Suisse : la Fédération des Médecins s’oppose au suicide assisté pour « souffrance insupportable »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 07/11/2018

La Fédération des Médecins Suisses (FMH) a refusé, ce 25 octobre, d'élargir les critères d'accès au suicide assisté. Les nouvelles directives de l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM), publiées en mai dernier, avaient remplacé le critère de « fin de vie » par celui de « souffrance insupportable due à des symptômes de maladie et/ou à des limitations fonctionnelles ».
La FMH, forte de 40 000 membres, a jugé que le critère de souffrance insupportable n'était pas mesurable et renvoyait à « une notion juridiquement indéterminée, qui apporte beaucoup d'incertitude pour le corps médical ».

Des professionnels de la santé et éthiciens avaient auparavant appelé la Fédération à s'opposer aux nouvelles directives. Ils les jugeaient dangereuses de par leur « banalisation du suicide » et le glissement des critères objectifs – maladie mortelle et personne en fin de vie – vers des critères subjectifs liés à la souffrance du patient. « Selon cette logique, n'importe qui peut être candidat à l'aide au suicide : une personne âgée fatiguée de la vie, un adolescent dépressif, voire un enfant », alertait l'écrivain et philosophe François Gachoud. De même, Bernhard Pestalozzi, du Service d'oncologie de l'Hôpital universitaire, s'inquiétait de ce qu'on accorde « trop de place à la volonté individuelle, au détriment de l'objectivité d'un diagnostic médical. Avec le risque, au final, de laisser les malades livrés à eux-mêmes. Face à la mort, disait-il, nous devons amener davantage d'humanité, pas plus de solitude ».


Selon Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, la FMH vient de montrer un refus clair de l'assistance au suicide « hors des situations de fin de vie », mais cela n'empêche pas qu'une « poignée de médecins continuera à collaborer avec les organisations d'aide au suicide, qui ne suivent pas le code de déontologie et admettent des patients non mourants ». En effet, des associations comme EXIT ont abandonné le critère de fin de vie depuis longtemps, provoquant ainsi une hausse des suicides assistés. (Voir Bulletin de l'IEB)

Source : Gènéthique - Communiqué de la Société Hippocratique Suisse : ICI
 


Articles similaires

Le CDH, opposé à l’extension de la loi euthanasie monte au créneau

Le CDH, opposé à l’extension de la loi euthanasie monte au créneau

- Euthanasie et suicide assisté

A l'ssue de la réunion des commissions réunies de la Justice et des Affaires sociales du Sénat, le sénateur André du Bus (CDH) en a appelé aux présidents de partis de la majorité afin qu'ils trouvent "une solution", relatait l'agence Belga.
Rappelons que les membres des commissions qui planchent depuis janvier 2013 sur cette question se retrouvaient pour la première fois après les auditions d'experts. Une réunion en forme de débriefing où chaque formation politique a pu exprimer sa position pa...

Lire la suite

Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Lors de sa dernière assemblée générale, la « British Medical Association » a rendu un avis sur le suicide assisté. Elle y indique sa ferme opposition à toute forme de suicide assisté, réaffirmant le bien-fondé de l'actuel régime juridique. De plus, la BMA encourage les établissements à mettre en place des structures de soins palliatifs adaptées et accessibles à tous et qui permettent de répondre à la souffrance des personnes en leur assurant une mort dans des conditions dignes.
La BMA est une ...

Lire la suite

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

- Euthanasie et suicide assisté

En Suisse, la majorité des habitants meurent en milieu hospitalier, où les soins se focalisent sur les troubles physiques, alors que les besoins spécifiques à la fin de vie, psycho-sociaux et spirituels, sont délaissés. Les soins palliatifs, encore peu établis dans ce pays, ne font d'ailleurs pas partie de la formation des médecins.

Terminer sa vie chez soi n'est pas toujours chose facile en Suisse. S'il existe des formes d'aide, elles sont peu connues et peu accessibles. Les coûts des soins...

Lire la suite