Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2015

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euthanasie ?
Pour répondre à ces questions, le consortium « LEIF-EOL » (Leif : LevensEind InformatieForum – EOL : End Of Life doctors) a été mis en place, avec l'appui logistique de l'ADMD et de son pendant flamand, deux associations qui s'efforcent ouvertement de « normaliser » la pratique de l'euthanasie auprès des médecins généralistes, par une formation financée et reconnue par les pouvoirs publics.
En vertu d'un arrêté royal du 7 mars 2013, (Bulletin de l'IEB) ce consortium a ainsi obtenu le monopole pour sélectionner les médecins qui sont rétribués en vue de ce second avis, à hauteur de 150 euros. Une somme de 10 euros supplémentaires va au consortium. Le Pr. Wim Distelmans en a été l'une des chevilles ouvrières. Ne sont admis dans ce cercle restreint de médecins ayant droit à ce dédommagement, que ceux qui satisfont aux  trois conditions fixées par un comité de 12 médecins « LEIF- EOL », (voir Journal du Médecin).
Le budget initial de 199.700 euros alloués au consortium, l'avait été pour 1.250 avis pré-euthanasie. Wim Distelmans s'inquiète du fait que ce montant, fixé il y a 7 ans, est, au vu de l'augmentation importante du nombre d'euthanasies, tout à fait insuffisant. Aujourd'hui, quelques 4.000 avis seraient nécessaires. C'est pourquoi il convient, selon lui, de revoir à la hausse le « budget second avis euthanasie » et de prévoir 640.000 euros, soit trois fois plus que ce qui est actuellement budgétisé.
Source : Journal du Médecin

 


Articles similaires

Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

- Euthanasie et suicide assisté

Un médecin, le Dr Lieve Vande Putte,  s'indigne de la façon dont son père a été mis sous sédation alors qu'elle-même s'absentait à l'étranger. Elle estime que ce geste a conduit son père à la mort. Voilà ce que révèle l'article paru dans le magazine Humo qui reprend l'information et le témoignage du Dr Vande Putte. Aucune condamnation n'est toutefois évoquée.
Commentant cette information, le Dr Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, et d'autre part d...

Lire la suite

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite

Disparition d’une dose de curare devant servir à une euthanasie.

Disparition d’une dose de curare devant servir à une euthanasie.

- Euthanasie et suicide assisté

Devant pratiquer une euthanasie au domicile d'une patiente, le Dr N. se rend personnellement - comme l'exige la loi - dans une pharmacie . Il se procure ainsi les produits létaux et le matériel nécessaire avant de se rendre au chevet de la personne. Au moment d'administrer l'euthanasie en présence des membres de la famille, il découvre qu'une des 5 ampoules contenant des barbituriques (curare) est vide. Or, la boîte était bien scellée. Où est passé le curare ? A-t-il atterri dans de mauvaises ...

Lire la suite