Test de paternité : avis du Pr. Jean-Michel Foidart, médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique,

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Filiation

Actualités

Publié le : 29/11/2011

Le Bulletin de l'IEB du 29 novembre dernier reprenait l'information de la commercialisation par internet d'un test de paternité.

Le Pr. Jean-Michel Foidart, médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique, s'est exprimé à ce sujet. « Ce genre d'analyses, jusqu'à présent postnatales, avaient été déjà fermement condamnées par le Conseil national de l'Ordre des médecins qui avait rendu un avis très clair dès 2001, avis confirmé en 2009. Il s'agit d'une pratique qui n'est pas orientée vers le patient et qui est donc contraire à la déontologie médicale, l'art du médecin consistant essentiellement à poser un acte diagnostic à des fins thérapeutiques. Ici, il s'agit  d'une exploitation mercantile de la science en vue d'établir ou de contester une filiation génétique. Même si les tests de paternité fleurissent sur la toile, il est également important de rappeler que dans notre pays, à l'instar de la France, ils ne peuvent être réalisés légalement qu'avec l'autorisation d'un magistrat instructeur dans le cadre d'une procédure judiciaire.
Le médecin n'est pas dans son rôle et n'a pas à se faire le complice de la demande d'une femme qui aurait eu des rapports sexuels avec plusieurs partenaires et qui voudrait faire le tri parmi ceux-ci et décider si, oui ou non, elle poursuit sa grossesse. Je ne vois pas l'intérêt pour l'enfant de ne pas naître si c'est uniquement parce que le père ne convient pas à la mère, et je ne considère pas qu'il s'agisse d'un état de détresse tel que l'envisage la loi (NDLR dépénalisant l'avortement). C'est un choix pour convenance personnelle et non pas médical. En conclusion, j'invite les médecins à se montrer prudents car la réalisation d'une empreinte génétique, n'est pas un geste banal. Il est au contraire chargé de conséquences sociales. Personnellement je n'encouragerai pas une telle pratique.
» déclare le Pr. Jean-Michel Foidart.

Source: Journal du Médecin, 12 novembre 2011.


Articles similaires

Pologne : objection de conscience validée pour le médecin ayant refusé de pratiquer l’avortement

Pologne : objection de conscience validée pour le médecin ayant refusé de pratiquer l’avortement

- Clauses de conscience

Bogdan Chazan, médecin polonais et directeur de la clinique de la Sainte Famille à Varsovie avait été démis de son poste en juillet 2014 pour avoir refusé de pratiquer un avortement à la demande d'une femme dont l'enfant présentait des malformations. Conformément à ses convictions, le médecin avait invoqué son objection de conscience et refusé d'indiquer à la jeune femme qui accepterait de faire ce que lui-même se refusait d'accomplir  (voir Bulletin IEB du 10/09/2014). C'est surtout ce dernie...

Lire la suite

Euthanasie : étude sur les pratiques et attitudes des médecins belges

Euthanasie : étude sur les pratiques et attitudes des médecins belges

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude vient de sortir dans le cadre du projet MELC (Monitoring the quality of End-of-Life Care in Flanders) du programme IWT-SBO (agence de financement pour la science et la technologie en Flandre). Elle révèle les motifs pour lesquels les médecins de Flandre n'ont pas déclaré à la Commission d'évaluation les euthanasies qu'ils ont pratiquées, alors que la loi les y oblige.
Que dit cette étude? Dans tous les cas où le médecin néglige son obligation de déclarer l'euthanasie à la Commission ...

Lire la suite

L’Académie de médecine (France) s’oppose à une nouvelle loi sur l’euthanasie.

L’Académie de médecine (France) s’oppose à une nouvelle loi sur l’euthanasie.

- Euthanasie et suicide assisté

L'Académie réitère son opposition à l'euthanasie active ou à l'aide médicale au suicide : «Il n'est pas dans la mission du médecin de provoquer délibérément la mort. Aucun médecin ne saurait consentir à donner la mort. Aucun médecin ne saurait se voir imposer par la loi de transgresser cet interdit fondateur.»
Elle admet toutefois qu'il «devient nécessaire de faire progresser dans notre société la notion et l'expression des directives anticipées», un élément de la loi Leonetti qui permet à un ...

Lire la suite