Légaliser l’euthanasie… pour des raisons économiques

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Un article scientifique récemment publié dans la revue Clinical Ethics encourage la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie sur base d'arguments financiers.

Cet article, co-écrit par David Shaw (chercheur en bioéthique à l'Institute for Biomedical Ethics de Bâle) et Alec Morton (chercheur en management de la santé à Glasgow), est intitulé « Counting the cost of denying assisted dying » (« Calculer le coût d'un refus de légalisation du suicide assisté »). Les deux auteurs cherchent ici à démontrer qu'il serait judicieux de légaliser le suicide assisté au Royaume-Uni en raison du coût économique que représenterait le maintien d'un refus en la matière.

Trois arguments sont invoqués par les auteurs.

Le premier argument consiste à considérer qu' « offrir l'opportunité » de mourir aux patients qui souffrent peut être bénéfique, au regard du concept de « Quality-adjusted life years » (QALYs, années de vie de qualité). Ce concept quantifie les avantages et inconvénients médicaux et économiques de certains traitements, prenant simultanément en compte la qualité de vie et l'espérance de vie. En l'occurrence, selon les auteurs, les QALYs de certains patients sont diminués car ceux-ci ne disposent pas de la possibilité de recourir à l'euthanasie.

En second lieu, les auteurs mettent en exergue l'opportunité que représenterait l'euthanasie du point de vue des économies réalisées en matière de soins des patients en phase terminale. Les dépenses qu'impliquent ces soins d'accompagnement et de soulagement de la douleur pourraient selon eux être mieux allouées ailleurs : « les ressources consommées par les patients qui se voient refuser l'aide à mourir pourraient plutôt être utilisées pour fournir des années de vie de qualité supplémentaires à d'autres patients qui souhaitent continuer à vivre et ainsi améliorer leur qualité de vie ». Cela permettrait donc de « libérer ces ressources pour d'autres patients ».

Enfin, le dernier argument invoqué est le don d'organes. Le prélèvement d'organes réalisé directement après le suicide assisté serait meilleur d'un point de vue clinique et, partant, économique, puisque des patients supplémentaires pourront bénéficier d'une transplantation. En effet, si les patients ne peuvent donner leurs organes à la suite d'un suicide assisté, « la fonction des organes se détériorera progressivement jusqu'à ce qu'ils meurent naturellement, ce qui signifie que la transplantation a moins de chances de réussir ».

Le rapport conclut lui-même en indiquant que légaliser l'euthanasie présente en réalité des avantages plus larges pour la société que pour les patients qui choisissent de mourir par euthanasie, « du fait de l'utilisation réduite des ressources et d'un potentiel accru de don d'organes ».

A travers cet article, les auteurs assument entièrement leur approche conséquentialiste et utilitariste du suicide assisté. Le financement des soins de santé est ainsi envisagé comme une enveloppe fermée au sein de laquelle les soins réalisés sur un patient qui souhaite mourir sont nécessairement déboursés au détriment d'une autre personne. Outre sa dimension incomplète, sinon contestable, une telle approche présente le risque de conduire certains patients à se considérer comme un fardeau économique, et à croire qu'ils sont plus utiles morts que vivants. Un tel danger est particulièrement perceptible en matière d'euthanasie pour souffrance psychique.

Le Dr MacDonald du groupe ‘Care Not Killing' a quant à lui estimé que « ce rapport souligne les dangers de légaliser l'euthanasie et dévoile les véritables intentions » de certaines personnes favorables à l'euthanasie : « Très rapidement, l'argument passe de l'autonomie personnelle au fait que les médecins et infirmières sont amenés à porter des jugements de valeur sur la qualité de vie des autres, tout en étant soumis à des pressions pour économiser de l'argent et lutter contre ce qu'on appelle le ‘blocage des lits' dans les services de santé ».

Plutôt que de réduire ces patients à leur seule valeur économique, pourquoi ne pas promouvoir les soins palliatifs et le soutien que ceux-ci permettent d'apporter à ces personnes, comme l'a proposé un groupe de députés au Parlement de Westminster en janvier dernier ?


Articles similaires

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Les infirmières en pédiatrie en Belgique veulent elles vraiment pouvoir euthanasier des enfants atteints de maladies incurables ? Un article récent paru dans « The American Journal of Critical Care » semble le suggérer. Cet article a été rédigé suite à une enquête * réalisée auprès de 141 infirmières. 

L'euthanasie des enfants est illégale en Belgique, tandis que l'euthanasie des adultes est autorisée à certaines conditions et doit être réalisée par un médecin. L'enquête établit « qu'une majo...

Lire la suite

Nouvelle-Zélande : les médecins disent ‘NO’ au projet de légalisation de l’euthanasie

Nouvelle-Zélande : les médecins disent ‘NO’ au projet de légalisation de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

« Nous ne voulons pas y participer » : c'est en ces termes que s'expriment plus de 1.500 médecins néo-zélandais, face au projet de légalisation de l'euthanasie dans leur pays. Malgré un double refus en 1995 et 2003, la proposition de légalisation a été réintroduite en 2017 devant le Parlement de Nouvelle-Zélande par le député libéral David Seymour. Finalement adopté en 3e lecture le 13 novembre dernier (avec 69 députés en faveur et 51 contre), le texte sera maintenant soumis au vote de la popu...

Lire la suite

Médecins pensionnés ou vente de poison : solutions à la pénurie de médecins pour l’euthanasie ?

Médecins pensionnés ou vente de poison : solutions à la pénurie de médecins pour l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Clinique de fin de vie ('Levenseindekliniek') aux Pays-Bas fait pression pour que les médecins pensionnés puissent continuer à informer leurs confrères en matière d'euthanasie, même après avoir cessé leur activité. La forte proportion de médecins pensionnés parmi les médecins-SCEN* lui fait craindre de devoir faire appel à d'autres médecins qui ne font pas partie du consortium pour pratiquer les euthanasies dans la clinique.
Jusqu'à présent, il faut être enregistré comme médecin généraliste...

Lire la suite