Test de paternité : avis du Pr. Jean-Michel Foidart, médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique,

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Filiation

Actualités

Publié le : 29/11/2011

Le Bulletin de l'IEB du 29 novembre dernier reprenait l'information de la commercialisation par internet d'un test de paternité.

Le Pr. Jean-Michel Foidart, médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique, s'est exprimé à ce sujet. « Ce genre d'analyses, jusqu'à présent postnatales, avaient été déjà fermement condamnées par le Conseil national de l'Ordre des médecins qui avait rendu un avis très clair dès 2001, avis confirmé en 2009. Il s'agit d'une pratique qui n'est pas orientée vers le patient et qui est donc contraire à la déontologie médicale, l'art du médecin consistant essentiellement à poser un acte diagnostic à des fins thérapeutiques. Ici, il s'agit  d'une exploitation mercantile de la science en vue d'établir ou de contester une filiation génétique. Même si les tests de paternité fleurissent sur la toile, il est également important de rappeler que dans notre pays, à l'instar de la France, ils ne peuvent être réalisés légalement qu'avec l'autorisation d'un magistrat instructeur dans le cadre d'une procédure judiciaire.
Le médecin n'est pas dans son rôle et n'a pas à se faire le complice de la demande d'une femme qui aurait eu des rapports sexuels avec plusieurs partenaires et qui voudrait faire le tri parmi ceux-ci et décider si, oui ou non, elle poursuit sa grossesse. Je ne vois pas l'intérêt pour l'enfant de ne pas naître si c'est uniquement parce que le père ne convient pas à la mère, et je ne considère pas qu'il s'agisse d'un état de détresse tel que l'envisage la loi (NDLR dépénalisant l'avortement). C'est un choix pour convenance personnelle et non pas médical. En conclusion, j'invite les médecins à se montrer prudents car la réalisation d'une empreinte génétique, n'est pas un geste banal. Il est au contraire chargé de conséquences sociales. Personnellement je n'encouragerai pas une telle pratique.
» déclare le Pr. Jean-Michel Foidart.

Source: Journal du Médecin, 12 novembre 2011.


Articles similaires

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mardi 8 décembre 2015, 65 spécialistes ont publié dans  De Morgen et dans La Libre, une carte blanche dénonçant l'euthanasie pour souffrances psychiques, pointant "l'impossibilité d'en objectiver l'incurabilité". « Nous voyons, par exemple, comment certaines personnes qui ont été déclarées incurables et qui, sur cette base, ont obtenu le droit à une euthanasie, y renoncent parfois finalement quand de nouvelles - et fragiles - perspectives se font jour. Ceci prouve paradoxalement que la mala...

Lire la suite

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

- Recherche sur les embryons

En effet, les risques de rejet sont moindres que pour les cellules souches issues d'un prélèvement de moelle osseuse d'un donneur, et elles ne requièrent pas d'opération pour les isoler. Cependant, leur intérêt est limité en pratique parce que leur nombre est souvent trop faible pour le traitement d'un adulte.
Des chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié une molécule (appelée UM171) capable de stimuler "ex-vivo" la prolifération de ces cellules et ont ensuite réalisé avec succès un...

Lire la suite

Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

- Euthanasie et suicide assisté

Agés de 9, 11 et 17 ans, ils ont été euthanasiés entre janvier 2016 et décembre 2017.

C'est ce que révèle le huitième rapport de la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie , couvrant la période 2016-2017. L'adolescent de dix-sept ans était atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne, et le petit garçon de neuf ans avait une d'une tumeur au cerveau. Quant à l'enfant de 11 ans, il était atteint de fibrose kystique.

C'est en juillet 2014 que le gouvernement a voté l'...

Lire la suite