L'épidémie de grippe a-t-elle fait chuter le nombre d’euthanasies aux Pays-Bas ces 9 derniers mois ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 21/11/2018

Alors que le nombre d'euthanasie aux Pays-Bas a coutume d'augmenter chaque année, la donne est différente depuis janvier 2018 : on constate une baisse de 9% par rapport aux neuf premiers mois de l'année 2017.

Il est difficile de déterminer les causes de cette évolution pour le moment. Selon Jacob Kohnstamm, président de la commission régionale de contrôle de l'euthanasie, cela peut relever d'un simple incident, ou de la vague de grippe qui a entraîné la mort de 3.000 personnes en plus par rapport à la même période en 2017.

D'autres, comme la directrice de l'Association Néerlandaise pour une Fin de Vie Volontaire (NVVE), Agnes Wolbert, y voient une prudence accrue des médecins suite à l'attitude proactive du Ministère Public depuis un an.

Celui-ci est tenu de prendre connaissance des cas d'euthanasie que la Commission de contrôle considère comme « imprudents », à savoir en moyenne une dizaine de cas par an. Les affaires ont été toutes classées sans suite jusqu'en 2016, quand il a décidé d'ouvrir une enquête pénale sur un cas d'euthanasie d'une personne gravement démente (dont le médecin est maintenant poursuivi devant la justice, voir Bulletin de l'IEB). A cela se sont ajoutées quatre autres enquêtes pénales en mars 2018, dans lesquelles au moins un médecin de la « Clinique de fin de vie » (Levenseindekliniek) est impliqué. « Cela rend les médecins de plus en plus réticents. (…) Cela revient tout de même à une accusation de meutre », affirme Agnes Wolbert. Le gériatre Bert Keizer ajoute que les jeunes médecins sont aussi moins disposés à pratiquer l'euthanasie.

A l'heure où règne beaucoup de confusion aux Pays-Bas par rapport à la pratique de l'euthanasie des personnes démentes en particulier, le Ministère Public semble être en recherche de jurisprudence qui apporterait plus de balises et de sécurité juridique pour les praticiens de l'euthanasie.

Il faut cependant rappeler que parallèlement à cette diminution des euthanasies, le nombre de sédations palliatives a explosé ces dix dernières années, sans qu'il ne soit possible de s'assurer qu'il s'agisse exclusivement de sédations palliatives et non d'euthanasies déguisées. (Voir Bulletin de l'IEB)

Source : De Volkskrant


Articles similaires

Plaintes de citoyens à propos d’euthanasies suspectes

Plaintes de citoyens à propos d’euthanasies suspectes

- Euthanasie et suicide assisté

A l'heure où se pose la question du véritable contrôle exercé sur la pratique de l'euthanasie en Belgique, Elke Sleurs, sénatrice NV-A, a osé lever un coin du voile . Dans une question parlementaire, elle s'inquiète du fait que l''on dispose de peu d'informations sur d'éventuelles plaintes de citoyens auprès du ministère public et sur des enquêtes concernant des décès suspects. Elle adresse plusieurs questions en ce sens à la Ministre de la Justice et notamment : "combien de fois (par an), de ...

Lire la suite

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'article 4 de la loi du du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. 
Depuis septembre 2008, plus de 40.000 Belges ont fait enregistrer une déclaration anticipée auprès de leur commune. D'autres citoyens semblent avoir été euthanasiés sur base de cette déclaration ant...

Lire la suite

Des enfants mineurs régulièrement euthanasiés en Belgique ?

Des enfants mineurs régulièrement euthanasiés en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Il est évident que l'euthanasie est pratiquée chez des mineurs et nous le savons tous », a indiqué mercredi en Commission du Sénat Dominique Biarent, chef de service Soins intensifs et urgences à l'Hôpital universitaire des Enfants Reine Fabiola alors qu'ont débuté les discussions sur l'extension de la loi actuelle.
Oui, « il s'agit d'euthanasie active », a confirmé le docteur Biarent, interrogé par plusieurs sénateurs. Cette information a été confirmée par le docteur Joris Verlooy, spéciali...

Lire la suite