Visions divergentes au Congrès des soins palliatifs pédiatriques francophones entre intervenants

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 18/10/2018

Début octobre, à Liège, a eu lieu le 8ème Congrès international francophone de soins palliatifs pédiatriques. Devant des soignants venus de plusieurs pays francophones (France, Canada, Cameroun, …) des médecins et professeurs belges ont abordé avec complaisance l'euthanasie des mineurs. Les intervenants étrangers ont davantage abordé les soins palliatifs pédiatriques en tant que tels.

Le Dr. Marc-Hélie Huon, psychologue au CHRU de Brest, a alerté sur le danger de la « protocolisation du mourir » dans les soins palliatifs. Selon lui, la volonté de tout garder sous contrôle et d'éviter toute souffrance peut aboutir à une sorte de mort psychique chez le patient. Le danger serait aussi de « gaver » le patient en voulant répondre à tous ses désirs, ce qui peut le renvoyer au stade du début de vie… Il a insisté sur le fait que le symptôme faisait souffrir et à la fois faisait tenir, le plus grand danger étant de ne plus rien sentir de sa consistance corporelle. Il a également pointé le risque des directives anticipées d'euthanasie en France de produire un forçage psychique, une fixation sur la manière dont la personne prévoit de mourir. Pour finir, il a appelé à distinguer la vie de l'existence, le sentiment d'inexistence se construisant quand la personne a l'impression de ne plus compter pour l'autre.

Tanguy Chatel, sociologue et bénévole en soins palliatifs en France, s'est attaché à décrire le rapport à l'enfant dans la société d'aujourd'hui, caractérisée par la « passion de l'enfant ». A ce titre, il a souligné combien paradoxale s'avérait la revendication du « droit à l'enfant » à l'heure de la revendication croissante de la contraception, voulue pour empêcher la venue de l'enfant. On aurait, selon lui, tendance à réduire l'enfant à un projet de vie qu'il permet à l'adulte de faire pour lui-même. Il a conclu en décrivant le glissement du soin « pour » le patient au soin « avec » et même « à partir » du patient. Soigner « avec », dans cette perspective d'accompagnement, « fait de la présence un acte ». Selon lui, « Le retour repose sur l'expérience de la présence au coeur de la souffrance ».

Le Dr Matthias Schell, pédiatre au Centre Léon Bérard à Lyon, s'est dit surpris et « décalé » par ce qu'il avait entendu au sujet de l'euthanasie des mineurs. Il a exprimé ses doutes par rapport à l'affirmation selon laquelle la gravité était la même pour l'euthanasie et la sédation profonde. Il a insisté sur la différence qui existe entre choisir de faire mourir et laisser la mort venir. Il a enfin exprimé une certaine frustration, en tant que médecin, de n'avoir pas plus entendu parler de l'aspect médical des soins palliatifs, comme les avancées dans le traitement des symptômes réfractaires, qui pourraient diminuer le recours à la sédation terminale et à l'euthanasie.

(voir Bulletin de l'IEB sur les trois cas d'euthanasies de mineurs en Belgique) - Dossier "Euthanasie des mineurs en Belgique"


Articles similaires

Plus de 450.000 personnes âgées en Belgique ont besoin de soins infirmiers.

- Soins palliatifs

En 2012, près d'un quart des personnes âgées de plus de 65 ans bénéficient de soins infirmiers, lourds ou légers en fonction de leur état de santé, à domicile ou en maison de repos. Près des deux tiers d'entre elles sont soignées chez elles, tandis que les autres sont soignées en maisons de repos. En 2030, les plus de 65 ans seront plus de 2,7 millions, pour 1,9 million en 2012.
Ces chiffres témoignent à eux seuls de l'enjeu fondamental que représentent, pour les prochaines années, des service...

Lire la suite

Méconnaissance des soins palliatifs : un sondage éloquent

- Soins palliatifs

Selon un sondage réalisé par iVOX, 25% des Belges pensent que les soins palliatifs s'adressent uniquement aux personnes qui n'ont plus que 2 à 3 mois à vivre. 78% des Belges associent également les soins palliatifs au traitement de la douleur « des personnes gravement malades ou en phase terminale ».
Selon le Pr. Menten, oncologue à l'UZ Leuven, les soins palliatifs ne sont pas suffisamment développés pour le traitement des douleurs paroxystiques associées au cancer. Autre constat, les patient...

Lire la suite

Soins palliatifs en Brabant Wallon : quelques chiffres

- Soins palliatifs

Le 4e colloque wallon des soins palliatifs aura lieu, du 10 au 12 octobre, à Louvain-la-Neuve. Son thème ? La réflexion éthique dans la pratique des soins palliatifs. Et selon les organisateurs, « l'éthique est l'art de conduire sa vie en fonction de valeurs et de principes. Il s'agit d'adopter des pratiques respectueuses des personnes. »
A cette occasion quelques chiffres concernant le Brabant wallon ont été donnés : 534 personnes (âgées en moyenne de 65 à 70 ans) ont été suivies en soins pal...

Lire la suite