Le Parlement italien divisé quant à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Italie

Publié le : 27/06/2019

Auteur / Source : Avvenire.it (24/06/2019) ; Centro Studio Livatino (4/06/2019) ; Tempi.it (mars 2019)

Le Parlement italien ne parvient toujours pas à s'accorder sur une nouvelle loi en matière de fin de vie. Ce lundi 24 juin, il a reporté les discussions de trois semaines. Il ne lui restera que deux mois pour légiférer dans le délai que la Cour constitutionnelle lui a donné pour repenser l'actuelle pénalisation du suicide assisté. (Voir Bulletin de l'IEB sur l'ordonnance de la Cour constitutionnelle).

Les deux partis au pouvoir, La Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S), ont déposé des propositions de loi diamétralement opposées. Tandis que La Ligue propose d'atténuer la peine infligée si celui qui assiste le suicide « vit de manière stable avec le malade et a agi en état de trouble grave provoqué par la souffrance de celui-ci », le M5S prône la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté.  A cela s'ajoutent deux autres propositions, qui toutes deux visent elles aussi à dépénaliser l'euthanasie : celle du Groupe Mixte, et un projet d'initiative populaire qui inclut la possibilité d'obtenir l'euthanasie sur base de directives anticipées. 

La proposition de La Ligue modifie de surcroit la loi sur les directives anticipées, en précisant que « l'hydratation et l'alimentation, même si elles sont garanties par des moyens techniques, ne sont pas considérées comme des traitements médicaux ». Elle entend ensuite introduire une clause de conscience en faveur des soignants qui s'opposeraient personnellement à un arrêt de traitements ou à des directives anticipées contraires à ce qu'ils estiment être une bonne pratique médicale. Enfin, un dernier article soustrait les établissements de santé privés à l'obligation de mettre pleinement en oeuvre la loi sur le testament biologique, dont certaines dispositions posent question sur le plan éthique. (Voir Bulletin de l'IEB)
Alfredo Mantovano, ancien juge et aujourd'hui conseiller à la Cour de cassation, est récemment intervenu sur la question auprès de la Commission parlementaire de la Justice. Invitant les députés à « sortir de la torpeur » qui, selon lui, paralyse le corps social, il a enjoint le Parlement à ne pas légiférer « sur mesure » du cas particulier qui a enflammé le débat : celui du suicide assisté du dénommé DJ Fabio.


Il est fort probable que le délai fixé par la Cour constitutionnelle expire avant que le Parlement ne se prononce sur la légalité de l'assistance au suicide et de l'euthanasie. Dans ce cas, on peut craindre que la Cour ne fasse primer le droit à l'autodétermination sur la répréhension de l'assistance au suicide, plongeant l'Italie dans la confusion par rapport à la mort provoquée.


Articles similaires

Belgique : des experts inquiets quant aux dérives et contrôle de l’euthanasie

Belgique : des experts inquiets quant aux dérives et contrôle de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que 80% des euthanasies pratiquées en Belgique le sont en Flandre, une quinzaine d'experts de l'UZGent, de la VUB (Bruxelles) et de la KULeuven ont publié récemment une opinion (traduction en français) suite à la parution du 7ème rapport de la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Sans remettre en cause l'euthanasie, ils commencent par exprimer leur regret qu'il ne soit plus permis, en Belgique, de poser des questions quant à sa pratique. Ils posent ensuite une série de...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mardi 8 décembre 2015, 65 spécialistes ont publié dans  De Morgen et dans La Libre, une carte blanche dénonçant l'euthanasie pour souffrances psychiques, pointant "l'impossibilité d'en objectiver l'incurabilité". « Nous voyons, par exemple, comment certaines personnes qui ont été déclarées incurables et qui, sur cette base, ont obtenu le droit à une euthanasie, y renoncent parfois finalement quand de nouvelles - et fragiles - perspectives se font jour. Ceci prouve paradoxalement que la mala...

Lire la suite