Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 31/01/2019

La Chambre des députés italienne va examiner un projet de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. D'initiative populaire, ce projet intervient au moment où la Cour Constitutionnelle a sommé le Parlement de légiférer sur l'assistance au suicide. (Affaire Cappato)

Le projet de loi affirme que chaque patient majeur, en phase terminale ou non, a le droit de refuser tout traitement et alimentation/hydratation artificielles. Le personnel médical a l'obligation de respecter la volonté du patient à cet égard, sous peine d'indemnités pour dommages moraux et matériels. Serait ainsi supprimée la possibilité pour les soignants de faire objection de conscience quand ils estiment qu'un arrêt de traitement et/ou de soins est contraire à la bonne pratique médicale. Voir le Bulletin de l'IEB sur la loi actuelle qui protège davantage les soignants objecteurs)

Le texte dépénalise ensuite l'euthanasie moyennant les conditions suivantes : la demande d'euthanasie est actuelle et sans équivoque ; le patient est majeur ; capable de prendre une décision ; atteint d'une maladie grave, incurable ou qui entraîne un pronostic vital de moins de 18 mois ; sa famille est avertie de la demande ; le patient a été informé de son état, des alternatives thérapeutiques et de l'évolution clinique prévisible.

Enfin, le projet prévoit la possibilité de rédiger une déclaration anticipée d'euthanasie, en vertu de laquelle il demande l'application de l'euthanasie s'il se trouve par la suite dans les conditions prévues supra, et est incapable de comprendre, de vouloir ou d'exprimer sa volonté (par ex. en cas de coma, mais aussi de démence,… ).

On ne note aucune mention explicite de la liberté de conscience des soignants qui ne souhaiteraient pas participer à une euthanasie, ce qui rendrait la position de soignants « objecteurs » très fragile.


Articles similaires

Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a accepté l'invitation du président de la Commission internationale contre la peine de mort (ICDP), Federico Mayor Zaragoza, d'adhérer à ce groupe de pression qui milite en faveur de l'abrogation de la peine capitale.
La Belgique joue un effet depuis plusieurs années un rôle important dans la campagne internationale visant à abolir la peine de mort. Elle l'a abolie en 1996, inscrivant même l'abolition dans une modification de sa const...

Lire la suite

Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

En un an, 10.799 citoyens ont fait la démarche de rédiger une déclaration anticipée relative à l'euthanasie, aussi appelée testament de vie.

Rappelons que la loi dépénalisant 'euthanasie permet de rédiger une déclaration anticipée pour l'éventualité où la personne se trouverait dans un état d'inconscience irréversible ne permettant pas de s'exprimer. Il s'agit donc d'une demande d'arrêt actif de vie et non d'un simple arrêt de traitement permettant à la maladie de suivre son cours jusqu'à la ...

Lire la suite

L’euthanasie, toujours plus loin…

L’euthanasie, toujours plus loin…

- Euthanasie et suicide assisté

L'euthanasie pour « fatigue de vivre » revient sur la scène politique et médiatique, suite aux déclarations de la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten. Le parti avait déjà lancé l'idée en août 2017. Tout comme il y a deux ans, l'appel à autoriser l'euthanasie pour fatigue de vivre a suscité de vives réactions, tant parmi la population que du côté politique ou médical.

L'écrivain Arne De Winde a mal vécu l'euthanasie de son père l'an dernier, et dans une opinion publiée par De Standaard,...

Lire la suite