FR NL EN

Bulletin de l'IEB - 29 novembre 2011

ImprimerRecommander
[Français] 29 novembre 2011

Sommaire

  •   Test de paternité durant la grossesse en Belgique
  •   Leuven: production de cellules souches adultes issues de tissus graisseux
  •   Ethical points in caring for people nearing death
  • Test de paternité durant la grossesse en Belgique

    22/11/2011 - Début de vie

    Une prise de sang chez la maman suffit. En effet, « La procédure du test consiste à analyser l’ADN fœtal libre circulant  isolé du plasma du sang de la mère avec les échantillons d’ADN de la mère et du père présumé. Comme ces marqueurs changent d’une personne à l’autre, l’analyse d’un tel nombre de marqueurs permet d’obtenir une empreinte génétique individuelle. A l’aide d’un logiciel de bioinformatique, nous comparons ces empreintes pour confirmer ou infirmer la paternité. » indique le communiqué de presse diffusé tous azimuts en Belgique. Ce test peut être commandé via Internet pour un montant de 1200 €. Les résultats arrivent par la poste ou par mail.
    Présente dans 25 pays, Easy DNA est spécialisée dans la prestation de services dans le domaine des tests ADN dans le secteur privé aussi bien que dans le secteur public.

    le fait de baser la publicité du test sur l’absence de risque médical de celui-ci par rapport à d’autres tests qui existent déjà (amniocentèse ou le CVS (échantillonnage des villosités choriales) pose une question éthique.

    De plus, comme le souligne Gilles Genicot, professeur de droit médical, avocat et membre du Comité consultatif de bioéthique, « dire que cette nouvelle technique est sécurisante n’est pas pour autant socialement souhaitable. » Un autre praticien souligne que la stratégie consistant à commercialiser un test alors que les études scientifiques ne sont pas encore parues est aussi éthiquement discutable.

    La question éthique de cette démarche doit aussi et surtout envisager l’éventualité d’un avortement. La femme, lors de l'entretien "préparatoire", n’a pas à justifier la cause de sa « détresse » ; on ne demande pas à la femme enceinte quelles sont ses motivations. Or l’identité du père peut en être une. Lui, par contre, n’a pas la possibilité de s’opposer à l’avortement.

    En Belgique, Le Comité consultatif de bioéthique a rendu le 13 novembre 2006 un avis fouillé (avis no 37) portant sur l’usage des tests ADN en matière de détermination de la filiation. Cet avis peut être consulté ici et ici.

    On lira avec intérêt les derniers avis du Conseil national de l’Ordre des médecins à ce sujet.

    Il est également important de rappeler que dans notre pays, à l’instar de la France, ces tests ne peuvent être réalisés légalement qu’avec l’autorisation d’un magistrat instructeur dans le cadre d’une procédure judiciaire.

     

     

    Leuven: production de cellules souches adultes issues de tissus graisseux

    22/11/2011 - Recherche biomédicale

    "Avec Cellerix, TiGenix est la plateforme de thérapie cellulaire la plus avancée du monde. Cette plateforme est la seule qui ait obtenu l'approbation des autorités européennes pour faire des études cliniques et les commercialiser immédiatement." affirme le communiqué de presse diffusé largement ces jours-ci en Belgique.

    TiGenix espère surtout tirer sa croissance des 3 nouveaux produits apportés par Cellerix, tous  en cours d'études cliniques, et fabriqués à partir des cellules souches adultes issues de tissus graisseux. Une originalité par rapport aux autres biotechs, qui utilisent pour la plupart des cellules de la moelle osseuse ou du placenta. "Nous utilisons de la graisse provenant des cliniques de liposuccion. Nous en extrayons des cellules souches. Avec un donneur, nous pouvons fabriquer 360.000 doses du traitement compatible avec n'importe quel malade, contrairement aux cellules issues de la moelle osseuse du seul patient", indique le CEO, Eduardo Bravo.

     

    Ethical points in caring for people nearing death

    Issues linked to ageing and the end of life are complex and sometimes painful. The questions surrounding this topic are sensitive and cannot have a simple response. They challenge our sense of solidarity and our ingenuity in seeking ways and means to express true compassion and act appropriately.  

    Several people have become household names as part of the debate on the end of life. Whether we like it or not, they have become part of our collective memory: Karen Ann Quinlan and Terri Schiavo from the United States, Ramón Sampedro and Immaculada Echevarría from Spain, Vincent Humbert and Chantal Sébire from France, Piergiorgio Welby and Eluana Englaro from Italy, Hugo Claus from Belgium, and many others.  

    The media has focussed on extreme cases which have been brought to public attention because of their particularly dramatic nature. Thus, the discussion has largely been based around certain "unusual" situations with high emotional stakes. Because of this, the complex and sensitive public debate surrounding the end of life is all too often reduced to a few paltry clichés and stereotypes built on feelings rather than an exchange of rational arguments. There is no end to specialised publications on this topic; however, their distribution often remains limited to the narrow circles of legal expertise, philosophy and medicine. Meanwhile, public opinion oscillates between knowledge, misunderstandings and approximations, and rigorous examination often gives way to the feelings, spectres and fears surrounding death.

    Dosssier of the European Institute of Bioethics 

Faire un don à l'IEB