Belgique : Laura-Emily, geste euthanasique évité de justesse

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/11/2015

Le cas médiatisé de Laura était évoqué dans le Bulletin de l'IEB du 18 septembre 2015.

 

 

Trois médecins, parmi lesquels une psychiatre, avaient donné leur feu vert pour l'euthanasie de cette jeune-fille de 24 ans. Ce cas se justifiait sur base de la loi belge dépénalisant l'euthanasie, s'agissant en l'espèce d'une euthanasie pour souffrance psychique inapaisable et insupportable, donc sans espoir de guérison.
Ce 10 novembre, un documentaire réalisé par un journaliste travaillant pour The Economist, intitulé « 24 & ready to die », a été publié sur le site du magazine (Voir le communiqué de presse). Le caméraman anglais a suivi jour après jour Laura-Emily, filmant la préparation de sa mort, et attendant de saisir en images le moment de celle-ci.
Le documentaire « 24 & ready to die » donne la parole aux trois médecins, qui expliquent à la jeune femme comment son euthanasie se déroulera, en soulignant qu'elle pourra toujours changer d'avis jusqu'à la dernière seconde. Rendez-vous est pris pour le jeudi 24 septembre vers 17h. Le journaliste est au rendez-vous.

C'est alors que Laura-Emily dit au Dr Proot, qui allait pratiquer l'euthanasie que « je ne peux pas le faire ». L'injection létale est laissée de côté. La jeune-femme explique alors face à la caméra que « ces deux dernières semaines ont été relativement supportables. Il n'y a pas eu de crises. C'est très peu clair pour moi : y a-t-il quelque chose qui a changé en moi, ou quelque chose qui a fait que cela était plus supportable ? J'ai essayé de ne plus penser à ma vérité (c'est-à-dire que je ferai mieux de ne pas exister). Je retiens mon souffle pour l'avenir ».

 

Ce qui est ainsi constaté valide l'expérience des professionnels de la santé, dont des psychiatres, qui se sont exprimés dans une Carte Blanche publiée dans Le soir du jeudi 10 septembre dernier. Ils affirmaient en effet qu'« il existe aussi de nombreux exemples de personnes qui, après un très long et très pénible cheminement, se rétablissent soudainement  - pas toujours grâce à une thérapie d'ailleurs, mais parfois grâce à des événements  imprévus. ».

Le geste euthanasique a été évité pour l'instant. Il force sans aucun doute à s'interroger sur la capacité ou pas de déterminer le caractère inapaisable et incurable d'une souffrance psychique.

 


Articles similaires

Belgique : 24.360 nouvelles déclarations d'euthanasie enregistrées en 2014

Belgique : 24.360 nouvelles déclarations d'euthanasie enregistrées en 2014

- Euthanasie et suicide assisté

Selon les chiffres du SPF Santé publique, le nombre de déclarations anticipées d'euthanasie enregistrées dans les administrations communales sur l'ensemble du territoire en 2014 s'élève à 24.360. C'est 3.946 de plus qu'un an auparavant, où 20.414 déclarations de ce genre avaient été déposées.
A noter que le taux de révision de ces déclarations est en progression (pour modifier par exemple la personne de confiance à laquelle le corps médical peut s'adresser le moment venu). 2.872 personnes ont ...

Lire la suite

Belgique : l’euthanasie comme soin palliatif ?

Belgique : l’euthanasie comme soin palliatif ?

- Euthanasie et suicide assisté

Les chercheurs du Zorg rond het Levenseinde (VUB-UGent) viennent de publier les résultats d'une étude* réalisée en Flandre en 2013 sur 6.871 décès, montrant que 70% personnes ayant été euthanasiées ont bénéficié de soins palliatifs avant que le médecin ne provoque leur mort. Ceci démontre, énoncent les auteurs, que l'euthanasie n'est pas incompatible avec les soins palliatifs.

Toutefois, les chiffres indiquent également que 30% des personnes ayant été euthanasiées n'ont pas bénéficié de cet a...

Lire la suite

Belgique : l’euthanasie bientôt considérée comme un « soin de santé » ?

Belgique : l’euthanasie bientôt considérée comme un « soin de santé » ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le 10 mai 2015 a été promulguée une « Loi coordonnée relative à l'exercice des professions de soins de santé », qui reprend un ancien arrêté royal, l'arrêté n°78 de 1967. Maggie De Block, Ministre des Affaires sociales et de la santé publique propose de modifier cette loi, notamment en y incluant une nouvelle définition des soins de santé.

La définition actuelle des soins de santé est libellée comme suit : « des services dispensés par un praticien professionnel en vue de promouvoir, de déterm...

Lire la suite