Le médecin démissionnaire de la Commission euthanasie expose ses motifs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/02/2018

Le Docteur Ludo Vanopdenbosch expose les raisons de sa démission de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie dans une lettre adressée au Parlement belge. En voici le texte en français
et en néerlandais.

Pour rappel, ce médecin, spécialiste en neurologie et soins palliatifs, a démissionné suite à la décision de la CFCEE de ne pas renvoyer vers la justice le dossier d'une dame atteinte d'une maladie dégénarative, dont le médecin a provoqué intentionellement la mort sans qu'elle l'ait demandé mais à la demande de sa famille.

« Je ne souhaite plus faire partie d'une commission qui enfreint consciemment la loi et tente de le dissimuler… elle n'est ni indépendante ni objective », écrit le docteur Vanopdenbosch dans son courrier.

Il ajoute que, selon lui, son droit de parole, en tant que neurologue spécialiste, n'a pas été respecté lorsqu'il tentait d'exprimer ses inquiétudes face à la vulnérabilité de personnes neurologiquement atteintes.

Pour ce cas, certains membres de la commission ont exprimé le fait que le médecin ayant pratiqué l'acte de mort, avait incorrectement décrit et enregistré l'acte comme euthanasie.  Malgré un vote où la majorité des membres estimait devoir renvoyer le dossier au Parquet, cela ne s'est pas fait, puisque la loi euthanasie exige les 2/3 des voix.

Le Dr Vanopdenbosch soutient au contraire que le médecin n'avait aucune connaissance des soins palliatifs, et avait l'intention de tuer la patiente. Les moyens utilisés en attestent, car ils étaient disproportionnés pour soulager la douleur. Les motifs réels du non-renvoi vers la justice étaient purement politiques et s'acharnent à « défendre l'euthanasie en n'importe quelle circonstance », y compris « en cas de démence ».

La presse étrangère et notamment le Washington Post et Associated Press,  s'interroge sur les dérives de la pratique de l'euthanasie en Belgique. La presse belge reste pour sa part assez discrète.

Voir Bulletin de l'IEB

Et aussi : "Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie en Belgique"


Articles similaires

Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

En un an, 10.799 citoyens ont fait la démarche de rédiger une déclaration anticipée relative à l'euthanasie, aussi appelée testament de vie.

Rappelons que la loi dépénalisant 'euthanasie permet de rédiger une déclaration anticipée pour l'éventualité où la personne se trouverait dans un état d'inconscience irréversible ne permettant pas de s'exprimer. Il s'agit donc d'une demande d'arrêt actif de vie et non d'un simple arrêt de traitement permettant à la maladie de suivre son cours jusqu'à la ...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par le Centre d'expertise de la démence en Flandre, en Belgique, révèle que près de la moitié des habitants de Flandre choisiraient l'euthanasie s'ils devaient apprendre qu'ils étaient en train de devenir déments. Les commanditaires de l'enquête ont fait connaître leur préoccupation face à cette situation, rappelant que pas plus que le cancer, la démence n'est aujourd'hui un arrêt de mort.

Cette proportion est « inquiétante », voire « choquante » réagissent les chercheurs...

Lire la suite