France : la justice condamne ceux qui "aident" à mourir

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/10/2015

Le samedi 24 octobre 2015, la Cour d'assises d'Angers a condamné en appel le Docteur Nicolas Bonnemaison à 2 ans de prison avec sursis. Le médecin était jugé pour avoir empoisonné sept patients en fin de vie.

Le Docteur Bonnemaison, médecin urgentiste à l'hôpital de Bayonne, avait déjà été radié de l'ordre des médecins  le 14 avril 2014 par le Conseil national de l'ordre des médecins, décision qui a été confirmée par le Conseil d'Etat en raison des manquements déontologiques que constitue l'empoisonnement des sept patients. (Bulletin de l'IEB)
Après avoir été acquitté en première instance par la Cour d'assises de Pau, le Docteur Bonnemaison se voit rappeler l'obligation de ne pas tuer. Néanmoins la mort d'une seule des sept patients a été considérée comme criminelle, ce qui est pointé comme une contradiction de la justice. La confusion est accentuée en ce que le « cas » pour lequel le Docteur Bonnemaison est condamné concerne une patiente qui avait reçu une injection d'Hypnovel, un sédatif très puissant utilisé en situation de fin de vie pour apaiser les douleurs. Or deux autres victimes ont elles reçu une  injection de Norcuron, médicament composé d'un dérivé du curare, non autorisé en fin de vie.
En plein débat parlementaire sur le projet de loi fin de vie, la justice française a rappelé ici l'interdiction pour un médecin ou un proche de tuer un patient, même en situation de fin de vie. Position confirmée dans un arrêt du tribunal correctionnel de Saint Etienne du 27 octobre 2015, dans « l'affaire Mercier », qui a condamné à un an de prison avec sursis, un homme de 87 ans qui avait facilité le suicide de sa femme de 83 ans en lui fournissant les médicaments nécessaires. Cette dernière, dépressive depuis longtemps, souffrait d'arthrose et avait déjà effectué plusieurs tentatives de suicide.

Source: Le Figaro


Articles similaires

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite

France : rejet de la loi sur la fin de vie par le Sénat

France : rejet de la loi sur la fin de vie par le Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Mardi 23 juin 2015 a eu lieu le vote du Sénat sur la proposition de loi relative à la fin de vie. Après des débats houleux, et de nombreux amendements apportés par les sénateurs, ces derniers se sont exprimés nombreux sur ce vote crucial. Sur 339 sénateurs présents dans l'hémicycle, 196  se sont exprimé à l'encontre de la proposition de loi.
Les débats ont permis de mettre en exergue plusieurs points de contestation quant à l'esprit de la loi. Ils ont clairement opposé le gouvernement et le ra...

Lire la suite

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

- Euthanasie et suicide assisté

Plusieurs éléments intéresants dans, l'étude de Gommaar Truyens « De Complexiteit van het thuis sterven »
Et tout d'abord ce paradoxe : la majorité des patients veulent mourir à la maison (70%), or, la majorité meurent à l'hôpital ou en Maison de Repos et de Soins (MRS) (51% en hôpital, 23% en MRS). De plus, même si le prendre soin à domicile revient beaucoup moins cher à la société, cela coûte plus cher au patient.
L'étude montre également que le lieu de la mort suite à une maladie ou en fin ...

Lire la suite