Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 20/09/2019

Auteur / Source : tvanouvelles (11/09/2019) ; ici.radio-canada (12/09/2019)

C'est la demande d'aide au suicide de deux personnes malades qui a eu, mercredi dernier, une incidence majeure sur la loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

En effet, par une décision de la Cour supérieure du Québec, la juge Christine Baudouin a donné raison à Jean Truchon et Nicole Gladu pour obtenir l'aide médicale à mourir (euthanasie ou assistance au suicide). Tous deux souffrent de maladies dégénératives qui les limitent fortement dans leurs mouvements et dans leur communication, sans pour autant être en fin de vie. Ils estiment que le critère de « fin de vie », nécessaire pour obtenir l'euthanasie ou l'assistance au suicide au Québec, est trop restrictif et discriminatoire. Au nom du « droit à la sécurité », de la « liberté », et de la « non-discrimination », ces deux personnes peuvent désormais obtenir qu'un médecin provoque leur mort. Bien plus, la Cour supérieure a demandé au législateur d'adapter la loi de façon à supprimer le critère de fin de vie pour l'obtention de l'aide médicale à mourir.

Comme l'avance le représentant du Collectif des médecins contre l'euthanasie, Maître Michel Racicot, cette évolution donne à penser qu'il y aurait dès lors deux sortes de suicide: « le bon suicide, qui va être l'aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie, et le mauvais suicide, qu'on essaie de prévenir ».

La Cour a donné 6 mois au législateur pour modifier la loi dans le sens de l'arrêt. Passé ce délai, le critère de fin de vie restera sans application.

On s'étonne de voir de plus en plus de juges appelant les législateurs à modifier les lois sur des questions sensibles de bioéthique, alors que de telles questions méritent amplement des discussions approfondies au sein des assemblées parlementaires. Il en va de même en Italie, où expirera dans 4 jours le délai laissé au législateur par la Cour constitutionnelle pour régler le soi-disant « flou juridique » qui existe par rapport à l'assistance au suicide. (Voir bulletin de l'IEB)


Articles similaires

Pourquoi le nombre d’euthanasies augmente-t-il aux Pays-Bas ?

Pourquoi le nombre d’euthanasies augmente-t-il aux Pays-Bas ?

- Euthanasie et suicide assisté

La forte augmentation du nombre d'euthanasies aux Pays-Bas résulte d'un concours de circonstances : une acceptation croissante de l'euthanasie par la population, une plus grande disposition des médecins à rediriger les patients qui demandent l'euthanasie vers des confrères qui la pratiquent, un vieillissement de la population et une évolution dans les causes de décès.

De 2002 à 2017, le nombre d'euthanasies enregistrées aux Pays-Bas est passé de moins de 2000 à plus de 6500. (Voir le tableau ...

Lire la suite

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

- Euthanasie et suicide assisté

De Senaat voorziet nog acht hoorzittingen omtrent euthanasie, telkens om de twee weken. Euthanasie voor minderjarigen komt op 6 maart nog aan bod, daarna is het de beurt aan het volgende 'blok': euthanasie voor dementerenden.
Pas daarna volgt de parlementaire behandeling, maar Guy Swennen (SP.A) wil de timing vervroegen. 'Zodra er een thema is afgewerkt, zouden we al aan de behandeling kunnen beginnen, terwijl de hoorzittingen doorlopen. Euthanasie voor minderjarigen stevent af op een...

Lire la suite

Euthanasie pour "vie accomplie" aux Pays-Bas : Dossier

Euthanasie pour "vie accomplie" aux Pays-Bas : Dossier

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau DOSSIER de l'IEB :

Faut-il incorporer la notion de « vie accomplie » parmi le nombre de pathologies pouvant justifier un acte d'euthanasie ?

Aux Pays-Bas, cela fait plusieurs années déjà que cette question occupe l'opinion publique. Elle suscite la réflexion éthique et renouvelle le débat politique sur la fin de vie.

Le présent dossier retrace une partie de cette réflexion. Il reprendra tout d'abord la réponse politique donnée par le gouvernement néerlandais à la question des eutha...

Lire la suite