Encore une démission par protestation contre l’euthanasie de personnes démentes

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Rappelant l'épisode de la démission d'un membre de la Commission Fédérale de Contrôle et d' Evaluationde l'euthanasie en Belgique, c'est maintenant aux Pays-Bas qu'un expert démissionne.

L'éthicienne Berna van Baarsen a remis sa démission en guise de protestation à la Commission de contrôle de l'euthanasie (RTE) « Noord-Holland ».

Elle estime ne plus pouvoir accepter sans objecter le fait que les RTE approuvent des euthanasies de personnes démentes.

Les RTE néerlandaises ont eu à juger de 12 cas d'euthanasies de ce genre, et en ont approuvé 9 d'entre elles.

Il s'agissait de patients ayant fait un déclaration anticipée d'euthanasie avant leur état de démence, mais n'ayant pas pu confirmer ni exprimer à nouveau ce souhait avant que le médecin ne provoque leur mort.  « Cette déclaration anticipée représente une intention, insiste Berna van Baarsen, on ne peut l'assimiler à une demande actuelle de la personne, il s'agit de quelque chose de réellement différent ».

Dans les cas concernés, ce sont le plus souvent les familles qui insistent pour euthanasier leur proche, lorsqu'elles estiment que le stade de maladie décrit par cette personne dans sa déclaration anticipée est atteint. « Ceci n'est pas juste », proteste Berna van Baarsen, « un médecin ne peut être certain du caractère insupportable d'une douleur et du caractère délibéré d'une demande d'euthanasie que lorsque le patient l'exprime lui-même ».

La loi euthanasie néerlandaise permet qu'une déclaration anticipée justifie l'euthanasie d'une personne devenue incapable de s'exprimer. Mais lorsque l'on se trouve face à une personne démente, donc non-inconsciente, l'éthicienne n'accepte plus qu'une déclaration anticipée remplace une demande orale actuelle inexistante.

 Source : Medisch Contact

 


Articles similaires

Euthanasie des mineurs : le débat reprendra  le 2 octobre

Euthanasie des mineurs : le débat reprendra le 2 octobre

- Euthanasie et suicide assisté

Les commissions réunies des Affaires sociales et de la Justice du Sénat ont décidé de reporter à la rentrée, le travail législatif visant à étendre aux mineurs d'âge l'actuelle loi dépénalisant, sous certaines conditions, l'euthanasie. L'initiative de 4 députés (MR-PS-Open VLD-SP.A) de rédiger un texte de consensus sur l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants s'était heurtée à l'opposition des partenaires de la majorité CDH et CD&V. Les auteurs espéraient obtenir un vote en séance plén...

Lire la suite

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Une patiente atteinte de démence et de Parkinson a été euthanasiée sur simple demande de sa famille, sans que la personne n'en ait jamais fait la demande elle-même, et n'ait été entendue sur la question. De plus, il appert que le second médecin à consulter n'a en réalité donné son avis médical qu'une fois le décès intervenu. Ces lourdes atteintes aux conditions posées par la loi euthanasie ont amené le médecin impliqué devant la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie (CFCEE).
Une majo...

Lire la suite

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

- Euthanasie et suicide assisté

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu ca...

Lire la suite