Médecins pensionnés ou vente de poison : solutions à la pénurie de médecins pour l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 10/01/2019

La Clinique de fin de vie (‘Levenseindekliniek') aux Pays-Bas fait pression pour que les médecins pensionnés puissent continuer à informer leurs confrères en matière d'euthanasie, même après avoir cessé leur activité. La forte proportion de médecins pensionnés parmi les médecins-SCEN* lui fait craindre de devoir faire appel à d'autres médecins qui ne font pas partie du consortium pour pratiquer les euthanasies dans la clinique.
Jusqu'à présent, il faut être enregistré comme médecin généraliste ou spécialiste pour faire partie du consortium des médecins-SCEN, qui sont formés pour conseiller leurs confrères en matière d'euthanasie. Ils conseillent et délivrent souvent le deuxième avis médical obligatoire pour une euthanasie. La Commission de formation et d'enregistrement des médecins-SCEN exige que le médecin maintienne et actualise son niveau de connaissances et de compétences en restant actif dans la pratique clinique. Elle estime en effet que la pratique d'un médecin lui est nécessaire pour pouvoir juger s'il n'y a pas d'autres alternatives raisonnables à l'euthanasie pour un patient, une mesure de prudence d'ailleurs requise par la loi.

Aussi, la Clinique de fin de vie s'inquiète-t-elle d'une pénurie croissante de médecins-SCEN, qui l'obligerait à se tourner vers des médecins dont elle n'a sans doute pas la certitude qu'ils appuieront les requêtes d'euthanasie. Elle demande pour cela à la Commission des médecins-SCEN de retirer l'obligation d'enregistrement comme médecin généraliste ou spécialiste. La Société Royale néerlandaise de médecine (KNMG) a fait savoir que la question serait abordée dans le courant du mois de janvier.

Les demandes d'euthanasie se heurteraient-elles à une réticence croissante des médecins actifs, vis-à-vis d'un acte qui semble peser lourdement sur leur conscience et leur pratique professionnelle ?

C'est en effet ce qui ressort de l'analyse de Jos Van Wijk, le président de Dernière Volonté, une coopérative qui facilite l'achat de substances mortifères pour les personnes désirant se suicider. « Même si [l'euthanasie] est permise, beaucoup de médecins refusent de la pratiquer. Un médecin qui veut bien aider, ressent souvent une énorme charge mentale et émotionnelle. Ce n'est quand même pas une partie de plaisir d'avoir la mort de quelqu'un sur sa conscience, même si cette personne l'a demandé. » Une allégation qui traduit bien le malaise des médecins par rapport à une pratique qui violente leur engagement à soigner.

*Steun en Consultatie bij Euthanasie in Nederland, c'est-à-dire Soutien et Consultation pour une euthanasie aux Pays-Bas. La Belgique connaît un consortium équivalent avec les médecins LEIF-EOL.

Sources: Medisch Contact, Humo.


Articles similaires

France : le Conseil d'Etat confirme la radiation de l’Ordre des médecins de Nicolas Bonnemaison

France : le Conseil d'Etat confirme la radiation de l’Ordre des médecins de Nicolas Bonnemaison

- Euthanasie et suicide assisté

A la suite du décès suspect de plusieurs patients au centre hospitalier de Bayonne, des poursuites disciplinaires et pénales ont été engagées contre le docteur Nicolas Bonnemaison, soupçonné d'avoir administré à certains de ces patients des substances ayant provoqué leur mort, en particulier un produit contenant du curare, le Norcuron.

Radié par la chambre disciplinaire régionale de l'ordre des médecins d'Aquitaine le 24 janvier 2013 - décision confirmée en appel par la chambre disciplinaire ...

Lire la suite

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belg...

Lire la suite

Nederland: Euthanasie bij patiënten met een psychiatrische aandoening

Nederland: Euthanasie bij patiënten met een psychiatrische aandoening

- Euthanasie et suicide assisté

Factsheet KNMG (1)  van februari 2014.
Er is een in Nederland een toename van al dan niet ingewilligde euthanasieverzoeken voor psychiatrische patiënten (2% van de euthanasieverzoeken in 2012).  Patiënten met een psychiatrisch ziektebeeld kunnen in Nederland in aanmerking komen voor euthanasie.Psychiatrie valt binnen de kaders van de wet op euthanasie, bepaald in het Chabot -arrest (1994) omdat  niet de oorsprong van het lijden, maar de ondraaglijkheid ervan van toepassing is en dat een psyc...

Lire la suite