Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 20/09/2019

Auteur / Source : tvanouvelles (11/09/2019) ; ici.radio-canada (12/09/2019)

C'est la demande d'aide au suicide de deux personnes malades qui a eu, mercredi dernier, une incidence majeure sur la loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

En effet, par une décision de la Cour supérieure du Québec, la juge Christine Baudouin a donné raison à Jean Truchon et Nicole Gladu pour obtenir l'aide médicale à mourir (euthanasie ou assistance au suicide). Tous deux souffrent de maladies dégénératives qui les limitent fortement dans leurs mouvements et dans leur communication, sans pour autant être en fin de vie. Ils estiment que le critère de « fin de vie », nécessaire pour obtenir l'euthanasie ou l'assistance au suicide au Québec, est trop restrictif et discriminatoire. Au nom du « droit à la sécurité », de la « liberté », et de la « non-discrimination », ces deux personnes peuvent désormais obtenir qu'un médecin provoque leur mort. Bien plus, la Cour supérieure a demandé au législateur d'adapter la loi de façon à supprimer le critère de fin de vie pour l'obtention de l'aide médicale à mourir.

Comme l'avance le représentant du Collectif des médecins contre l'euthanasie, Maître Michel Racicot, cette évolution donne à penser qu'il y aurait dès lors deux sortes de suicide: « le bon suicide, qui va être l'aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie, et le mauvais suicide, qu'on essaie de prévenir ».

La Cour a donné 6 mois au législateur pour modifier la loi dans le sens de l'arrêt. Passé ce délai, le critère de fin de vie restera sans application.

On s'étonne de voir de plus en plus de juges appelant les législateurs à modifier les lois sur des questions sensibles de bioéthique, alors que de telles questions méritent amplement des discussions approfondies au sein des assemblées parlementaires. Il en va de même en Italie, où expirera dans 4 jours le délai laissé au législateur par la Cour constitutionnelle pour régler le soi-disant « flou juridique » qui existe par rapport à l'assistance au suicide. (Voir bulletin de l'IEB)


Articles similaires

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Nouvelle-Zélande : la dépénalisation de l’euthanasie confirmée par référendum

Nouvelle-Zélande : la dépénalisation de l’euthanasie confirmée par référendum

- Euthanasie et suicide assisté

A l'occasion des élections du 17 octobre dernier, les Néo-Zélandais étaient amenés à se prononcer sur l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie votée par le Parlement un an plus tôt. Cette dépénalisation de l'euthanasie a recueilli 65 % des suffrages, comme il ressort des résultats définitifs parus le 6 novembre.

 

Cette loi, intitulée 'End of Life Choice Act' (loi sur le choix de fin de vie), entrera ainsi en vigueur le 6 novembre 2021. Les détails de sa mise en oeuvre seront déterminé...

Lire la suite

Nieuwe wetvoorstellen euthanasie in Belgïe

Nieuwe wetvoorstellen euthanasie in Belgïe

- Euthanasie et suicide assisté

5 - 2170/1 (26/06/2013):
Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie teneinde euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken.
(Ingediend door de heren Philippe Mahoux en Jean-Jacques De Gucht, mevrouw Christine Defraigne en de heer Guy Swennen)

5 -2171/1 (26/06/2013):
Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie om de tot vijf jaar beperkte geldigheid van de wilsverklaring te schrappen en deze door de patiënt zelf te ...

Lire la suite