président du Conseil d'Ethique de l'APSY-UCL, a dénoncé la pratique de l'euthanasie envers les personnes dépressives, estimant qu'il s'agissait là d'une démission des politiques et de la société dans la résolution des problèmes sociétaux actuels. Il est en effet avéré que les deux principales causes de dépression sont la solitude et le chômage. Au lieu de résoudre directement ces problèmes, la société n'aurait pour seule réponse que le suicide et l'euthanasie ? C'est la question qu'a posée Francis Martens.

Tout en se disant « alarmés par la banalisation croissante de l'accès à l'euthanasie pour seul motif de souffrance psychique », les 65 signataires de cette deuxième carte blanche insistent « pour que soit retirée de la législation actuelle la possibilité d'une euthanasie au  seul motif de souffrance psychique. »

 

Source: RTBF, Le Journal du médecin, La Libre, Le Soir 


Articles similaires

Euthanasie en orgaandonatie in België

- Euthanasie et suicide assisté

Dit was het thema van het Symposium georganiseerd in Brussel in september 2012 door de vereniging "De maakbare mens".
Sinds 2005 hebben 9 patiënten, die toelating gekregen hadden om euthanasie te ondergaan, hun organen weggeschonken.
Van de 1.133 personen die voor euthanasie geopteerd hebben in 2011, zouden slechts 10 %  in aanmerking gekomen zijn voor een mogelijke orgaandonatie. "Het betreft vooral patiënten die lijden aan neurologische of neuro-psychiatrische storingen", verklaart Pr...

Lire la suite

Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

Nederland: meer en meer euthanasie bij psychiatrische patiënten

- Euthanasie et suicide assisté

Jaarverslag 2013 Regionale Toetsingscommissies Euthanasie

De regionale toetsingscommissies euthanasie in Nederland hebben gisteren hun jaarverslag voor 2013 gepubliceerd.
Ten opzichte van 2012 zijn er 15% meer meldingen van zowel 'levensbeëindiging op verzoek' als hulp bij zelfdoding.
De meest zorgwekkende ontwikkeling is de verdubbeling van levensbeëindiging bij dementen en de verdriedubbeling bij psychiatrische patiënten.

Dementie
In 2012 werden 42 meldingen gemaakt van euthanasie bij de...

Lire la suite

Euthanasie vóór orgaandonatie?

Euthanasie vóór orgaandonatie?

- Euthanasie et suicide assisté

Dicky Ringeling (61) liet euthanasie plegen en redde vervolgens zeker vijf mensen met haar organen. Daarmee wordt het onderwerp van euthanasie en orgaandonatie terug op de agenda gezet.  In tegenstelling tot België waar een opt-out systeem van toepassing is voor orgaandonatie (men gaat uit dat je akkoord gaat met orgaandonatie tenzij je een document hebt), geldt in Nederland het opt-in systeem, je moet aangeven dat je  je organen ter beschikking wilt stellen.
"De procedures (euthanasie en or...

Lire la suite