Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 10/01/2012

Les déclarations à propos d'une clinique de l'euthanasie du Dr Distelmans ont provoqué, en janvier 2011, un tollé général. (Bulletin de l'IEB) On croyait le dossier enterré. Or voici que l'UZ Brussel (VUB) met sur pieds avec l'Academisch Medisch Centrum Wemmel une initiative pour  "encadrer" les patients terminaux ou incurables.
L'objectif de celle-ci serait d'instaurer une "consultation de seconde ligne"  (médecins et infirmières formés à la pratique de l'euthanasie) pour les patients souffrant de maladies incurables, les patients terminaux, ainsi que les patients atteints de troubles psychiatriques. Les responsables de ce groupe, très proche du LEIFdoctors (LevensEindeInformatieForum),  partent d'un quadruple constat : les législations relatives à la fin de vies sont méconnues, il est fait trop peu et souvent trop tard appel aux soins palliatifs, les cas d'acharnement thérapeutique existent toujours et les demandes d'euthanasie provenant de patients non terminaux ou atteints de maladies psychiatriques ne sont pas suffisamment entendues.
Ils souhaitent dès lors mettre en place une équipe pluridisciplinaire (ULTEAM) qui recevrait en consultation ces patients pour répondre à leurs questions concernant la fin de vie, leur donner un avis sur leur demande d'aide, les accompagner et les renvoyer vers les praticiens adéquats.
La vigilance est de mise lorsqu'au même moment, une étude révèle que pour certains médecins, l'euthanasie peut être aujourd'hui considérée comme une "pratique palliative". On peut se demander si une institution où l'euthanasie se pratique mettra vraiment tout en oeuvre pour donner le meilleur des soins palliatifs et accompagner la personne en fin de vie vers sa mort naturelle ?


Articles similaires

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite

Euthanasie pour troubles psychiatriques ou démence en Belgique : analyse des cas reportés

Euthanasie pour troubles psychiatriques ou démence en Belgique : analyse des cas reportés

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau Flash Expert !

Une étude, publiée dans le BMC Psychiatry a pour but d'observer l'évolution du nombre de cas d'euthanasie reportés concernant les patients atteints de maladies psychiatriques ou de démences entre 2002 et 2013. Quelles sont les caractéristiques démographiques et cliniques de ces patients ? Quelles ont été les caractéristiques du processus dans la prise de la décision d'euthanasie chez ces patients ?
L'Etude en question se base pour son analyse sur les rapports de la Comm...

Lire la suite

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis la légalisation de l'aide à mourir (AMM) en décembre 2015, 1.829 Québécois l'ont officiellement réclamée, et 1.215 (66 %) l'ont officiellement obtenue.

Entre 2016 et 2017, le nombre de personnes décédées avec l'aide d'un médecin y a augmenté de 58 %. En 2017, au Canada, près d'un décès sur 100 est survenu suite à une demande d'AMM, et au Québec, il s'agit d'une personne sur 50.

Le Dr Claude Rivard, médecin spécialisé en soins palliatifs en Montérégie, région où les médecins ont dû pra...

Lire la suite