Euthanasie au Canada : quels enseignements tirer du premier rapport annuel ?

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Nombre de décès par euthanasie, âge moyen du demandeur, affection médicale, disponibilité des soins palliatifs, … L'administration fédérale du Canada a publié, en juillet dernier, le premier rapport complet au sujet de l'aide médicale à mourir (AMM, terme choisi par l'administration pour désigner l'euthanasie).

 

Dépénalisée au Canada en juin 2016 (voy. loi), l'euthanasie ne peut être envisagée qu'à l'égard des personnes majeures qui en font volontairement la demande, et qui sont « affectées de problèmes de santé graves et irrémédiables leur causant des souffrances persistantes et intolérables ». L'acceptation de la demande est par ailleurs soumise au caractère incurable de l'affection dont souffre la personne, au « déclin avancé et irréversible de ses capacités », et au fait que « sa mort naturelle soit devenue raisonnablement prévisible ».

 

Jusqu'ici, l'administration fédérale n'avait publié que des rapports « intérimaires » semestriels, fournissant des données partielles au sujet de la pratique de l'euthanasie au sein des différentes provinces du pays.

 

Ce premier rapport annuel met en exergue plusieurs tendances allant globalement dans le sens d'une normalisation de la mort par euthanasie au Canada.

 

Progression constante du nombre d'euthanasies

Avec 5631 décès en 2019, l'on note une croissance de 26% des euthanasies entre 2018 et 2019. En l'espace de quatre années (2016-2019), le nombre d'euthanasies a quintuplé : l'euthanasie constitue désormais la cause de 2% de l'ensemble des décès au Canada. Cette proportion est similaire à celle actuellement rencontrée en Belgique, pays où l'euthanasie est dépénalisée depuis près de vingt ans.

 

Des demandes justifiées moins par la douleur que par la perte d'autonomie

Quant à la « nature de la souffrance » invoquée par le patient qui demande l'euthanasie, celle-ci est, dans 80% des cas, liée à une perte d'autonomie (« capacité à s'engager dans des activités significatives de la vie » ou « d'accomplir les activités de la vie quotidienne »). Le contrôle inadéquat de la douleur - ou l'inquiétude à ce sujet - est invoqué dans 53% des demandes, pourcentage identique à celui rencontré concernant le motif lié à la « perte de dignité ». Notons que plus d'un tiers des demandeurs mentionnent le fait d'être une charge pour sa famille ou ses proches comme motif de la demande.

 

Emergence de médecins spécialistes de l'euthanasie

Si la majorité (65%) des euthanasies sont effectuées par des médecins de famille, une proportion non négligeable d'euthanasies est réalisée par des médecins déclarant être spécialisés dans la « fourniture de l'AMM (euthanasie) ».

Par ailleurs, les euthanasies sont réalisées respectivement pour un tiers en hôpital, à domicile et en établissement de soins résidentiel.

La quasi-totalité des AMM est effectuée par un tiers. Seuls sept cas de suicide assisté (par auto-injection du poison) ont été enregistrés.

Notons à cet égard que, dans plus d'un tiers des cas, le délai de réflexion de dix jours après la première demande n'est pas respecté. Pratiquer l'euthanasie avant ce délai n'est légalement envisageable que si la personne mourra probablement avant dix jours, ou si celle-ci perdra la capacité à donner son consentement.

 

Euthanasie et soins palliatifs

Dans la très grande majorité des cas, le demandeur d'euthanasie bénéficiait (ou pouvait bénéficier, mais l'a refusé) de soins palliatifs.

Notons en outre qu'un quart des demandes écrites n'aboutit finalement pas à un décès par euthanasie. Ceci s'explique soit par le décès prématuré du demandeur, par l'irrecevabilité de la demande ou par le retrait de la demande.

 

Vers une normalisation de l'euthanasie

Ces chiffres traduisent ainsi une forme de normalisation de l'euthanasie, tant du point de vue de la fréquence que des motifs invoqués à l'appui d'une demande d'euthanasie. En cela, ces données s'inscrivent en phase avec les constats réalisés au sujet de la pratique de l'euthanasie dans d'autres Etats, tels que la Belgique ou les Pays-Bas.

Ceci est d'autant plus le cas que, à l'instar du Benelux, le Canada réfléchit déjà à l'élargissement de la dépénalisation de l'euthanasie. Le projet de loi C-7, actuellement en discussion au Parlement fédéral, prévoit notamment la suppression de la condition de « mort raisonnablement prévisible ». Faisant suite à un arrêt rendu par la Cour supérieure du Québec en 2019, le vote sur cette loi doit intervenir avant la fin de l'année 2020.

 

Source : Santé Canada


Articles similaires

Belgique : euthanasie des mineurs

Belgique : euthanasie des mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Les mêmes auteurs ont également déposé le 28 octobre 2010 une proposition de loi relative à l'euthanasie des mineurs.

Ils proposent que tout mineur ayant la faculté de discernement (12 ans) puisse demander l'euthanasie dans les mêmes conditions qu'une personne majeure. La décision serait prise en accord avec les parents et une équipe médicale composée au moins du médecin traitant, de l'infirmier traitant, d'un pédopsychologue ou d'un psychiatre et d'un assistant social.

 Si le mineur n'a pas...

Lire la suite

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite

Pays-Bas : euthanasie pour « fatigue de vivre » ?

Pays-Bas : euthanasie pour « fatigue de vivre » ?

- Euthanasie et suicide assisté

Nul besoin d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie aux Pays-Bas aux personnes considérant que leur vie est « accomplie » et qui souhaiteraient pour cette seule raison qu'un médecin y mette fin. C'est la conclusion du rapport Schnabel, remis au gouvernement néerlandais le 4 février 2016.
Alerté par plusieurs psychiatres quant aux potentielles dérives de la loi euthanasie, le gouvernement a chargé des experts d'étudier la possibilité d'une extension de la loi actuelle dépénalisant l'euthanasi...

Lire la suite