Belgique : Laura-Emily, geste euthanasique évité de justesse

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/11/2015

Le cas médiatisé de Laura était évoqué dans le Bulletin de l'IEB du 18 septembre 2015.

 

 

Trois médecins, parmi lesquels une psychiatre, avaient donné leur feu vert pour l'euthanasie de cette jeune-fille de 24 ans. Ce cas se justifiait sur base de la loi belge dépénalisant l'euthanasie, s'agissant en l'espèce d'une euthanasie pour souffrance psychique inapaisable et insupportable, donc sans espoir de guérison.
Ce 10 novembre, un documentaire réalisé par un journaliste travaillant pour The Economist, intitulé « 24 & ready to die », a été publié sur le site du magazine (Voir le communiqué de presse). Le caméraman anglais a suivi jour après jour Laura-Emily, filmant la préparation de sa mort, et attendant de saisir en images le moment de celle-ci.
Le documentaire « 24 & ready to die » donne la parole aux trois médecins, qui expliquent à la jeune femme comment son euthanasie se déroulera, en soulignant qu'elle pourra toujours changer d'avis jusqu'à la dernière seconde. Rendez-vous est pris pour le jeudi 24 septembre vers 17h. Le journaliste est au rendez-vous.

C'est alors que Laura-Emily dit au Dr Proot, qui allait pratiquer l'euthanasie que « je ne peux pas le faire ». L'injection létale est laissée de côté. La jeune-femme explique alors face à la caméra que « ces deux dernières semaines ont été relativement supportables. Il n'y a pas eu de crises. C'est très peu clair pour moi : y a-t-il quelque chose qui a changé en moi, ou quelque chose qui a fait que cela était plus supportable ? J'ai essayé de ne plus penser à ma vérité (c'est-à-dire que je ferai mieux de ne pas exister). Je retiens mon souffle pour l'avenir ».

 

Ce qui est ainsi constaté valide l'expérience des professionnels de la santé, dont des psychiatres, qui se sont exprimés dans une Carte Blanche publiée dans Le soir du jeudi 10 septembre dernier. Ils affirmaient en effet qu'« il existe aussi de nombreux exemples de personnes qui, après un très long et très pénible cheminement, se rétablissent soudainement  - pas toujours grâce à une thérapie d'ailleurs, mais parfois grâce à des événements  imprévus. ».

Le geste euthanasique a été évité pour l'instant. Il force sans aucun doute à s'interroger sur la capacité ou pas de déterminer le caractère inapaisable et incurable d'une souffrance psychique.

 


Articles similaires

Belgique : 2024 euthanasies déclarées en 2016

Belgique : 2024 euthanasies déclarées en 2016

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie a publié son rapport couvrant les années 2014-2015  le 19 octobre 2016, le total des euthanasies déclarées officiellement pour 2016 vient d'être communiqué par Gilles Génicot, avocat et membre de ladite Commission.

Un nombre stable par rapport à 2015. « Ce n'est pas étonnant » déclare Gille Génicot. « Il n'y a plus d'objection à cet acte. La loi a rendu les choses possibles et transparentes. »

 Comme la Commissio...

Lire la suite

Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Professeur Jean-Louis Vincent, chef de service des soins intensifs au CHU Erasme de Bruxelles, affirme dans plusieurs articles parus dans la presse qu'il y a une demande de certains médecins spécialisés en soins intensifs de pouvoir bénéficier d'une protection juridique pour précipiter la mort des patients qui n'en auraient pas expressément formulé la demande (pas de déclaration anticipée) et qui seraient inconscients, et ce même en l'absence de tout inconfort. Il conviendrait, estime le Pr...

Lire la suite

Belgique : un jugement contestable sur la pratique de l’euthanasie en maison de repos

Belgique : un jugement contestable sur la pratique de l’euthanasie en maison de repos

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mercredi 29 juin 2016, la maison de repos Sint-Augustinus, de Diest, a été condamnée par le tribunal de première instance de Louvain pour avoir refusé qu'une euthanasie, illégale selon elle, soit pratiquée en son sein. Le jugement, qui surprend par sa brièveté et l'absence de motivation juridique, condamne la direction de la maison de repos et de soins à verser un dédommagement de 6000€ aux membres d'une famille pour le préjudice moral qu'ils ont subi pour avoir dû déplacer leur mère afin q...

Lire la suite