Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 20/09/2019

Auteur / Source : tvanouvelles (11/09/2019) ; ici.radio-canada (12/09/2019)

C'est la demande d'aide au suicide de deux personnes malades qui a eu, mercredi dernier, une incidence majeure sur la loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

En effet, par une décision de la Cour supérieure du Québec, la juge Christine Baudouin a donné raison à Jean Truchon et Nicole Gladu pour obtenir l'aide médicale à mourir (euthanasie ou assistance au suicide). Tous deux souffrent de maladies dégénératives qui les limitent fortement dans leurs mouvements et dans leur communication, sans pour autant être en fin de vie. Ils estiment que le critère de « fin de vie », nécessaire pour obtenir l'euthanasie ou l'assistance au suicide au Québec, est trop restrictif et discriminatoire. Au nom du « droit à la sécurité », de la « liberté », et de la « non-discrimination », ces deux personnes peuvent désormais obtenir qu'un médecin provoque leur mort. Bien plus, la Cour supérieure a demandé au législateur d'adapter la loi de façon à supprimer le critère de fin de vie pour l'obtention de l'aide médicale à mourir.

Comme l'avance le représentant du Collectif des médecins contre l'euthanasie, Maître Michel Racicot, cette évolution donne à penser qu'il y aurait dès lors deux sortes de suicide: « le bon suicide, qui va être l'aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie, et le mauvais suicide, qu'on essaie de prévenir ».

La Cour a donné 6 mois au législateur pour modifier la loi dans le sens de l'arrêt. Passé ce délai, le critère de fin de vie restera sans application.

On s'étonne de voir de plus en plus de juges appelant les législateurs à modifier les lois sur des questions sensibles de bioéthique, alors que de telles questions méritent amplement des discussions approfondies au sein des assemblées parlementaires. Il en va de même en Italie, où expirera dans 4 jours le délai laissé au législateur par la Cour constitutionnelle pour régler le soi-disant « flou juridique » qui existe par rapport à l'assistance au suicide. (Voir bulletin de l'IEB)


Articles similaires

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ...

Lire la suite

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

- Euthanasie et suicide assisté

C'est en décembre 2013 que la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) a posé plusieurs questions à la Ministre de la santé à propos du contrôle des déclarations anticipées d'euthanasie, selon lesquelles, et d'après la loi du 28 mai 2002 concernant l'euthanasie, il est possible d'exprimer sa volonté d'être euthanasié le jour où l'on ne serait plus en état de le faire. Quel contrôle y a-t-il pour ces cas de majeurs « incapables », dont il existe plusieurs catégories. En effet, on peut être frappé d'incapac...

Lire la suite

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une longue interview parue dans le Journal du médecin du 17 février 2012, le Dr Lossignol, coordinateur du forum francophone EOL (End Of Life) et chef du service des soins supportifs à l'Institut Bordet, membre de l'ADMD (Association du droit de mourir dans la dignité) exprime ses réticences quant au bien-fondé d'un élargissement de la loi votée en 2002.
Le Dr Lossignol estime qu'il faut d'abord s'assurer que le monde médical connaît bien le cadre légal actuel, ce qui n'est pas encore le ...

Lire la suite