Des députés et ministres allemands s’opposent au remboursement du DPNI

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 18/10/2018

Une centaine de députés et des ministres allemands de tous bords politiques ont lancé une initiative visant à empêcher le remboursement systématique du dépistage prénatal non invasif (DPNI), par lequel les anomalies génétiques, dont la trisomie 21, peuvent être identifiées. Ils craignent que la promotion de ce test ne provoque une « hausse des avortements » et demandent en urgence un débat éthique au Parlement sur ce sujet.

Le DPNI a été développé par la société Sequenom aux Etats-Unis. L'Allemagne était le premier pays européen visé par les promoteurs du test, servant de porte d'entrée vers les autres pays d'Europe. En effet, les diagnostics prénataux y sont en hausse constante. 75 % des femmes enceintes ont plus de 35 ans, ce qui fait du pays un de ceux où se présente le plus grand nombre de grossesses à risque (70%). 

L'Allemagne est aujourd'hui la première à « douter de l'intérêt de ce nouveau test et des implications éthiques qui en découlent. » Selon le député Rudolf Henke (CDU), la question n'est pas de savoir comment mieux dépister, mais comment agir « pour contrer efficacement les préjugés à l'égard des personnes handicapées ». La députée Dagmar Schmidt (SPD) a ajouté que les personnes atteintes de trisomie 21 n'étaient pas moins heureuses que les autres, et qu'elles souffraient davantage de leur exclusion que de leur état de santé.

Un débat parlementaire aura lieu au plus tôt en janvier 2019, lors duquel les dirigeants se poseront la question du caractère eugéniste du DPNI, de la nécessité de son remboursement en cas d'impossibilité de thérapie et d'une meilleure information des femmes sur ces questions.

Source : Communiqué de presse de la Fondation Lejeune et Medicalxpress

En Belgique, le DPNI est remboursé depuis juillet 2017 : voir Bulletin de l'IEB


Articles similaires

France : les soignants s’opposent à la sédation explicitement létale

France : les soignants s’opposent à la sédation explicitement létale

- Euthanasie et suicide assisté

Le Conseil économique, social et environnemental français (CESE) a rendu le 9 avril dernier un avis sur la fin de vie et les soins palliatifs (Voir notre Bulletin ). Dans ce texte, baptisé « Fin de vie : la France a l'heure des choix », le Conseil émet des recommandations pour améliorer l'application des lois actuellement en vigueur et se prononce par ailleurs en faveur d'un droit pour tout patient à « une sédation profonde explicitement létale ». Pierre-Antoine Gailly, rapporteur de l'avis, a...

Lire la suite

L’État néerlandais assurera le remboursement de la PMA hors des cas d’infertilité

L’État néerlandais assurera le remboursement de la PMA hors des cas d’infertilité

- Procréation médicalement assistée



Depuis des années aux Pays-Bas, l'insémination artificielle de femmes seules ou de couples de femmes est remboursée en violation de la loi. Le ministre de la santé Bruno Bruins a annoncé qu'il régulariserait la situation dès le 1er janvier 2020. Pour l'année 2019, il permet que les remboursements continuent sur base de l'assurance santé.
Les assureurs santé ont pris l'habitude de rembourser l'insémination artificielle chez les femmes seules ou les couples de femmes, alors que la loi (Zorgver...

Lire la suite

Alzheimer : impact de la limitation du remboursement des médicaments ?

Alzheimer : impact de la limitation du remboursement des médicaments ?

- Santé mentale

Le nombre de patients atteints par la maladie d'Alzheimer dans notre pays oscillerait entre 100.000 et 130.000, estiment les Mutualités libres. Selon les résultats d'une étude, le nombre de patients traités en Belgique a diminué de 22,5 % entre 2010 et 2012 soit « depuis la limitation du remboursement des médicaments » contre cette maladie. Le pourcentage de patients traités par un des médicaments spécifiques est ainsi passé de 69 % à 46,5 % en deux ans.
L'étude met également en exergue que la...

Lire la suite