Former tous les médecins à la pratique des soins palliatifs : une urgence selon l’ARMB

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 23/08/2017

Dans un récent avis , l'Académie Royale de Médecine de Belgique (ARMB) pose le constat : il est urgent de mettre en place des structures pour éduquer et former les médecins belges à la prise en charge palliative de leurs patients.
En effet, rares sont ceux qui ont suivi un cursus cohérent et valable pour accompagner des patients atteints de maladies chroniques et des personnes âgées ou en fin de vie. L'ARMB parle d'« hétérogénéité » de l'enseignement en matière de soins palliatifs « que ce soit en termes de volume, de contenu, ou de continuité durant le curriculum et au niveau de la structuration du curriculum. L'enseignement consiste avant tout en des cours magistraux. Il est rare qu'il y ait contact direct avec des soins palliatifs, comme par exemple au lit de patients en fin de vie. Il n'y a pas de garantie structurelle d'une formation pratique en soins palliatifs pour chaque étudiant, avec un nombre d'heures minimal de formation. »
Rappelant les suggestions de l'étude PICT (Bulletin de l'IEB), l'ARMB souligne que « La mise en place d'un traitement palliatif devrait se faire indépendamment du type de maladie, de l'âge, ou de la modalité de la prise en charge, que ce soit à domicile ou en hospitalisation. »
En 2017, en Belgique ce sont plus de 20.000 patients qui devraient avoir accès à des soins palliatifs. De par le vieillissement de la population conjugué à l'efficacité de la médecine pour des affections aiguës résultant en un allongement de la durée de vie, ce chiffre ne fera qu'augmenter, et le monde des soignants risque de ne pas être à la hauteur.
Le document de l'ARMB pose des jalons de l'approche palliative qui devrait « être une des notions de base pour chaque clinicien qui travaille dans un hôpital, et aussi pour les acteurs de soins de première ligne. Beaucoup de patients avec des affections progressives avancées devraient pouvoir être traités sans avoir recours à un service spécialisé en soins palliatifs, ni à un soignant spécialisé dans ce domaine. »
L'ARMB reprend dans son intégralité la définition des soins palliatifs de l'OMS : les soins palliatifs « visent le soulagement de la douleur et des souffrances relatées aux autres symptômes affligeants affirment la valeur de la vie, tout en considérant la mort comme un processus normal et n'ont pas comme objectif de hâter ni de postposer la mort (NDLR. excluant ainsi tout acte d'euthanasie). »
Toutefois, lorsque l'ARMB énumère les tâches cliniques auxquelles seront appelés les médecins, elle inclut l'euthanasie comme l'un des « aspects cliniques » devant faire partie de la formation des futurs médecins.

L'ARMB diverge ainsi fondamentalement de la définition publiée par l'OMS sur l'intégration des soins palliatifs dans les systèmes de santé.

Infographie OMS soins palliatifs  -  Source : Avis de l'ARMB 
 


Articles similaires

Domus, 25 ans de soins palliatifs

Domus, 25 ans de soins palliatifs

- Soins palliatifs

L'ASBL Domus assiste les patients en fin de vie depuis 25 ans en Brabant wallon. 
Tout est parti en 1987 d'un groupe de bénévoles qui avait constaté que selon les enquêtes, 70 % des personnes voulaient mourir à domicile, mais à peine 30 % pouvaient voir ce voeu exaucé, car l'on avait encore l'habitude d'hospitaliser les malades en phase terminale. Qui plus est, il y avait un réel problème de communication lorsqu'il fallait aborder la question de la mort.
Un travail qui consista également à org...

Lire la suite

Belgique : les soins palliatifs pour une prise en charge complète et à temps

Belgique : les soins palliatifs pour une prise en charge complète et à temps

- Soins palliatifs

A l'occasion de la journée mondiale des soins palliatifs du 8 octobre dernier, la Fédération bruxelloise pluraliste de soins palliatifs et continus (FBSP) a rappelé l'importance de mettre en oeuvre les soins palliatifs dès que possible. Des soins de confort sont souvent nécessaires dès le diagnostic de maladie grave. Or, il ressort de diverses études que les soins palliatifs commenceraient en Belgique en moyenne trois semaines avant le décès. A l'occasion de la Journée mondiale des soins palli...

Lire la suite

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

- Soins palliatifs

Une étude publiée par le groupe de recherche interuniversitaire sur la fin de vie (VUB et UGent) affirme qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des bénévoles pour les services de soins palliatifs en Belgique.

Ceux qui s'engagent se voient accorder le plus souvent un rôle psychosocial et existentiel. Ils sont en effet souvent sollicités pour écouter, bavarder, tisser du lien avec le patient et sa famille, assurer une présence et un relais entre les patients et les soignants qui n'...

Lire la suite