Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Peut-on euthanasier les patients qui ne sont pas en phase terminale, qui souffrent psychiquement ou qui sont atteints d'une maladie psychiatrique ?
Ce sont les fondements de la loi euthanasie qui sont mis en question par le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB)  dans l'Avis n° 73 qui vient d'être publié.

Ce document de 88 pages met le doigt sur les dysfonctionnements de la loi euthanasie en Belgique : si la demande d'euthanasie se base sur le concept de souffrance, comment la définir ? Qui peut juger du fait qu'elle est insupportable ? Est-elle inapaisable si le patient refuse qu'on la soulage ? Serait-il alors quand même "admissible" à l'euthanasie ? Qui juge du caractère incurable de la pathologie, surtout psychiatrique, à la base de la demande d'euthanasie ?

Pour plus de transparence et de contrôle, ne faut-il pas lever l'anonymat des médecins qui déclarent l'euthanasie à la Commission de contrôle ?

Ce sont donc bien plus que les questions d'euthanasie pour « fatigue de vivre », qui sont abordées dans l'Avis du CCBB puisqu'y est traitée la question de l'euthanasie pour souffrance psychique et aussi pour les patients atteints d'une affection psychiatrique.

A relever aussi le fait que le Comité de Bioéthique s'exprime par rapport aux critiques fréquentes faites à l'égard du travail de la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCE).

A lire : Flash Expert : "En route pour un débat sur la loi euthanasie en Belgique ?"

Et aussi : Flash Expert : Euthanasie pour « fatigue de vivre » ou  « anhédonie »


Articles similaires

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite

Eerste euthanasieklacht tegen Dr  Distelmans

Eerste euthanasieklacht tegen Dr Distelmans

- Euthanasie et suicide assisté

Na elf jaar euthanasie is bij de Orde van Geneesheren een eerste klacht ingediend tegen professor Wim Distelmans. ... De klacht tegen oncoloog en professor Distelmans is drie bladzijden dik. Dat blijkt uit een artikel in de Artsenkrant.
Alles draait om de dood van Godelieve De Troyer. Op 19 april 2012 gaf Distelmans de chronisch depressieve vrouw een dodelijke injectie. "Mijn zus en ikzelf waren niet op de hoogte. We konden geen afscheid van haar nemen", klaagt De Troyers zoon, Tom Mortier....

Lire la suite

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

A peine un an après la promulgation de la loi dépénalisant l'euthanasie des mineurs, s'exprime maintenant la volonté d'aller plus loin. Conférences, symposiums et articles de presse traduisent la volonté de certains médecins d'étendre le champ d'application de l'euthanasie aux personnes démentes (lien vers VUB-Gent) mais aussi aux nouveau-nés prématurés et/ou porteurs d'un handicap, et pour lesquels l'équipe médicale jugerait que la « qualité de vie » pose question. (Symposium International d'...

Lire la suite