L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

ImprimerRecommander
[Français] 18 septembre 2015

Sommaire

  •   Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation
  •   Espagne : limitation de l’avortement pour les mineures
  • Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

    16/09/2015 - Fin de vie

    Un collectif de 38 personnalités belges, dont la plupart sont psychiatres ou membres du corps médical, ont publié une carte blanche afin de manifester leur vive inquiétude face au nombre croissant de cas d’euthanasie de personnes souffrant de troubles psychiques (entre 50 et 60 cas pour les seules années 2013 et 2014). Cette carte blanche a été publiée par les journaux Le Soir et Het Laatste Nieuws. 

    Partant du cas très médiatisé de Laura, 24 ans, autorisée à être euthanasiée pour dépression chronique, ces professionnels remettent en cause la légitimité des euthanasies pour souffrance psychique au regard de la loi de dépénalisation de l'euthanasie. Ils expliquent que la loi conditionne l’accès à l’euthanasie aux cas de souffrances qui ne peuvent être apaisées et dans le cas d’affections incurables. Or,  « le caractère inapaisable de la souffrance mentale ne peut être constaté car il n’y a pas de paramètres mesurables - ni prélèvement de tissu, ni élément du comportement - qui pourraient l’objectiver. » En outre, les troubles psychologiques ont parfois des issues imprévisibles. Le caractère incurable de telles affections ne peut donc jamais être affirmé. 

    Ainsi, « la pratique confirmerait que le cadre légal relatif à l’euthanasie pour seule raison psychique est discutable ». Le collectif met en garde contre la substitution de l’euthanasie au suicide. Un cadre trop permissif pourrait en effet faire de l’euthanasie une forme de suicide moderne, permis par la médecine et par le droit. 

    Source : Le Soir  ---  La carte blanche ICI


     

    Espagne : limitation de l’avortement pour les mineures

    15/09/2015 - Début de vie

    Le mercredi 9 septembre 2015, le Sénat espagnol a validé la dernière étape législative pour l’interdiction de l’avortement des jeunes filles mineures sans le consentement de leurs parents. La loi a été votée par 145 votes pour et 89 contre. La réforme prévoit donc qu’une jeune fille ne pourra recourir à l'avortement qu’à la double condition de sa volonté clairement exprimée, et du consentement exprès de ses parents.
    Le recours à l’avortement est un sujet très controversé en Espagne. Si la loi de 2010 étendait le délai pour avorter aux 14 premières semaines de grossesse, une vive polémique avait été suscitée par un avant-projet de loi du gouvernement en 2013 visant à interdire l’avortement en dehors des cas de viol et de risque vital pour la mère. Polémique qui avait poussé le gouvernement à retirer le projet.
    Source : Le Monde

Faire un don à l'IEB