Qu’est-ce qui conduit les prisonniers à demander l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/02/2019

23 détenus ont demandé l'euthanasie entre 2011 et 2017. Si l'on ne connaît pas l'issue de leurs demandes, on sait néanmoins que deux d'entre eux se trouvaient en phase terminale d'un cancer, tandis que les 21 autres invoquaient des souffrances psychiques.

De quelles souffrances s'agit-il ? Caroline Devynck, criminologue à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), s'est longuement entretenue avec eux. Elle rapporte qu'ils sont en général condamnés à un emprisonnement de longue durée, et qu'ils considèrent leur situation comme « sans issue ». Internés ou emprisonnés, la question est la même : « Que me reste-t-il encore à vivre ? ». Ils pointent l'absence de perspectives, de contacts sociaux, une vie réduite à une promenade quotidienne ou à regarder la télévision, et des circonstances de vie de plus en plus insupportables, comme le bruit permanent, la mésentente voire la violence entre prisonniers, l'absence de vie privée, …

Selon la chercheur, il est frappant de voir comment les événements extérieurs à la prison peuvent les détourner de l'euthanasieÀ l'inverse, quand petit à petit les familles, amis ou connaissances ne maintiennent plus le contact avec le prisonnier, celui-ci se trouve alors progressivement isolé et ne voit plus de raison de vivre.

On se souvient de la demande d'euthanasie de Franck Van der Bleeken, demande qu'il avait finalement retirée en obtenant d'être transféré dans un centre psychiatrique offrant de meilleures conditions de vie et de soins (voir bulletin de l'IEB). Caroline Devynck a elle aussi rencontré un détenu qui, à la suite de leur entretien, a retrouvé un peu d'espoir venant du monde extérieur et a retiré sa demande d'euthanasie. Un autre a avoué avoir demandé l'euthanasie pour, en fait, obtenir un meilleur avocat. Derrière la demande des prisonniers d'en finir, se cache ainsi souvent un appel à l'aide ou à la considération.

S'il s'agit bien d'une souffrance existentielle, aussi considérée comme « souffrance psychique », ces prisonniers entrent plus difficilement dans les conditions pour obtenir l'euthanasie. A la question de savoir s'il y a une lacune dans la loi, C. Devynck répond : « La lacune se trouve dans toute la société parce que le soin et la thérapie pour ceux qui souffrent psychiquement ne sont pas accessibles pour tout le monde. »

Alors, ne pourrait-on pas pointer les mêmes dysfonctionnements pour les demandes d'euthanasie en dehors du contexte pénitentiaire ? La chercheur établit elle-même un parallèle avec les situations d'extrême dépendance que vivent certaines personnes dans d'autres institutions comme les hôpitaux ou les maisons de repos.

Sans nier les conditions de vie extrêmement pénibles en prison, on retrouve néanmoins les mêmes sujets de souffrance invoqués pour l'euthanasie à l'échelle de l'ensemble de la population : « Parmi les souffrances psychiques sont évoquées la dépendance, la perte d'autonomie, la solitude, la désespérance, la perte de dignité, le désespoir à l'idée de perdre sa capacité à entretenir des contacts sociaux, etc. » (Synthèse du Rapport 2018 de la CFCCE sur l'euthanasie)

Les demandes d'euthanasie des prisonniers nous aideraient-elles à mieux comprendre les besoins des personnes en fin de vie ?

Source : Knack.be (2/1/2019)


Articles similaires

Distelmans: "Un nouveau débat sur l'euthanasie s'impose"

Distelmans: "Un nouveau débat sur l'euthanasie s'impose"

- Euthanasie et suicide assisté

Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la VUB et président de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, plaide pour la réouverture du débat concernant l'euthanasie, apprend-on dans l'hebdomadaire médical flamand De Huisarts. Il souhaite ainsi que les personnes présentant une "incapacité irrévocable acquise d'exprimer ce qu'elles veulent" entrent en ligne de compte pour une euthanasie. Il s'agit entre autres de patients souffrant d'une tumeur au cerveau ou...

Lire la suite

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

- Euthanasie et suicide assisté

La chambre des mises en accusation de Gand a décidé hier de renvoyer trois médecins devant la Cour d'assises. Elle estime qu'il y a assez d'indices montrant que l'euthanasie de Tine Nys, 38 ans, ne s'est pas faite conformément à la loi. Ils devront répondre d'empoisonnement.

Les deux soeurs de Tine Nys reprochent aux médecins d'avoir pratiqué l'euthanasie en méconnaissant autant les règles de procédure que les conditions essentielles de la loi, notamment celle du caractère incurable de la pat...

Lire la suite

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

- Euthanasie et suicide assisté

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a prov...

Lire la suite