Portugal : nouveau rejet de la loi sur l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Portugal

Publié le : 14/01/2022

Auteur / Source : L. Vanbellingen

Après l'annulation d'une première loi par le Tribunal constitutionnel portugais, le texte de loi remanié a cette fois fait l'objet d'un veto présidentiel le 29 novembre 2021.

La première version de la loi, adoptée en janvier 2021 (voy. IEB 27/01/21), avait en effet été jugée inconstitutionnelle (voy. IEB 18/03/21) par les juges suprêmes (eux-mêmes saisis par le Président de la République), du fait des imprécisions juridiques entourant la condition relative à l'état de santé du patient.

La nouvelle proposition de loi, adoptée le 5 novembre 2021 et censée répondre à ces remarques critiques, n'en demeurait pas moins insatisfaisante, conduisant le Président de la République à user cette fois de son pouvoir de veto.

Parmi les motifs fournis à l'appui de sa décision, Marcelo Rebelo de Sousa pointe en particulier la présence contradictoire des concepts de « maladie grave », « incurable » ou « fatale » en tant que conditions d'accès à l'euthanasie, sans que l'on sache laquelle de ces trois notions s'avère déterminante.

Plus largement, le Président insiste sur le fait que l'ouverture de l'euthanasie aux personnes qui ne sont pas en fin de vie représente un « changement considérable du point de vue de l'équilibre entre la valeur de la vie et le droit à l'auto-détermination, dans le contexte de la société portugaise ».

Précisons que le vote de cette deuxième version de la loi était intervenu précipitamment, le 5 novembre 2021, alors qu'était attendue de manière imminente la dissolution du parlement, en raison de la crise politique que traversait la majorité gouvernementale.

Conjugué à la clôture anticipée de cette législature, le veto présidentiel rend désormais impossible toute nouvelle initiative parlementaire sur la question. La perspective d'une nouvelle proposition de loi relative à l'euthanasie dépendra en l'occurrence de la volonté de la majorité politique qui émergera des urnes le 30 janvier prochain.

Le collectif citoyen Stop Eutanasia n'a quoi qu'il en soit pas manqué d'insister sur le fait que le rejet du texte par le chef de l'État s'inscrit en cohérence avec « le sentiment de la majorité des Portugais », tenant compte en particulier du besoin urgent « d'investir dans les soins palliatifs et de promouvoir de meilleurs soins de santé qui permettent une fin de vie vraiment digne pour les personnes les plus fragiles et vulnérables de la société ».


Articles similaires

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

- Euthanasie et suicide assisté

A l'occasion d'un symposium organisé dernièrement à Bruxelles pour marquer le dixième anniversaire de l'euthanasie en Belgique, deux sénatrices socialistes flamandes, Myriam Vanlerberghe et Marleen Temmerman ont annoncé qu'elles déposeraient dans le courant du mois de mai des propositions de loi visant à étendre la possibilité de l'euthanasie aux mineurs et aux déments.
Cette nouvelle, reprise par les principaux médias belges n'en est pourtant pas une.
Rappelons ici que Myriam Vanlerberghe av...

Lire la suite

Euthanasie voor een bejaard koppel uit Meerbeek.

Euthanasie voor een bejaard koppel uit Meerbeek.

- Euthanasie et suicide assisté

Een bejaard koppel uit Vlaams-Brabant is samen uit het leven gestapt via euthanasie, zo schrijft Het Laatste Nieuws. De vrouw (78) kon zich geen leven voorstellen zonder haar man (83), die aan kanker leed en ten dode opgeschreven was.

Het echtpaar, altijd kinderloos gebleven, was al een heel leven lang gelukkig getrouwd. Toen de man getroffen werd door kanker en helse pijnen leed, namen de twee de beslissing om samen afscheid te nemen van elkaar en van het leven. De vrouw - die niet...

Lire la suite

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis la légalisation de l'aide à mourir (AMM) en décembre 2015, 1.829 Québécois l'ont officiellement réclamée, et 1.215 (66 %) l'ont officiellement obtenue.

Entre 2016 et 2017, le nombre de personnes décédées avec l'aide d'un médecin y a augmenté de 58 %. En 2017, au Canada, près d'un décès sur 100 est survenu suite à une demande d'AMM, et au Québec, il s'agit d'une personne sur 50.

Le Dr Claude Rivard, médecin spécialisé en soins palliatifs en Montérégie, région où les médecins ont dû pra...

Lire la suite