L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 08/11/2019

Auteur / Source : Le Soir, De Standaard.

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu cas de l'enquête publiée en juin dernier et menée au sein du Belgian Dementia Council, qui regroupe des personnes spécialisées dans le soin de ces patients. Plus de la moitié d'entre eux se sont exprimés en défaveur d'un élargissement de loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence sévère. Ils invoquent plusieurs raisons parmi lesquelles : l'extension ne répondra pas au besoin réel de ces patients, qui est d'abord une approche palliative spécifique à leur situation ; s'ajoute la difficulté pour le médecin d'euthanasier un patient « qui n'est plus en mesure de comprendre le geste qui est effectué ».

Le Dr Luc Bonneux, actif lui aussi auprès de ces patients, ajoute : « C'est rare que la personne démente elle-même souffre gravement. Ce sont ses proches qui souffrent de la situation. » Exerçant aux Pays-Bas où l'euthanasie des personnes démentes est autorisée, ce médecin lance une alerte : une telle loi « crée un conflit émotionnel entre la famille, qui n'en peut plus, et le médecin, qui n'ambitionne pas de devenir un vétérinaire… ».

Les enjeux que pointent l'enquête du Belgian Dementia Council trouvent un écho positif dans une proposition de résolution déposée par la députée Catherine Fonck (cdH) : elle appelle à développer un plan « Alzheimer, démence et maladies apparentées », autour de nombreux objectifs parmi lesquels : donner une image plus nuancée de ces maladies pour éviter que le regard négatif de la société sur ces patients n'ajoute à leur souffrance, mobiliser le tissu social pour mieux côtoyer ces personnes via des initiatives locales, soutenir les aidants-proches et renforcer leur savoir-faire,...

A noter qu'actuellement, les patients qui demandent l'euthanasie ne peuvent l'obtenir que s'ils sont conscients et capables de discernement au moment de la demande, ce qui fait défaut en cas de démence sévère.

 

Pour approfondir la question, voir le Flash Expert de l'IEB « L'euthanasie pour les personnes démentes : éléments de réflexion ».


Articles similaires

Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

- Euthanasie et suicide assisté

2655 personnes ont été euthanasiées en 2019, ce qui représente une augmentation de 12.5% par rapport aux chiffres de 2018.

 

Ces chiffres viennent d'être communiqués par la Commission d'Evaluation de la loi euthanasie, qui précise qu'une analyse plus détaillée des euthanasies déclarées en 2019 sera faite dans le prochain rapport bisannuel de la Commission (rassemblant les données de 2018 et 2019).

Pour 448 personnes, leur mort n'était pas attendue à brève échéance, et parmi ceux-ci se trouv...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

- Euthanasie et suicide assisté

Opinie gepubliceerd in De Morgen 7/10/2013
 Zorg om levenseinde verdraagt geen demagogie "Het ideaal van de 'best medical practice' realiseer je niet door de relatie kind/arts verder te juridiseren", stellen verschillende professoren geneeskunde en ethiek.

De Morgen pakt uit met een voorpagina die schreeuwt om aandacht: er is volgens een aantal kinderartsen een snelle, onverwijlde uitbreiding van de euthanasiewet naar minderjarigen nodig (DM 6/11). De grote meerderheid van de bevolking zou ...

Lire la suite