Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 20/09/2019

Auteur / Source : tvanouvelles (11/09/2019) ; ici.radio-canada (12/09/2019)

C'est la demande d'aide au suicide de deux personnes malades qui a eu, mercredi dernier, une incidence majeure sur la loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

En effet, par une décision de la Cour supérieure du Québec, la juge Christine Baudouin a donné raison à Jean Truchon et Nicole Gladu pour obtenir l'aide médicale à mourir (euthanasie ou assistance au suicide). Tous deux souffrent de maladies dégénératives qui les limitent fortement dans leurs mouvements et dans leur communication, sans pour autant être en fin de vie. Ils estiment que le critère de « fin de vie », nécessaire pour obtenir l'euthanasie ou l'assistance au suicide au Québec, est trop restrictif et discriminatoire. Au nom du « droit à la sécurité », de la « liberté », et de la « non-discrimination », ces deux personnes peuvent désormais obtenir qu'un médecin provoque leur mort. Bien plus, la Cour supérieure a demandé au législateur d'adapter la loi de façon à supprimer le critère de fin de vie pour l'obtention de l'aide médicale à mourir.

Comme l'avance le représentant du Collectif des médecins contre l'euthanasie, Maître Michel Racicot, cette évolution donne à penser qu'il y aurait dès lors deux sortes de suicide: « le bon suicide, qui va être l'aide médicale à mourir pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie, et le mauvais suicide, qu'on essaie de prévenir ».

La Cour a donné 6 mois au législateur pour modifier la loi dans le sens de l'arrêt. Passé ce délai, le critère de fin de vie restera sans application.

On s'étonne de voir de plus en plus de juges appelant les législateurs à modifier les lois sur des questions sensibles de bioéthique, alors que de telles questions méritent amplement des discussions approfondies au sein des assemblées parlementaires. Il en va de même en Italie, où expirera dans 4 jours le délai laissé au législateur par la Cour constitutionnelle pour régler le soi-disant « flou juridique » qui existe par rapport à l'assistance au suicide. (Voir bulletin de l'IEB)


Articles similaires

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

- Euthanasie et suicide assisté

De uitbreiding van de wet euthanasie blijft evenwel voor controverse zorgen, en het zijn kinderspecialisten die zich vragen stellen bij euthanasie voor minderjarigen. 38 artsen roepen in een open brief aan De Standaard op tot een 'time-out' voor een wetsvoorstel 'dat het niet verdient overhaast door de parlementaire mallemolen geramd te worden.'
Een van de initiatiefnemers is Stefaan Van Gool, diensthoofd kinderneuro-oncologie in Gasthuisberg. Maar ook Piet Vanhaesebrouck (UZ Gent), Luc...

Lire la suite

Euthanasie des patients psychiatriques non terminaux : nouveau plaidoyer pour une révision de la loi

Euthanasie des patients psychiatriques non terminaux : nouveau plaidoyer pour une révision de la loi

- Euthanasie et suicide assisté

La commission d'éthique du réseau hospitalier flamand Zorgnet-Icuro, qui regroupe 775 institutions de soins, a rendu un avis sur les soins de fins de vie de patients psychiatriques non-terminaux.
Elle estime elle aussi que la loi euthanasie actuelle n'offre pas suffisamment de garanties pour que l'euthanasie des patients psychiatriques ne soit réellement envisagée que comme ultime mesure d'exception.

En terme de conclusion, l'avis formule diverses demandes, notamment celle d'une évaluation qu...

Lire la suite

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant qu...

Lire la suite