L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 08/11/2019

Auteur / Source : Le Soir, De Standaard.

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu cas de l'enquête publiée en juin dernier et menée au sein du Belgian Dementia Council, qui regroupe des personnes spécialisées dans le soin de ces patients. Plus de la moitié d'entre eux se sont exprimés en défaveur d'un élargissement de loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence sévère. Ils invoquent plusieurs raisons parmi lesquelles : l'extension ne répondra pas au besoin réel de ces patients, qui est d'abord une approche palliative spécifique à leur situation ; s'ajoute la difficulté pour le médecin d'euthanasier un patient « qui n'est plus en mesure de comprendre le geste qui est effectué ».

Le Dr Luc Bonneux, actif lui aussi auprès de ces patients, ajoute : « C'est rare que la personne démente elle-même souffre gravement. Ce sont ses proches qui souffrent de la situation. » Exerçant aux Pays-Bas où l'euthanasie des personnes démentes est autorisée, ce médecin lance une alerte : une telle loi « crée un conflit émotionnel entre la famille, qui n'en peut plus, et le médecin, qui n'ambitionne pas de devenir un vétérinaire… ».

Les enjeux que pointent l'enquête du Belgian Dementia Council trouvent un écho positif dans une proposition de résolution déposée par la députée Catherine Fonck (cdH) : elle appelle à développer un plan « Alzheimer, démence et maladies apparentées », autour de nombreux objectifs parmi lesquels : donner une image plus nuancée de ces maladies pour éviter que le regard négatif de la société sur ces patients n'ajoute à leur souffrance, mobiliser le tissu social pour mieux côtoyer ces personnes via des initiatives locales, soutenir les aidants-proches et renforcer leur savoir-faire,...

A noter qu'actuellement, les patients qui demandent l'euthanasie ne peuvent l'obtenir que s'ils sont conscients et capables de discernement au moment de la demande, ce qui fait défaut en cas de démence sévère.

 

Pour approfondir la question, voir le Flash Expert de l'IEB « L'euthanasie pour les personnes démentes : éléments de réflexion ».


Articles similaires

Eerste euthanasieklacht tegen Dr  Distelmans

Eerste euthanasieklacht tegen Dr Distelmans

- Euthanasie et suicide assisté

Na elf jaar euthanasie is bij de Orde van Geneesheren een eerste klacht ingediend tegen professor Wim Distelmans. ... De klacht tegen oncoloog en professor Distelmans is drie bladzijden dik. Dat blijkt uit een artikel in de Artsenkrant.
Alles draait om de dood van Godelieve De Troyer. Op 19 april 2012 gaf Distelmans de chronisch depressieve vrouw een dodelijke injectie. "Mijn zus en ikzelf waren niet op de hoogte. We konden geen afscheid van haar nemen", klaagt De Troyers zoon, Tom Mortier....

Lire la suite

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une ...

Lire la suite

L’euthanasie doit toujours être interdite!

L’euthanasie doit toujours être interdite!

- Euthanasie et suicide assisté

Résolution du Conseil de l'Europe.

Appelée à prendre position sur les directives anticipées ayant pour but de permettre à chacun d'exprimer anticipativement sa volonté de ne pas être maintenu en vie en telle ou telle circonstance, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a tenu à rappeler l'interdiction absolue de l'euthanasie.
Dans sa résolution 1859, intitulée « Protéger les droits humains et la dignité de la personne en tenant compte des souhaits précédemment exprimés par le...

Lire la suite