L'épidémie de grippe a-t-elle fait chuter le nombre d’euthanasies aux Pays-Bas ces 9 derniers mois ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 21/11/2018

Alors que le nombre d'euthanasie aux Pays-Bas a coutume d'augmenter chaque année, la donne est différente depuis janvier 2018 : on constate une baisse de 9% par rapport aux neuf premiers mois de l'année 2017.

Il est difficile de déterminer les causes de cette évolution pour le moment. Selon Jacob Kohnstamm, président de la commission régionale de contrôle de l'euthanasie, cela peut relever d'un simple incident, ou de la vague de grippe qui a entraîné la mort de 3.000 personnes en plus par rapport à la même période en 2017.

D'autres, comme la directrice de l'Association Néerlandaise pour une Fin de Vie Volontaire (NVVE), Agnes Wolbert, y voient une prudence accrue des médecins suite à l'attitude proactive du Ministère Public depuis un an.

Celui-ci est tenu de prendre connaissance des cas d'euthanasie que la Commission de contrôle considère comme « imprudents », à savoir en moyenne une dizaine de cas par an. Les affaires ont été toutes classées sans suite jusqu'en 2016, quand il a décidé d'ouvrir une enquête pénale sur un cas d'euthanasie d'une personne gravement démente (dont le médecin est maintenant poursuivi devant la justice, voir Bulletin de l'IEB). A cela se sont ajoutées quatre autres enquêtes pénales en mars 2018, dans lesquelles au moins un médecin de la « Clinique de fin de vie » (Levenseindekliniek) est impliqué. « Cela rend les médecins de plus en plus réticents. (…) Cela revient tout de même à une accusation de meutre », affirme Agnes Wolbert. Le gériatre Bert Keizer ajoute que les jeunes médecins sont aussi moins disposés à pratiquer l'euthanasie.

A l'heure où règne beaucoup de confusion aux Pays-Bas par rapport à la pratique de l'euthanasie des personnes démentes en particulier, le Ministère Public semble être en recherche de jurisprudence qui apporterait plus de balises et de sécurité juridique pour les praticiens de l'euthanasie.

Il faut cependant rappeler que parallèlement à cette diminution des euthanasies, le nombre de sédations palliatives a explosé ces dix dernières années, sans qu'il ne soit possible de s'assurer qu'il s'agisse exclusivement de sédations palliatives et non d'euthanasies déguisées. (Voir Bulletin de l'IEB)

Source : De Volkskrant


Articles similaires

Pays-Bas : hausse de 50% des euthanasies en 4 ans

Pays-Bas : hausse de 50% des euthanasies en 4 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le Rapport annuel 2015 des Comités régionaux de surveillance de l'euthanasie vient d'être rendu public aux Pays-Bas. Il révèle entre autres que, sur les 147.010 personnes décédées en 2015, 5.516 l'ont été du fait d'une euthanasie ou d'un suicide assisté (208 cas). Ce qui représente une augmentation de 4% par rapport à 2014 (5.306) et une augmentation de près de 50% par rapport à 2011 (3.695).
Si la plupart des personnes souffraient d'un cancer, le rapport pointe également une augmentation sign...

Lire la suite

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une interview donnée à la presse et publiée par RTBF.be et DH.be, le Professeur Wim Distelmans, président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique donne en avant-première, en son nom propre et sans que le Rapport officiel ne soit encore disponible, quelques éléments sur la situation de l'euthanasie en Belgique pour 2014 et 2015.
On y apprend en particulier que le nombre d'euthanasies déclarées est en constante augmentation et a passé la barre des 2000 cas en 2015 (1924 cas...

Lire la suite

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

- Euthanasie et suicide assisté

Tant en 2013 qu'en 2014, une cinquantaine de personnes ont été euthanasiées en Belgique pour des raisons psychiatriques. "Les patients maniaco-dépressifs sont, dans leur phase maniaque, capables des choses les plus improbables », a évoqué le professeur Distelmans. « Ils peuvent vider leur compte en banque, partir en week-end dans un hôtel cinq étoiles ou encore acheter plusieurs voitures en une seule journée. A ce moment-là, ils ne sont pas conscients de leurs actes. Lorsqu'arrive la phase dép...

Lire la suite