Qu’est-ce qui conduit les prisonniers à demander l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/02/2019

23 détenus ont demandé l'euthanasie entre 2011 et 2017. Si l'on ne connaît pas l'issue de leurs demandes, on sait néanmoins que deux d'entre eux se trouvaient en phase terminale d'un cancer, tandis que les 21 autres invoquaient des souffrances psychiques.

De quelles souffrances s'agit-il ? Caroline Devynck, criminologue à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), s'est longuement entretenue avec eux. Elle rapporte qu'ils sont en général condamnés à un emprisonnement de longue durée, et qu'ils considèrent leur situation comme « sans issue ». Internés ou emprisonnés, la question est la même : « Que me reste-t-il encore à vivre ? ». Ils pointent l'absence de perspectives, de contacts sociaux, une vie réduite à une promenade quotidienne ou à regarder la télévision, et des circonstances de vie de plus en plus insupportables, comme le bruit permanent, la mésentente voire la violence entre prisonniers, l'absence de vie privée, …

Selon la chercheur, il est frappant de voir comment les événements extérieurs à la prison peuvent les détourner de l'euthanasieÀ l'inverse, quand petit à petit les familles, amis ou connaissances ne maintiennent plus le contact avec le prisonnier, celui-ci se trouve alors progressivement isolé et ne voit plus de raison de vivre.

On se souvient de la demande d'euthanasie de Franck Van der Bleeken, demande qu'il avait finalement retirée en obtenant d'être transféré dans un centre psychiatrique offrant de meilleures conditions de vie et de soins (voir bulletin de l'IEB). Caroline Devynck a elle aussi rencontré un détenu qui, à la suite de leur entretien, a retrouvé un peu d'espoir venant du monde extérieur et a retiré sa demande d'euthanasie. Un autre a avoué avoir demandé l'euthanasie pour, en fait, obtenir un meilleur avocat. Derrière la demande des prisonniers d'en finir, se cache ainsi souvent un appel à l'aide ou à la considération.

S'il s'agit bien d'une souffrance existentielle, aussi considérée comme « souffrance psychique », ces prisonniers entrent plus difficilement dans les conditions pour obtenir l'euthanasie. A la question de savoir s'il y a une lacune dans la loi, C. Devynck répond : « La lacune se trouve dans toute la société parce que le soin et la thérapie pour ceux qui souffrent psychiquement ne sont pas accessibles pour tout le monde. »

Alors, ne pourrait-on pas pointer les mêmes dysfonctionnements pour les demandes d'euthanasie en dehors du contexte pénitentiaire ? La chercheur établit elle-même un parallèle avec les situations d'extrême dépendance que vivent certaines personnes dans d'autres institutions comme les hôpitaux ou les maisons de repos.

Sans nier les conditions de vie extrêmement pénibles en prison, on retrouve néanmoins les mêmes sujets de souffrance invoqués pour l'euthanasie à l'échelle de l'ensemble de la population : « Parmi les souffrances psychiques sont évoquées la dépendance, la perte d'autonomie, la solitude, la désespérance, la perte de dignité, le désespoir à l'idée de perdre sa capacité à entretenir des contacts sociaux, etc. » (Synthèse du Rapport 2018 de la CFCCE sur l'euthanasie)

Les demandes d'euthanasie des prisonniers nous aideraient-elles à mieux comprendre les besoins des personnes en fin de vie ?

Source : Knack.be (2/1/2019)


Articles similaires

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite au constat qu'une partie de la loi belge relative à l'euthanasie n'avait pas été publiée (Bulletin de l'IEB) et n'était donc pas appliquée, la Ministre de la santé Maggie De Block avait promis de réparer cet oubli. Ce qui a été fait dans le Moniteur belge du 21 mars dernier.

Reste désormais à mettre en place le contrôle sur le terrain de la délivrance des substances euthanasiantes par les pharmaciens au médecin en personne, ainsi que du retour des produits non utilisés par celui...

Lire la suite

Pays-Bas : le contrôle de l’euthanasie remis en cause par des chercheurs américains

Pays-Bas : le contrôle de l’euthanasie remis en cause par des chercheurs américains

- Euthanasie et suicide assisté

La loi dépénalisant l'euthanasie et le suicide assisté aux Pays-Bas se décrit comme stricte et rigoureuse, et pourtant, une étude menée par David Miller and Dr Scott Kim du département de bioéthique au National Institutes of Health (NIH) (USA) suggère le contraire.

Le but de leur étude est de comprendre comment les organes qui contrôlent et avalisent a posteriori les euthanasies, les Commissions RTE (Regionale Toetsingscommissies Euthanasie), définissent et évaluent les critères d'euthanasie ...

Lire la suite

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

- Euthanasie et suicide assisté

En cette période électorale où s'alignent les programmes pour la prochaine législature, les militants pro euthanasie font pression pour autoriser l'euthanasie des personnes démentes.

Une pétition a déjà recueilli plus de 45.000 signatures d'après le Levens Einde Informatie Forum (LEIF) où elle est hébergée. Le Prof. et président de la Commission de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans avec 139 autres militants l'ont lancée le 7 mai dernier. Ils plaident pour que les personnes se trouvant à...

Lire la suite