Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Pour pratiquer une euthanasie au domicile du patient, le médecin qui provoquera sa mort doit normalement se rendre en personne en officine pour se procurer les substances létales.
Posant la question du contrôle des produits en question et de la responsabilité du gouvernement à ce sujet, la députée Catherine Fonck a interpellé la ministre des Affaires sociales et de la Santé à ce sujet. Maggie De Block en sa réponse du 22 juin 2015, a rappelé « qu'aucun arrêté royal n'avait encore été pris (NDLR : depuis 14 ans) pour fixer les critères de prudence et les conditions auxquelles doivent satisfaire la prescription et la délivrance des médicaments qui seront utilisés comme substance euthanasiante. »
Si les pharmaciens sont dans l'obligation de garder pour un temps limité les factures et ordonnances attestant de l'acquisition de ces produits mortifères, ils ne sont pas tenus de vérifier l'identité du médecin prescripteur. En outre, affirme Maggie De Block, par respect du secret médical, « les statistiques concernant le nombre de médecins qui se sont déplacés en pharmacie afin d'obtenir la substance en question, ne sont pas disponibles » déclare la Ministre de la Santé.
Peut-on en déduire que le contrôle par l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMP) en ce domaine serait inexistant ? Le suivi des produits de santé et la traçabilité des médecins les employant ne serait-il pas un moyen pour  tenter de contrôler les euthanasies non déclarées et clandestines ?

La problématique du contrôle des produits revient à la surface par le biais de la proposition de résolution relative à la légalité du stockage et du transport des médicaments pour usage palliatif déposée à la Chambre par la députée fédérale Ine Somers (Open Vld). (Voir précédent Bulletin de l'IEB)
Il y est fait mention du fait que les médicaments « utilisés à des fins de sédation palliative ne sont pas innocents et l'usage abusif de ceux-ci peut avoir des conséquences fatales ». La députée alerte sur la nécessité pour des raisons de sécurité publique, d'avoir un système d'enregistrement afin de savoir « quand, où, pour qui et par qui [les médicaments] sont utilisés. » Elle estime également que « les médicaments excédentaires doivent être restitués et détruits » afin de créer un système de contrôle pour éviter les abus potentiels.
Source : Bulletin des Questions - Réponses à la Chambre ( Question n° 288 de madame la députée Catherine Fonck du 12 juin 2015, réponse de  la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique du 22 juin 2015)


Articles similaires

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belg...

Lire la suite

Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

- Euthanasie et suicide assisté

Lundi 19 octobre, le journal Le Soir publiait un article « L'euthanasie en panne de contrôle », exposant la difficulté de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie en Belgique à renouveler ses membres. Sur 16 membres, et autant de suppléants, il manque 7 professeurs à l'appel. En réalité, les conditions sont très strictes pour être admis dans la Commission de contrôle, alliant parité hommes/femmes, compétences professionnelles, parité philosophique et linguistique.

En outre, face à l...

Lire la suite

Belgique : euthanasié à 17 ans

Belgique : euthanasié à 17 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois, suite à l'extension de la loi relative à l'euthanasie aux mineurs, un jeune a été euthanasié en Belgique. Il a dû exprimer sa volonté en ce sens, obtenir l'accord de ses parents, être jugé capable de discernement quant à la portée de ce geste et surtout être atteint d'une maladie incurable provoquant des souffrances inapaisables. De plus, son décès devait être prévisible à brève échéance. Telles sont les conditions inscrites dans la loi évoquée. Loi qui n'avait pas manqu...

Lire la suite