Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 07/01/2018

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a provoqué intentionnellement la mort de sa patiente en souffrance à la demande de la famille, mais sans que la patiente elle-même n'en ait jamais fait la demande. (Plus de détails voir  Bulletin  du 27/12/2017)

Plusieurs membres de la Commission - la majorité semble-t-il - ont jugé opportun de renvoyer le dossier au Parquet. Mais pour ce faire, la loi euthanasie qui fixe aussi le fonctionnement de la Commission (Chapitre V), prévoit qu'il faut que 2/3 des membres soient d'accord, soit 10 membres sur 16, quorum qui n'a pas été atteint, semble-t-il, puisque la Commission n'a pas transmis au Parquet.

Le dossier dont il est question aujourd'hui, aurait dû passer sous silence puisque les membres de la CFCEE sont tenus au secret absolu sur ce qui se dit lors des réunions.

Mais voilà qu'un des membres suppléants de la CCFEE, médecin spécialiste neurologue et qui se dit pro-euthanasie- le Docteur Vanopdenbosch ?- a estimé que cela n'était pas juste, et a remis sa démission à la Chambre, organe duquel dépend la Commission.

Plusieurs questions se posent :

1. Jacqueline Herremans affirme dans un entretien télévisé que la CFCEE s'est penchée sur le cas et a dû, après avoir auditionné le médecin, qualifier l'acte. Et d'affirmer « S'il fallait le qualifier, je devrais utiliser les termes d'homicide volontaire avec préméditation. Bien entendu, quand je cite cette infraction, ce crime, j'ai également dans la tête une petite lumière qui me dit, attention, ce médecin était en face d'une personne qui souffrait »

A en croire Jacqueline Herremans, ce n'est donc pas une euthanasie, puisque la patiente ne l'a pas demandée. Pourquoi dès lors, la Commission serait-elle compétente pour juger qu'un homicide volontaire avec préméditation ne doive pas être renvoyé au Parquet ? Et si la Commission n'est pas compétente, pourquoi les membres devaient-ils voter et décider de ne pas alerter le Parquet ?

2. Pourquoi la Commission hésite-t-elle à renvoyer le dossier au Parquet ?
La presse néerlandophone mentionne que certains membres craignent que de tels dossiers nuisent à l'image de la loi euthanasie belge et puissent même décourager les médecins de pratiquer l'euthanasie parce qu'ils auraient peur d'être poursuivis. Ces arguments politiques prévalent-ils sur le respect de la loi ?

3. Selon Jacqueline Herremans, le médecin « avait le soucis du bien-être du patient » et  « a sans doute été quelque peu dépassé par la situation ».  On ne doute pas que la situation était difficile autour du lit de la patiente, pour elle et pour la famille. Alors pourquoi le médecin n'a-t-il pas fait appel à une équipe de soins palliatifs et à un confrère pour le conseiller ?

4. Si la personne était véritablement en souffrance et en fin de vie, pourquoi n'a-t-il pas pensé à la soulager par une sédation contrôlée palliative au lieu de provoquer sa mort ? Connait-il la différence entre sédation palliative et euthanasie?

5. Comment peut-on encore faire confiance aux membres de la Commission qui se placent au-dessus de la loi et trompent la confiance des citoyens et du législateur, surtout lorsqu'il s'agit d'un acte de mort d'une personne malade et fragilisée ?

6. Combien d'autres cas tels que celui-ci la CFCEE a-t-elle déjà « enterrés » ?  Car depuis 16 ans et pour 12.726 dossiers d'euthanasies, il n'y en a eu qu'un seul qui est encore en cours depuis 3 ans et qui a été renvoyé au Parquet.

7. Et enfin, une dernière question : que va faire le Parquet demain puisque voilà un médecin qui a volontairement fait mourir sa patiente, sans qu'elle  le sache et ne l'ait demandé ?

La Commission d'évaluation devra-t-elle démissionner, les membres ayant voté pour couvrir un meurtre pourraient-ils eux aussi être inquiétés ?

 


Articles similaires

Irlande : l'euthanasie à nouveau rejetée par le Parlement

Irlande : l'euthanasie à nouveau rejetée par le Parlement

- Euthanasie et suicide assisté

Dans son rapport publié en juillet dernier, la commission 'Justice' du Parlement irlandais (l'Oireachtas) a fait part de son refus d'examiner la proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie (assisted dying), insistant sur le manque de « barrières légales suffisantes » en la matière.

 

Introduit en septembre 2020 et intitulé Dying with Dignity Bill, le texte vise à autoriser sous conditions la prescription de substances létales que le patient s'injecterait ensuite lui-même (le cas éch...

Lire la suite

Québec :  le projet de loi sur l’euthanasie est non conforme au droit international

Québec : le projet de loi sur l’euthanasie est non conforme au droit international

- Euthanasie et suicide assisté

La Coalition des médecins pour la justice sociale lance un appel. A plusieurs reprises ils se sont exprimés contre le projet de loi québécois sur l'euthanasie. Ils regrettent que la population du Québec ait peu accès aux soins palliatifs et craignent que la légalisation de l'euthanasie en fasse la seule option possible pour mettre fin aux souffrances de certains patients.
A noter aussi, que la Commission des droits de la personne du Québec a recommandé au gouvernement que l'euthanasie soit per...

Lire la suite

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite