Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 14/12/2017

Peut-on euthanasier les patients qui ne sont pas en phase terminale, qui souffrent psychiquement ou qui sont atteints d'une maladie psychiatrique ?
Ce sont les fondements de la loi euthanasie qui sont mis en question par le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB)  dans l'Avis n° 73 qui vient d'être publié.

Ce document de 88 pages met le doigt sur les dysfonctionnements de la loi euthanasie en Belgique : si la demande d'euthanasie se base sur le concept de souffrance, comment la définir ? Qui peut juger du fait qu'elle est insupportable ? Est-elle inapaisable si le patient refuse qu'on la soulage ? Serait-il alors quand même "admissible" à l'euthanasie ? Qui juge du caractère incurable de la pathologie, surtout psychiatrique, à la base de la demande d'euthanasie ?

Pour plus de transparence et de contrôle, ne faut-il pas lever l'anonymat des médecins qui déclarent l'euthanasie à la Commission de contrôle ?

Ce sont donc bien plus que les questions d'euthanasie pour « fatigue de vivre », qui sont abordées dans l'Avis du CCBB puisqu'y est traitée la question de l'euthanasie pour souffrance psychique et aussi pour les patients atteints d'une affection psychiatrique.

A relever aussi le fait que le Comité de Bioéthique s'exprime par rapport aux critiques fréquentes faites à l'égard du travail de la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCE).

A lire : Flash Expert : "En route pour un débat sur la loi euthanasie en Belgique ?"

Et aussi : Flash Expert : Euthanasie pour « fatigue de vivre » ou  « anhédonie »


Articles similaires

Euthanasie : Ph. Mahoux  ne voit pas la nécessité d’élargir la loi belge.

Euthanasie : Ph. Mahoux ne voit pas la nécessité d’élargir la loi belge.

- Euthanasie et suicide assisté

Abordant la question de l'extension éventuelle du champ d'application de la loi, Philippe Mahoux (Parti Socialiste), co-auteur de la loi dépénalisant l'euthanasie, estime : « bien que la loi ne soit pas parfaite, il est inopportun, et même dangereux, de vouloir, dans le climat actuel, la remettre en discussion pour tenter d'obtenir des avancées législatives dans les domaines qu'elle ne couvre pas (mineurs d'âge, incapacité de s'exprimer, etc.). » Il a souligné que l'interprétation de certains ...

Lire la suite

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

- Euthanasie et suicide assisté

Parmi ces 33 personnes, 5 venaient de l'étranger. Voilà ce que mentionne l'article paru dans De Morgen et reprenant les propos du Prof. Wim Distelmans.  Ulteam euthanasie les personnes dont la « demande n'a pas été assez entendue » par d'autres institutions. De plus, Ulteam estime qu'il est conforme à la loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique de pouvoir euthanasier les visiteurs étrangers qui le demandent et qui se déplacent tout spécialement pour y être euthanasiés. Les Pays-Bas quant à eu...

Lire la suite

Tom  Mortier porte  plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

Tom Mortier porte plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

- Euthanasie et suicide assisté

Le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique a porté plainte mardi au parquet de Bruxelles contre le praticien Wim Distelmans, qui a procédé à l'euthanasie de sa mère. Tom Mortier avait déjà amené l'affaire devant l'Ordre des Médecins en février dernier. "De sérieux indices prouvent que la loi n'a pas été correctement appliquée dans le traitement de la demande d'euthanasie de la patiente", déclare mercredi l'avocat du plaignant. Une démarche qui permettra de lever le doute qui plan...

Lire la suite