Dossier d’euthanasie mis à l’instruction pour assassinat : deux médecins du CHR de Namur sont visés

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 25/10/2019

Auteur / Source : RTBF (22/10/2019); DH (22/10/2019); Sudinfo (23/10/2019); Lematin.ch (18/10/2019)

Une enquête est en cours au Parquet de Namur, à l'encontre de deux médecins du Centre hospitalier régional (CHR) de Namur impliqués dans l'euthanasie d'un patient décédé le 17 juin dernier. Une perquisition a eu lieu à l'hôpital, le dossier du patient saisi et mis à l'instruction pour assassinat.
C'est suite au recours en urgence par la fille du patient devant les tribunal des référés de Liège, que la justice avait ordonné au Dr Laurent Carlier de postposer l'euthanasie pour avoir le temps de procéder à une expertise psychiatrique du patient. Il s'agissait ainsi de s'assurer que le patient était bien en mesure de donner son consentement à l'euthanasie, chose contestée par sa fille. Passant outre l'ordre du juge, le médecin a euthanasié son patient au jour prévu. Le parquet a immédiatement enclenché une instruction.

Le Dr Carlier a été écarté du service des soins palliatifs où il était en fonction, en attendant les conclusions de l'enquête pénale. Quant au Dr Jasmina Nguyen, deuxième médecin visé par l'instruction et travaillant également au CHR de Namur, elle serait, selon la DH, une parente du patient euthanasié. Vu le lien de parenté avec la victime, la justice pourrait estimer qu'il y a un conflit d'intérêts, le docteur Nguyen pouvant être partie intéressée à la succession du défunt”, ajoute le quotidien. Pour rappel, la loi relative à l'euthanasie dispose qu'un deuxième (et dans certains cas un troisième) médecin doit émettre un avis sur le respect des conditions de légales avant de procéder à l'euthanasie. Elle précise aussi que ce médecin consulté doit être indépendant par rapport au patient. Cela signifie, selon la Fédération des soins palliatifs en Flandre, qu'il ne peut y avoir de lien hiérarchique, familial ou financier entre eux.

Depuis l'année dernière, la justice belge est de plus en plus amenée à se pencher sur des cas d'euthanasie suspectes : 
l'euthanasie de Tine Nys, jeune femme de 36 ans atteinte d'autisme, fait l'objet d'un procès devant la Cour d'assises, suite à une plainte déposée par les soeurs de Tine.
un médecin du CHR de Huy est poursuivi pour avoir tué 4 patients par euthanasie déguisée;
Quant à l'euthanasie de Godelieve De Troyer pour dépression, elle fait actuellement l'objet d'un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme, à l'initiative de son fils (
cas Mortier).

De telles poursuites ne peuvent qu'inviter les médecins pratiquant l'euthanasie à davantage de prudence. Elles montrent également à quel point l'euthanasie d'une personne peut avoir des répercussions sur l'entourage du patient, laissé parfois dans l'incompréhension ou dans l'impuissance face à la mort provoquée de leur parent.

La Belgique n'est pas le seul pays où la justice se penche sur des cas d'euthanasie : un médecin suisse a été condamné pour le meurtre d'une patiente de 86 ans qui souffrait de graves pathologies pulmonaires et cardiaques. Retenant la circonstance atténuante du "mobile honorable", les juges ont cependant trouvé le moyen de garder la qualification de meurtre tout en permettant au médecin d'échapper à la prison ferme.


Articles similaires

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

L'Oregon fut le premier État américain à adopter en 1997, une loi sur l'aide au suicide. Dans les débats autour de la loi, le délai de 15 jours de réflexion était présenté comme un garde-fou essentiel pour garantir le caractère volontaire et réfléchi de la demande de suicide. 22 ans plus tard, il n'est plus question de cette balise pour les patients dont le pronostic vital ne dépasse pas 15 jours. En pratique, ces patients pourraient soumettre le même jour les deux demandes orales et la demand...

Lire la suite

Belgique : près de la moitié des demandes d'euthanasie accordées

Belgique : près de la moitié des demandes d'euthanasie accordées

- Euthanasie et suicide assisté

Un sondage réalisé en Belgique auprès de 914 médecins par les groupes de recherche en soins palliatifs de l'université de Libre de Bruxelles et de l'université de Gand révèle que 48% des demandes d'euthanasie ont été accordées depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie, en 2002.
39% des médecins interrogés disent avoir eu au moins une demande depuis la légalisation de la loi dans le pays. Après avoir souhaité être euthanasié, 10% des patients ont changé d'avis. Le sondage note que l...

Lire la suite

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

- Euthanasie et suicide assisté

België kreeg tien jaar geleden zijn grensverleggende euthanasiewet. Welke balans valt er te maken? 'Het nieuwe sterven' was de titel van een studiedag die Zorgnet Vlaanderen en de KU Leuven organiseerden op 9 februari.
Dr Marc Desmet heeft het over een 'licht hellend vlak'. "Wat je ziet, is een verschuiving althans in het debat, niet zozeer in de feiten - van euthanasie bij patiënten in de terminale fase naar vormen van hulp bij zelfdoding en euthanasie bij wilsonbekwamen. Volgens de wet g...

Lire la suite