La Justice belge accorde l'euthanasie à un homme interné depuis 30 ans

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/09/2014

Frank Van Den Bleeken est détenu depuis près de 30 ans, pour plusieurs délits à caractère sexuel. La prison qui l'héberge n'a pu développer une structure de soins adaptés à son cas et à sa souffrance psychique. Cet homme en situation de grande fragilité a demandé l'euthanasie il y a trois ans, évoquant une souffrance psychique insupportable. La Commission fédérale relative à l'euthanasie lui a répondu qu'elle n'examinerait cette demande que lorsque toutes les possibilités thérapeutiques auraient été épuisées, et notamment un transfert vers les Pays-Bas dans une institution pour internés qui prodiguerait les soins nécessaires et adaptés à M. Van Den Bleeken. Monsieur Van Den Bleeken a alors cité la Ministre de la Justice en vue d'obtenir ce transfert ou d'être euthanasié. Le transfert n'a pu être accordé pour des raisons juridiques.
C'est ainsi que Frank Van Den Bleeken a réitéré sa demande d'euthanasie. La cour d'appel de Bruxelles devait se prononcer ce lundi,  mais entre-temps un accord est intervenu entre le SPF Justice et l'avocat du détenu. Celui-ci sera transféré dans un hôpital du pays pendant 48 heures « pour faire ses adieux à sa famille » avant d'être euthanasié par un médecin.
Cet accord vient d'être acté par la cour d'appel de Bruxelles.

Voir aussi interpellation du Dr Louis IDE  (Janvier 2013) - et aussi Bulletin IEB (Vijf gedetineerden die in een gevangenis verblijven, hebben een aanvraag tot euthanasie ingediend)
 


Articles similaires

Euthanasie : le Parlement s’apprête à voter une loi inconstitutionnelle

Euthanasie : le Parlement s’apprête à voter une loi inconstitutionnelle

- Euthanasie et suicide assisté

La proposition de loi visant à modifier la législation relative à l'euthanasie, en discussion au Parlement fédéral depuis octobre 2019, sera votée en séance plénière ce jeudi 5 mars.

Or, ce texte de loi contrevient à la Constitution et à la Convention européenne des droits de l'homme, sur deux points au moins : 1° Le texte viole la liberté de conscience des médecins

La proposition oblige le médecin qui refuse de pratiquer l'euthanasie à « transmettre au patient les coordonnées d'un centre ou...

Lire la suite

Soignants et citoyens s’opposent en masse à l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

Soignants et citoyens s’opposent en masse à l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

- Euthanasie et suicide assisté

Le projet de loi pour la dépénalisation de l'euthanasie et du suicide assisté soumis au Parlement néo-zélandais par le député David Seymour (ACT New-Zealand) et adopté en première lecture, a suscité un vaste rejet de la part des citoyens. Un rapport de l'organisation Néo-zélandaise Care Alliance montre plus de 90% d'opposants.

38.000 Néo-Zélandais ont remis leurs observations sur le projet de loi au Comité restreint de la Justice. Après examen, Care Alliance a rendu un rapport détaillé sur le...

Lire la suite

Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

- Euthanasie et suicide assisté

Lundi 19 octobre, le journal Le Soir publiait un article « L'euthanasie en panne de contrôle », exposant la difficulté de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie en Belgique à renouveler ses membres. Sur 16 membres, et autant de suppléants, il manque 7 professeurs à l'appel. En réalité, les conditions sont très strictes pour être admis dans la Commission de contrôle, alliant parité hommes/femmes, compétences professionnelles, parité philosophique et linguistique.

En outre, face à l...

Lire la suite