Belgique : premier dossier d’euthanasie transmis au Parquet

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/10/2015

Après 13 ans d'exercice et plus de 8000 dossiers d'euthanasie traités, la Commission fédérale de contrôle de la loi relative à l'euthanasie a transmis ce mardi 27 octobre, pour la première fois, un dossier au Parquet.
Ce dossier concerne une assistance au suicide pratiquée le 22 juin dernier par le docteur Marc Van Hoey, président de l'association Recht op Waardig Sterven (RWS), association militante soeur de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).
Ce suicide assisté concerne  Simona  De Moor, dont la mort a été filmée en direct par un journaliste australien dans son reportage « Allow me to die ». 
Dans ce reportage, on peut voir le docteur Van Hoey donner une boisson létale à la patiente, qui décèdera quelques minutes après l'avoir bue. Ce faisant, le médecin semble faire fi des conditions posées par la loi sur l'euthanasie du 28 mai 2002. En effet, Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière, mais faisait état d'un « chagrin inapaisable » suite au décès récent de sa fille. Elle n'était pas même dépressive, explique le médecin face à la caméra, ajoutant qu'elle en avait « marre de vivre ». En outre, le docteur Van Hoey n'a pas fait appel à un troisième médecin, comme l'impose la loi quand la personne n'est pas dans une situation de fin de vie imminente.

Alors qu'en Belgique, l'effectivité du contrôle de l'euthanasie par la Commission du même nom est de plus en plus remise en question, il est permis de s'interroger sur le lien entre la médiatisation d'un dossier concret et sa transmission à la justice. Qu'en est-il des dizaines d'autres euthanasies pratiquées par le docteur Van Hoey loin des caméras ?
Dans la mesure où il est impossible à la Commission de contrôle de juger de l'adéquation entre les faits pratiqués et les faits rapportés, rien n'empêche de penser que certains médecins se sentent désormais libres d'administrer la mort en toute impunité.

 

Source : La Libre


Articles similaires

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association Américaine de Psychiatrie (AAP) vient d'émettre un avis tranché quant à la pratique de l'euthanasie pour des patients qui ne sont pas en phase terminale. Rejoignant ainsi l'avis de l'Association Médicale américaine, la déclaration affirme qu'« un psychiatre ne devrait prescrire ou envisager aucune intervention dont le but est de causer la mort chez un patient qui n'est pas en phase terminale ».

Cette déclaration a d'autant plus de poids que l'AAP demeure aujourd'hui la plus impo...

Lire la suite

Note de Synthèse : Rapport 2020 de la Commission Euthanasie en Belgique

Note de Synthèse : Rapport 2020 de la Commission Euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis 2002, ce sont 22.081 personnes qui ont été officiellement euthanasiées en Belgique. Les chiffres pour les deux dernières années (2018 et 2019) sont respectivement de 2359 cas et 2656 cas. L'année 2019 a donc été caractérisée par une augmentation importante de 12,6 % des euthanasies déclarées.

La loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie prévoit que la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CCEE), dresse tous les deux ans un rapport à l'intention du législateu...

Lire la suite

Euthanasie : position de la Ligue Alzheimer francophone

Euthanasie : position de la Ligue Alzheimer francophone

- Euthanasie et suicide assisté

Entendue comme experte par la Commission réunie Justice et Affaires sociales qui étudie les propositions relatives à l'extension de la loi « euthanasie » et notamment en vue de l'étendre aux personnes atteintes de démence, Sabine Henry, présidente de la Ligue Alzheimer, a indiqué que celle-ci jugeait prioritaire l'amélioration des conditions de vie des personnes démentes. Elle a également dit craindre qu'en ce qui les concerne, l'extension de la loi sur l'euthanasie risquait de freiner le déve...

Lire la suite