Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 31/01/2019

La Chambre des députés italienne va examiner un projet de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. D'initiative populaire, ce projet intervient au moment où la Cour Constitutionnelle a sommé le Parlement de légiférer sur l'assistance au suicide. (Affaire Cappato)

Le projet de loi affirme que chaque patient majeur, en phase terminale ou non, a le droit de refuser tout traitement et alimentation/hydratation artificielles. Le personnel médical a l'obligation de respecter la volonté du patient à cet égard, sous peine d'indemnités pour dommages moraux et matériels. Serait ainsi supprimée la possibilité pour les soignants de faire objection de conscience quand ils estiment qu'un arrêt de traitement et/ou de soins est contraire à la bonne pratique médicale. Voir le Bulletin de l'IEB sur la loi actuelle qui protège davantage les soignants objecteurs)

Le texte dépénalise ensuite l'euthanasie moyennant les conditions suivantes : la demande d'euthanasie est actuelle et sans équivoque ; le patient est majeur ; capable de prendre une décision ; atteint d'une maladie grave, incurable ou qui entraîne un pronostic vital de moins de 18 mois ; sa famille est avertie de la demande ; le patient a été informé de son état, des alternatives thérapeutiques et de l'évolution clinique prévisible.

Enfin, le projet prévoit la possibilité de rédiger une déclaration anticipée d'euthanasie, en vertu de laquelle il demande l'application de l'euthanasie s'il se trouve par la suite dans les conditions prévues supra, et est incapable de comprendre, de vouloir ou d'exprimer sa volonté (par ex. en cas de coma, mais aussi de démence,… ).

On ne note aucune mention explicite de la liberté de conscience des soignants qui ne souhaiteraient pas participer à une euthanasie, ce qui rendrait la position de soignants « objecteurs » très fragile.


Articles similaires

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Le 9 mai, deux propositions de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ont été déposées notamment par Marleen Temmermans.
Ces propositions de loi n°5-1610/1 et n°5-1611/1 reprennent des propositions de loi précédemment déposées par Myriam Vanlerberghe en 2007 et 2008. Les auteurs souhaitent par la première étendre l'euthanasie aux mineurs sans distinction d'âge. L'euthanasie pourrait être demandée par le mineur lui-même s'il dispose de la faculté de discernement. S'il ne di...

Lire la suite

Ecosse : le Parlement rejette le suicide assisté

Ecosse : le Parlement rejette le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le suicide assisté fut le dernier combat de la députée indépendante Margo MacDonal. Décédée en avril 2014 de la maladie de Parkinson, elle n'aura pas assisté à l'issue défavorable de sa proposition de loi. Les députés écossais, interpellés par une pétition de 15 000 citoyens, ont rejeté le 27 mai 2015 la proposition de loi en faveur du suicide assisté.
« Le gouvernement estime que la loi actuelle est claire et qu'il n'est pas du ressort de la loi d'aider quelqu'un à se suicider. Le gouvernemen...

Lire la suite

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

- Euthanasie et suicide assisté

De uitbreiding van de wet euthanasie blijft evenwel voor controverse zorgen, en het zijn kinderspecialisten die zich vragen stellen bij euthanasie voor minderjarigen. 38 artsen roepen in een open brief aan De Standaard op tot een 'time-out' voor een wetsvoorstel 'dat het niet verdient overhaast door de parlementaire mallemolen geramd te worden.'
Een van de initiatiefnemers is Stefaan Van Gool, diensthoofd kinderneuro-oncologie in Gasthuisberg. Maar ook Piet Vanhaesebrouck (UZ Gent), Luc...

Lire la suite