Portugal : le Parlement vote à nouveau en faveur de l’euthanasie

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Le 9 décembre dernier, les députés du Parlement portugais ont adopté un nouveau texte de légalisation de l’euthanasie. Son entrée en vigueur reste suspendue à la décision du président de la République quant à sa compatibilité avec la Constitution portugaise.

 

Cette loi constitue le troisième texte adopté par les députés portugais en l’espace de quelques années, le premier sous la législature actuelle.

 

Deux projets de loi sur l’euthanasie avaient en effet été successivement adoptés en janvier et novembre 2021, mais avaient ensuite vu leur mise en œuvre bloquée après le vote. Dans le premier cas, les conditions d’application de l’euthanasie prévues par le texte avaient été jugées inconstitutionnelles par le Tribunal constitutionnel portugais (voy. IEB 18/03/21). Le second texte avait quant à lui fait l’objet d’un veto de la part du Président de la République, en raison des incertitudes juridiques subsistantes (voy. IEB 14/01/22). Dans chaque cas, était pointé le manque d’encadrement et de contrôle de cette exception à l’interdit de tuer.

 

Loin de répondre aux inquiétudes soulevées par les deux premières lois, ce nouveau texte semble au contraire les renforcer : les conditions de la loi sont en effet plus extensives qu’auparavant.

Ainsi, le caractère « intolérable » de la souffrance n’est plus requis chez le patient, seule suffirait désormais une souffrance « de grande intensité ».

De même, le critère lié à l’existence d’une « maladie mortelle » est remplacé par celui de « maladie grave ».

Enfin, l’euthanasie n’est plus envisagée comme le fait d’ « anticiper » la mort du patient déjà en fin de vie, comme auparavant : l’euthanasie est considérée ici comme le fait, pour un médecin, de volontairement administrer la mort à une personne qui le demande.

 

Alors même qu’en octobre dernier, la Belgique a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (voy. IEB 04/10/22) pour le manque d’encadrement de la pratique de l’euthanasie (en l’occurrence, concernant le contrôle a posteriori), cette loi portugaise semble emprunter à son tour la voie d’une légalisation extensive de l’euthanasie.

 

Nombreux sont toutefois les juristes et constitutionnalistes portugais à remettre en question les termes de la loi. Son caractère extensif pourrait ainsi conduire à un nouveau blocage de l’entrée en vigueur de la loi, soit par un veto du Président de la République, soit par un constat d’inconstitutionnalité formulé par le Tribunal constitutionnel.


Articles similaires

La question du filtre palliatif pour les demandes d’euthanasie

La question du filtre palliatif pour les demandes d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude, réalisée par Sylvie Tack, du groupe de recherche Zorg rond het Levenseide (Soins en fin de vie) de la VUB et de l'université de Gand, analyse  la légitimité juridique de la mise en place d'un filtre palliatif préalable à une demande d'euthanasie. L'auteur part du constat qu'outre les conditions légales prévues par la loi dépénalisant l'euthanasie, un grand nombre d'établissements de soins, principalement catholiques, exigent des conditions supplémentaires avant d'accéder à une deman...

Lire la suite

L'euthanasie est une menace réelle pour la pratique de la médecine

L'euthanasie est une menace réelle pour la pratique de la médecine

- Euthanasie et suicide assisté

Le Professeur belge Benoît Beuselinck, médecin oncologue de la KUL, révèle dans un ouvrage universitaire, « Euthanasia and Assisted Suicide : Lessons from Belgium » que des infirmières et des assistantes sociales d'un hôpital belge démissionnent de l'unité de soins palliatifs, parce que celle-ci se transforme en « maison de l'euthanasie ».

Ces infirmières ne veulent plus être réduites à préparer les patients et leurs familles aux injections létales, et considèrent que les demandes d'euthanasi...

Lire la suite

Des soignants réagissent face au « prosélytisme » d'associations pro-euthanasie

Des soignants réagissent face au « prosélytisme » d'associations pro-euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une lettre ouverte écrite à l'initiative de Martine et Bernard Couderc (respectivement gériatre co-fondatrice d'une association de soins palliatifs, et cancérologue), quarante-sept médecins, soignants et aidants-proches dénoncent le « prosélytisme » des associations en faveur de l'euthanasie en France.

C'est l'organisation d'une conférence par le Président départemental de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) qui a suscité la réaction du collectif.  Le médecin inv...

Lire la suite