L’Association Médicale Mondiale réaffirme son opposition à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 08/11/2019

Auteur / Source : wma.net (communiqué de presse du 26 octobre 2019)

L'Association Médicale Mondiale (AMM) a encore une fois réaffirmé son opposition au suicide assisté et à l'euthanasie dans une déclaration du 31 octobre 2019, considérant que ces pratiques sont « contraires à l'éthique médicale ». (voir Bulletin de l'IEB sur la déclaration de l'AMM du 4 octobre 2018)

L'AMM a aussi pris soin de rappeler que contrairement à la mort provoquée par ou avec l'aide du médecin, l'arrêt de « traitements médicaux » à la demande du patient ne constitue pas un acte contraire à l'éthique.

De plus, la déclaration maintient la qualification de « suicide assisté », malgré les pressions venant des pays ayant légalisé ces pratiques (notamment le Canada), pour adopter le terme plus édulcoré « d'aide médicale à mourir ».

Enfin, l'Association ajoute qu'« aucun médecin ne devrait être forcé de participer à une euthanasie ou à un suicide assisté, ni à prendre des décisions de renvoi à cette fin ». Cette déclaration a tout son poids, à l'heure où une majorité politique belge veut mettre à mal la liberté de conscience des médecins : la commission parlementaire de la santé a récemment voté en première lecture un amendement pour encadrer plus sévèrement l'obligation de renvoi du médecin en cas d'objection de conscience. Le médecin qui invoque l'objection de conscience, devrait en avertir le patient ou sa personne de confiance “au plus tard dans les 7 jours de la formulation de la demande d'euthanasie”; ensuite, il doit "transmettre, dans les 4 jours de la formulation du refus, le dossier médical du patient à un autre médecin qui examinera sa demande d'euthanasie." Sa participation active à la recherche d'un autre médecin, et à la transmission du dossier médical sera donc requise.

L'AMM est la plus grande association médicale dans le monde. Elle regroupe 113 pays et leurs organisations nationales de médecine, représentant ainsi plus de 10 millions de médecins à travers le monde.


Articles similaires

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le 21 juin 2016, la British Medical Association (BMA) a réitéré son opposition à l'euthanasie et au suicide assisté, à l'occasion de sa convention annuelle à Belfast. La décision a été très claire puisque 63% des médecins se prononcés contre ces pratiques qu'ils estiment contraires à leur profession.

Actuellement composée de 170.000 membres, la BMA s'est toujours prononcée contre l'euthanasie, excepté en 2005-2006, où elle avait gardé une position neutre.

La pression exercée par les partisan...

Lire la suite

Euthanasie :  Champagne ! Que dira la Commission de contrôle ?

Euthanasie : Champagne ! Que dira la Commission de contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

Emiel Pauwels, un athlète de 95 ans, a été euthanasié ce mardi après avoir sablé le champagne avec ses proches et amis. La presse a largement couvert l'événement de cette mort à la demande, soulignant l'élément festif de ce moment décisif.
L'athlète avait reçu il y a deux mois le diagnostic d'un cancer de l'estomac et des intestins, apprend-on. Cet homme ne donnait toutefois pas l'impression d'être en proie à des souffrances insupportables et inapaisables, selon les termes de la loi. Il a d'ai...

Lire la suite

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau DOSSIER !

Le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique a publié en décembre 2017 un avis sur l'euthanasie de patients hors phase terminale, affectés d'une souffrance psychique avec ou sans affection médicale (psychiatrique ou autre) sous-jacente.

Dans cet avis, le Comité répond en 75 pages aux questions posées en 2011 par Madame Laurette Onckelinkx, à l'époque Ministre de la Santé publique.

L'avis rendu 6 ans plus tard, reprend les points de consensus, mais également les dissens...

Lire la suite