Les hôpitaux belges laissent-ils mourir certains patients par manque de place ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/10/2017

Frédéric Moret, journaliste pour RTL Info, rapporte ce 29 Septembre 2017 une nouvelle problématique au sein de certains hôpitaux belges. Sur base des témoignages recueillis auprès d'infirmiers travaillant en soins intensifs, on ferait "mourir des patients qui sont très mal en point par manque de place". La mort de certains patients serait par exemple provoquée sans que la famille soit prévenue, en leur disant simplement que le patient est très mal « pour les préparer au pire ». Une autre pratique serait que le médecin refuse l'accès à la salle de réanimation à un patient car ces services "frôlent souvent la saturation (90% de taux d'occupation)". Cela rappelle la position du Prof. Vincent exprimée en 2014 dans une Carte Blanche. (Voir aussi Bulletin de l'IEB)

Nicolas Berg, responsable du service de gériatrie de l'hôpital de la Citadelle à Liège, met en doute ces témoignages rappelant qu'aujourd'hui l'euthanasie en Belgique est beaucoup plus encadrée. Il explique qu'il y a une réelle discussion entre le médecin traitant, le patient et son entourage concernant le choix de l'euthanasie.

Encore faut-il que le patient soit à même de la demander, alors qu'il se trouve en soins intensifs.


Articles similaires

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

- Euthanasie et suicide assisté

La chambre des mises en accusation de Gand a décidé hier de renvoyer trois médecins devant la Cour d'assises. Elle estime qu'il y a assez d'indices montrant que l'euthanasie de Tine Nys, 38 ans, ne s'est pas faite conformément à la loi. Ils devront répondre d'empoisonnement.

Les deux soeurs de Tine Nys reprochent aux médecins d'avoir pratiqué l'euthanasie en méconnaissant autant les règles de procédure que les conditions essentielles de la loi, notamment celle du caractère incurable de la pat...

Lire la suite

Canada : de l’aide à mourir en fin de vie vers la "mort sur demande" ?

Canada : de l’aide à mourir en fin de vie vers la "mort sur demande" ?

- Euthanasie et suicide assisté

Quatre ans après avoir dépénalisé l'euthanasie, le Parlement fédéral canadien s'apprête à élargir la loi en la matière, afin de permettre à toute personne malade qui souhaite mourir d'être ''suicidée'' par ou avec l'aide d'un médecin ou d'une infirmière.

 

Déposé au Parlement le 5 octobre dernier par le Ministre de la Justice, le projet de loi C-7 avait déjà fait l'objet d'une première lecture le 7 février 2020.

 

Dans sa dernière version, le projet de loi prévoit en premier lieu de suppri...

Lire la suite