Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 10/01/2012

Les déclarations à propos d'une clinique de l'euthanasie du Dr Distelmans ont provoqué, en janvier 2011, un tollé général. (Bulletin de l'IEB) On croyait le dossier enterré. Or voici que l'UZ Brussel (VUB) met sur pieds avec l'Academisch Medisch Centrum Wemmel une initiative pour  "encadrer" les patients terminaux ou incurables.
L'objectif de celle-ci serait d'instaurer une "consultation de seconde ligne"  (médecins et infirmières formés à la pratique de l'euthanasie) pour les patients souffrant de maladies incurables, les patients terminaux, ainsi que les patients atteints de troubles psychiatriques. Les responsables de ce groupe, très proche du LEIFdoctors (LevensEindeInformatieForum),  partent d'un quadruple constat : les législations relatives à la fin de vies sont méconnues, il est fait trop peu et souvent trop tard appel aux soins palliatifs, les cas d'acharnement thérapeutique existent toujours et les demandes d'euthanasie provenant de patients non terminaux ou atteints de maladies psychiatriques ne sont pas suffisamment entendues.
Ils souhaitent dès lors mettre en place une équipe pluridisciplinaire (ULTEAM) qui recevrait en consultation ces patients pour répondre à leurs questions concernant la fin de vie, leur donner un avis sur leur demande d'aide, les accompagner et les renvoyer vers les praticiens adéquats.
La vigilance est de mise lorsqu'au même moment, une étude révèle que pour certains médecins, l'euthanasie peut être aujourd'hui considérée comme une "pratique palliative". On peut se demander si une institution où l'euthanasie se pratique mettra vraiment tout en oeuvre pour donner le meilleur des soins palliatifs et accompagner la personne en fin de vie vers sa mort naturelle ?


Articles similaires

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La seconde étude, tout aussi intéressante, a été réalisée par Els Ingelbrecht, qui a interrogé 1265 infirmiers. Ici aussi se confirme le fait que 120 infirmiers ont vu leur patient mourir suite à l'administration de substances euthanasiantes. Dans 45% des cas, ce sont ces infirmiers (principalement masculins) qui ont administré les produits, et non le médecin lui-même, en dépit de l'exigence légale. Les morts provoquées sans être demandées par le patient concernent des personnes de plus de 80 ...

Lire la suite

Euthanasie des enfants : deuxième audition d'experts

Euthanasie des enfants : deuxième audition d'experts

- Euthanasie et suicide assisté

Dans le cadre de l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants, les Commissions réunies Justice & Affaires sociales entendront une nouvelle série d'experts ce mercredi 6 mars 2013. Les rapporteurs en sont  toujours Mme Zakia Khattabi et M. Rik Torfs.
Les experts convoqués sont : Mme Catherine Stryckmans, présidente de la commission éthique de l'Association belge des praticiens de l'art infirmier (ACN); M. Herman Nys, hoofd van het Interfacultair Centrum voor Biomedische Ethiek en Recht; pro...

Lire la suite

Euthanasie des mineurs  : souffrance physique et mort à brève échéance

Euthanasie des mineurs : souffrance physique et mort à brève échéance

- Euthanasie et suicide assisté

L'euthanasie pour les mineurs pourrait être votée en Commissions réunies Justice et Affaires sociales mercredi prochain.  Les quatre auteurs (MR, PS, Open VLD et SP.A) des propositions visant à étendre aux mineurs le bénéfice de la loi de 2002 dépénalisant l'euthanasie ont déposé plusieurs amendements à leur texte originel qui renforcent les conditions et permettraient à des enfants de demander à être euthanasiés. Dans leur texte réécrit, l'enfant devrait invoquer des souffrances physiques ina...

Lire la suite