Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2015

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euthanasie ?
Pour répondre à ces questions, le consortium « LEIF-EOL » (Leif : LevensEind InformatieForum – EOL : End Of Life doctors) a été mis en place, avec l'appui logistique de l'ADMD et de son pendant flamand, deux associations qui s'efforcent ouvertement de « normaliser » la pratique de l'euthanasie auprès des médecins généralistes, par une formation financée et reconnue par les pouvoirs publics.
En vertu d'un arrêté royal du 7 mars 2013, (Bulletin de l'IEB) ce consortium a ainsi obtenu le monopole pour sélectionner les médecins qui sont rétribués en vue de ce second avis, à hauteur de 150 euros. Une somme de 10 euros supplémentaires va au consortium. Le Pr. Wim Distelmans en a été l'une des chevilles ouvrières. Ne sont admis dans ce cercle restreint de médecins ayant droit à ce dédommagement, que ceux qui satisfont aux  trois conditions fixées par un comité de 12 médecins « LEIF- EOL », (voir Journal du Médecin).
Le budget initial de 199.700 euros alloués au consortium, l'avait été pour 1.250 avis pré-euthanasie. Wim Distelmans s'inquiète du fait que ce montant, fixé il y a 7 ans, est, au vu de l'augmentation importante du nombre d'euthanasies, tout à fait insuffisant. Aujourd'hui, quelques 4.000 avis seraient nécessaires. C'est pourquoi il convient, selon lui, de revoir à la hausse le « budget second avis euthanasie » et de prévoir 640.000 euros, soit trois fois plus que ce qui est actuellement budgétisé.
Source : Journal du Médecin

 


Articles similaires

Entrée en vigeur de la loi dépénalisant l'euthanasie aux mineurs

Entrée en vigeur de la loi dépénalisant l'euthanasie aux mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Publication au Moniteur belge du texte de loi d'extension de l'euthanasie aux mineurs et qui devrait  entrer en vigueur le 22 mars 2014.

Wet tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie, teneinde euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken.

Lire la suite

Luxembourg : 18 euthanasies et suicides assistés sur 2015-2016

Luxembourg : 18 euthanasies et suicides assistés sur 2015-2016

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie et l'assistance au suicide en 2009, 52 personnes ont choisi de mourir de cette manière au Luxembourg. D'après le récent rapport de la Commission de contrôle et d'évaluation, 18 euthanasies et suicides assistés ont été pratiqués sur la période 2015-2016.

Le président de ladite Commission, le Dr Carlo Bock a affirmé à l'occasion de la remise de ce rapport que : « l'euthanasie est complémentaire aux soins palliatifs ».

Or, la philosophie de...

Lire la suite

L’euthanasie des mineurs en Belgique : dossier de l'IEB

L’euthanasie des mineurs en Belgique : dossier de l'IEB

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 février 2014 était promulguée la loi  « modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de l'étendre aux mineurs ». La Belgique devenait ainsi le premier et seul pays au monde à autoriser l'euthanasie de mineurs sans qu'aucune condition relative à l'âge de ceux-ci ne doive être rencontrée.

Certains s'en sont félicités, rappelant le rôle « pionnier » joué par la Belgique dans la mise en place d'un cadre légal pour l'euthanasie, présentée comme ultime « acte d'humanité » d...

Lire la suite