Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2015

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euthanasie ?
Pour répondre à ces questions, le consortium « LEIF-EOL » (Leif : LevensEind InformatieForum – EOL : End Of Life doctors) a été mis en place, avec l'appui logistique de l'ADMD et de son pendant flamand, deux associations qui s'efforcent ouvertement de « normaliser » la pratique de l'euthanasie auprès des médecins généralistes, par une formation financée et reconnue par les pouvoirs publics.
En vertu d'un arrêté royal du 7 mars 2013, (Bulletin de l'IEB) ce consortium a ainsi obtenu le monopole pour sélectionner les médecins qui sont rétribués en vue de ce second avis, à hauteur de 150 euros. Une somme de 10 euros supplémentaires va au consortium. Le Pr. Wim Distelmans en a été l'une des chevilles ouvrières. Ne sont admis dans ce cercle restreint de médecins ayant droit à ce dédommagement, que ceux qui satisfont aux  trois conditions fixées par un comité de 12 médecins « LEIF- EOL », (voir Journal du Médecin).
Le budget initial de 199.700 euros alloués au consortium, l'avait été pour 1.250 avis pré-euthanasie. Wim Distelmans s'inquiète du fait que ce montant, fixé il y a 7 ans, est, au vu de l'augmentation importante du nombre d'euthanasies, tout à fait insuffisant. Aujourd'hui, quelques 4.000 avis seraient nécessaires. C'est pourquoi il convient, selon lui, de revoir à la hausse le « budget second avis euthanasie » et de prévoir 640.000 euros, soit trois fois plus que ce qui est actuellement budgétisé.
Source : Journal du Médecin

 


Articles similaires

Canada : l’impact de l’euthanasie sur le budget des soins de santé

Canada : l’impact de l’euthanasie sur le budget des soins de santé

- Euthanasie et suicide assisté

Jusqu'à 139 millions de dollars. C'est l'économie annuelle que pourrait entraîner, pour le budget des soins de santé, la dépénalisation de « l'aide médicale à mourir » (AMM) au Canada.

Se basant sur les données et le profil de citoyens belges ou hollandais euthanasiés dans leur pays, des chercheurs de l'Université de Calgary ont estimé que, dans les années à venir, de 1 à 4% des décès pourraient être liés à un suicide assisté ou à une euthanasie, soit environ 10.700 Canadiens par an.

Partant...

Lire la suite

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Chaque année en Belgique, à peu près 1.000 personnes voient leur vie abrégée sans leur demande ni consentement.

C'est ce qu'a déclaré Marc Cosyns, médecin et défenseur de l'euthanasie en Belgique, lors du procès de Ivo Poppe le 29 janvier dernier. Ce sont le plus souvent les infirmiers qui abrègent discrètement la vie de leurs patients sans qu'ils l'aient demandé. Ils s'y sentent obligés parce que les médecins refusent de le faire eux-mêmes, affirme le Docteur Cosyns.

Ce dernier a toujours a...

Lire la suite

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant qu...

Lire la suite