France : les soignants s’opposent à la sédation explicitement létale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/04/2018

Le Conseil économique, social et environnemental français (CESE) a rendu le 9 avril dernier un avis sur la fin de vie et les soins palliatifs (Voir notre Bulletin ). Dans ce texte, baptisé « Fin de vie : la France a l'heure des choix », le Conseil émet des recommandations pour améliorer l'application des lois actuellement en vigueur et se prononce par ailleurs en faveur d'un droit pour tout patient à « une sédation profonde explicitement létale ». Pierre-Antoine Gailly, rapporteur de l'avis, a évoqué l'importance du choix de ces mots. Le CESE a volontairement omis d'utiliser les termes « euthanasie » et « suicide assisté », trop polémiques.

Sur ce dernier point, qui divise même au sein du CESE, les soignants français ont tenu à prendre la parole.

La Société Française d'Accompagnement et de Soins palliatifs (SFAP),  souligne son opposition à toute loi qui libéraliserait l'euthanasie et suicide assisté, suivie en cela par l'Ordre national des infirmiers (ONI).

Une pétition réalisée par des infirmiers et des aides-soignants intitulée « Non, une légalisation des injections létales n'est pas la bonne solution ! » circule sur les réseaux. Ses rédacteurs stipulent qu'en tant qu'infirmiers et aides-soignants de terrain, ils sont les mains médiatiquement invisibles qui prennent soin jour et nuit de patients en fin de vie. Ils n'accepteront pas que les injections létales deviennent la seule façon de soulager la souffrance. Ils ne renonceront pas à leur devoir de bientraitance, moteur de leur engagement professionnel.

Yann de Kerguenec, le Directeur du Conseil national de l'ONI souligne qu'en l'état du droit, il y a incompatibilité complète de l'assistance à mourir avec le rôle de l'infirmier. « Un infirmier ne peut donner délibérément et sciemment la mort. Les lois pénales considèrent que tuer est un meurtre et tuer par préméditation un assassinat. Le fait que l'acte concerne une personne en fin de vie ne peut supprimer la responsabilité pénale ».

Source : Infirmiers.com

Qu'est-ce que la sédation ? Fiche didactique IEB : "S'entendre sur les mots"


Articles similaires

Europees Hof voor de Rechten van de Mens – Recht op een letale dosis aan medicatie?

Europees Hof voor de Rechten van de Mens – Recht op een letale dosis aan medicatie?

- Euthanasie et suicide assisté

Het Europees Hof voor de Rechten van de Mens heeft op 14 mei 2013 een arrest geveld in de zaak Gross tegen Zwitserland. Mevrouw Gross wenste uit het leven te stappen, maar de Zwitserse artsen en autoriteiten weigerden haar de letale dosis aan medicatie voor te schrijven, daar mevrouw Gross aan geen enkele medische aandoening leed. Mevrouw Gross voerde voornamelijk aan dat deze weigering van de Zwitserse autoriteiten, waardoor zij in wezen niet zelf kon beslissen wanneer en hoe zij zou...

Lire la suite

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belg...

Lire la suite

France : Vincent Lambert sauvé de la mort

France : Vincent Lambert sauvé de la mort

- Euthanasie et suicide assisté

Un tribunal français s'est prononcé contre l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles d'un homme en état pauci-relationnel depuis 5 ans à la suite d'un accident de la route. Les médecins avaient décidé avec la femme du patient de mettre fin à sa vie, en le privant des soins de base tels que l'hydratation et l'alimentation. Ses parents avaient toutefois saisi la justice pour s'y opposer. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne "a enjoint les médecins de maintenir l'al...

Lire la suite