Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/02/2016

Pour pratiquer une euthanasie au domicile du patient, le médecin qui provoquera sa mort doit normalement se rendre en personne en officine pour se procurer les substances létales.
Posant la question du contrôle des produits en question et de la responsabilité du gouvernement à ce sujet, la députée Catherine Fonck a interpellé la ministre des Affaires sociales et de la Santé à ce sujet. Maggie De Block en sa réponse du 22 juin 2015, a rappelé « qu'aucun arrêté royal n'avait encore été pris (NDLR : depuis 14 ans) pour fixer les critères de prudence et les conditions auxquelles doivent satisfaire la prescription et la délivrance des médicaments qui seront utilisés comme substance euthanasiante. »
Si les pharmaciens sont dans l'obligation de garder pour un temps limité les factures et ordonnances attestant de l'acquisition de ces produits mortifères, ils ne sont pas tenus de vérifier l'identité du médecin prescripteur. En outre, affirme Maggie De Block, par respect du secret médical, « les statistiques concernant le nombre de médecins qui se sont déplacés en pharmacie afin d'obtenir la substance en question, ne sont pas disponibles » déclare la Ministre de la Santé.
Peut-on en déduire que le contrôle par l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMP) en ce domaine serait inexistant ? Le suivi des produits de santé et la traçabilité des médecins les employant ne serait-il pas un moyen pour  tenter de contrôler les euthanasies non déclarées et clandestines ?

La problématique du contrôle des produits revient à la surface par le biais de la proposition de résolution relative à la légalité du stockage et du transport des médicaments pour usage palliatif déposée à la Chambre par la députée fédérale Ine Somers (Open Vld). (Voir précédent Bulletin de l'IEB)
Il y est fait mention du fait que les médicaments « utilisés à des fins de sédation palliative ne sont pas innocents et l'usage abusif de ceux-ci peut avoir des conséquences fatales ». La députée alerte sur la nécessité pour des raisons de sécurité publique, d'avoir un système d'enregistrement afin de savoir « quand, où, pour qui et par qui [les médicaments] sont utilisés. » Elle estime également que « les médicaments excédentaires doivent être restitués et détruits » afin de créer un système de contrôle pour éviter les abus potentiels.
Source : Bulletin des Questions - Réponses à la Chambre ( Question n° 288 de madame la députée Catherine Fonck du 12 juin 2015, réponse de  la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique du 22 juin 2015)


Articles similaires

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 23 février 2016, trois propositions de loi relatives à l'euthanasie ont été déposées à la Chambre des Représentants par madame Laurette Onkelinx, en vue d'en garantir l'accès et de faciliter sa pratique.

Etendre la durée de la Déclaration anticipée en fin de vie :
Une première proposition de loi vise à « supprimer la durée de validité limitée à 5 ans de la déclaration anticipée et laisser le patient la déterminer lui-même. »
Actuellement, la loi sur l'euthanasie permet à tout citoyen qui s...

Lire la suite

Belgique : l'euthanasie en dehors du cadre légal?

Belgique : l'euthanasie en dehors du cadre légal?

- Euthanasie et suicide assisté

De nombreux médecins et infirmières provoquent intentionnellement la mort de leur patient, ne respectant pas le cadre de la loi dépénalisant l'euthanasie.
Plusieurs points révélés par deux études réalisées par l'équipe « End-of-life Care Research Group » de la VUB démontrent le non-respect évident de plusieurs dispositions essentielles de la loi dépénalisant l'euthanasie. 
La première étude analyse les réponses de médecins en Flandre qui ont eu à certifier la mort d'un patient. Ayant utilisé d...

Lire la suite

Baisse inédite du nombre d'euthanasies déclarées en Belgique en 2020 : quel lien avec le COVID ?

Baisse inédite du nombre d'euthanasies déclarées en Belgique en 2020 : quel lien avec le COVID ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le 2 mars dernier, la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie en Belgique a publié les chiffres relatifs aux euthanasies déclarées durant l'année 2020.

 

Des données publiées, il ressort en premier lieu une baisse inédite du nombre d'euthanasies déclarées à la Commission en 2020, en comparaison de l'année 2019 : de 2656 euthanasies déclarées en 2019, l'on passe à 2444 euthanasies, soit une baisse de 7,9%. C'est ainsi la première fois, depuis la dépénalisation de l'eut...

Lire la suite