Qu’est-ce qui conduit les prisonniers à demander l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/02/2019

23 détenus ont demandé l'euthanasie entre 2011 et 2017. Si l'on ne connaît pas l'issue de leurs demandes, on sait néanmoins que deux d'entre eux se trouvaient en phase terminale d'un cancer, tandis que les 21 autres invoquaient des souffrances psychiques.

De quelles souffrances s'agit-il ? Caroline Devynck, criminologue à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), s'est longuement entretenue avec eux. Elle rapporte qu'ils sont en général condamnés à un emprisonnement de longue durée, et qu'ils considèrent leur situation comme « sans issue ». Internés ou emprisonnés, la question est la même : « Que me reste-t-il encore à vivre ? ». Ils pointent l'absence de perspectives, de contacts sociaux, une vie réduite à une promenade quotidienne ou à regarder la télévision, et des circonstances de vie de plus en plus insupportables, comme le bruit permanent, la mésentente voire la violence entre prisonniers, l'absence de vie privée, …

Selon la chercheur, il est frappant de voir comment les événements extérieurs à la prison peuvent les détourner de l'euthanasieÀ l'inverse, quand petit à petit les familles, amis ou connaissances ne maintiennent plus le contact avec le prisonnier, celui-ci se trouve alors progressivement isolé et ne voit plus de raison de vivre.

On se souvient de la demande d'euthanasie de Franck Van der Bleeken, demande qu'il avait finalement retirée en obtenant d'être transféré dans un centre psychiatrique offrant de meilleures conditions de vie et de soins (voir bulletin de l'IEB). Caroline Devynck a elle aussi rencontré un détenu qui, à la suite de leur entretien, a retrouvé un peu d'espoir venant du monde extérieur et a retiré sa demande d'euthanasie. Un autre a avoué avoir demandé l'euthanasie pour, en fait, obtenir un meilleur avocat. Derrière la demande des prisonniers d'en finir, se cache ainsi souvent un appel à l'aide ou à la considération.

S'il s'agit bien d'une souffrance existentielle, aussi considérée comme « souffrance psychique », ces prisonniers entrent plus difficilement dans les conditions pour obtenir l'euthanasie. A la question de savoir s'il y a une lacune dans la loi, C. Devynck répond : « La lacune se trouve dans toute la société parce que le soin et la thérapie pour ceux qui souffrent psychiquement ne sont pas accessibles pour tout le monde. »

Alors, ne pourrait-on pas pointer les mêmes dysfonctionnements pour les demandes d'euthanasie en dehors du contexte pénitentiaire ? La chercheur établit elle-même un parallèle avec les situations d'extrême dépendance que vivent certaines personnes dans d'autres institutions comme les hôpitaux ou les maisons de repos.

Sans nier les conditions de vie extrêmement pénibles en prison, on retrouve néanmoins les mêmes sujets de souffrance invoqués pour l'euthanasie à l'échelle de l'ensemble de la population : « Parmi les souffrances psychiques sont évoquées la dépendance, la perte d'autonomie, la solitude, la désespérance, la perte de dignité, le désespoir à l'idée de perdre sa capacité à entretenir des contacts sociaux, etc. » (Synthèse du Rapport 2018 de la CFCCE sur l'euthanasie)

Les demandes d'euthanasie des prisonniers nous aideraient-elles à mieux comprendre les besoins des personnes en fin de vie ?

Source : Knack.be (2/1/2019)


Articles similaires

Flandre : les professionnels de la santé impliqués dans des IMG largement favorables à l’euthanasie néonatale

Flandre : les professionnels de la santé impliqués dans des IMG largement favorables à l’euthanasie néonatale

- Euthanasie et suicide assisté

9 professionnels sur 10 impliqués dans des avortements pour raison médicale en centre pour soins intensifs néonataux en Flandre estiment que pour les nouveaux-nés « présentant un état de santé grave, dans certains cas, il est acceptable de mettre activement fin à leurs jours ». 88% de ces professionnels pensent que la loi devrait être modifiée de façon à permettre un tel geste.

 

Une première étude réalisée par le groupe de recherche End of Life Research Group rattaché à la Vrije Universi...

Lire la suite

Belgique : pas d’euthanasie pour Frank Van Den Bleeken

Belgique : pas d’euthanasie pour Frank Van Den Bleeken

- Euthanasie et suicide assisté

Suite à des demandes répétées, et à l'accord intervenu en septembre dernier entre son avocat et le SPF Justice (voir bulletin du 15/09/2014), le cas de Frank Van Den Bleeken semblait devoir trouver une issue tragique en ce début d'année, puisque son euthanasie était planifiée le 11 janvier à la prison de Bruges.
Finalement, suite à la levée de boucliers suscitée par cette nouvelle, il n'en sera rien. Le médecin qui devait pratiquer cette euthanasie a en effet décidé de suspendre la procédure, ...

Lire la suite

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

- Euthanasie et suicide assisté

C'est un appel à réformer la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (CFCEE), qu'a lancé le Docteur Vanopdenbosch le 29 avril dernier. Invité à intervenir au cours de la journée d'étude « Euthanasie réussie ? Une évaluation critique de la loi et de la commission euthanasie » organisée à la KULeuven, l'ancien membre de la Commission, qui a remis sa démission en février 2018, est revenu sur les motivations de son départ. L'Institut Européen de Bioéthique en livre les poin...

Lire la suite