L’Etat affecte chaque année 4 millions d’euros à la congélation des gamètes

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 23/10/2019

En 2018, 524 patients atteints de cancer ont fait congeler leurs gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes) en Belgique. Il s'agit d'hommes et de femmes qui, suite au diagnostic de cancer, ont dû subir un traitement lourd, de chimiothérapie, radiothérapie, ou de chirurgie qui risquait d'altérer leurs gamètes et causer l'infertilité. Ils se sont ainsi vu proposer la cryoconservation de leurs ovocytes ou spermatozoïdes, une technique intégralement remboursée par la sécurité sociale depuis 2017. En congelant leurs gamètes, ces personnes espèrent pouvoir avoir un enfant plus tard par procréation médicalement assistée (fécondation in vitro ou insémination artificielle).

« La plupart d'entre eux étaient atteints d'affections hématologiques malignes, comme la leucémie ou un lymphome », a précisé le cabinet de la Ministre de la santé. « Les autres affections courantes étaient le cancer du sein et le cancer des testicules. Sur ces 524 patients, 73 étaient âgés de moins de 16 ans.

Le coût d'une cryoconservation tourne autour des 1.300 euros pour un échantillon de spermatozoïdes, et de 3.500 euros pour les ovocytes. 4 millions d'euros affectés chaque année au remboursement de ces techniques.

Depuis 2019, le remboursement de la technique est étendu à d'autres groupes de patients : aux femmes atteintes d'une tumeur borderline de l'ovaire, aux patients atteints de maladies sanguines rares (thalassémie, drépanocytose) et qui doivent subir une greffe de cellules souches, et aux hommes atteints d'un cancer des testicules qui doivent subir une intervention chirurgicale (sans chimiothérapie ou radiothérapie).

Du côté de la femme, il faut rappeler que l'ovocyte reste très fragile : malgré les progrès des techniques de vitrification, il peut être déchiré ou abimé suite au procédé. Il ne faut pas non plus oublier que le prélèvement d'ovocytes engendre aussi pour la femme des risques liés à l'hyperstimulation ovarienne et à la ponction, la lourdeur de ces interventions, et que son âge plus avancé pour soutenir une grossesse l'expose à de plus grands risques de diabètes gestationnels, pré-éclampsies, accouchements par césarienne, enfant né à pré-terme, … Voir le Dossier de l'IEB sur La question des gamètes dans la procréation médicalement assistée en Belgique.


Articles similaires

Plus de 24 millions d’euros pour la procréation médicale assistée en Belgique

Plus de 24 millions d’euros pour la procréation médicale assistée en Belgique

- Procréation médicalement assistée

En 2010, l'assurance maladie-invalidité (Inami) a remboursé 19.469 fécondations in vitro, 18.498 inséminations artificielles, 14.952 ponctions d'ovocytes et 17.757 "lavages" de sperme afin de le rendre plus fécondant. Le coût total de ces opérations a été de 10,01 millions d'euros.

S'ajoute à cela, en 2010 toujours, la prise en charge par l'Inami de 16.019 forfaits pour traiter l'infertilité féminine contre 10.327 l'année précédente. Coût total: 14,534 millions d'euros. Au total, cela revient...

Lire la suite

Pays-Bas : fivete avec don de gamètes jusqu’à 50 ans

Pays-Bas : fivete avec don de gamètes jusqu’à 50 ans

- Procréation médicalement assistée

Aux Pays-Bas, la limite d'âge pour une FIV (fécondation in vitro) avec don de gamètes ou avec décongélation de ses propres ovocytes va passer de 45 à 50 ans. Actuellement, seules les femmes de 45 ans ou moins, et dont le prélèvement d'ovocytes a eu lieu avant leur 43ème année, peuvent bénéficier d'un tel procédé. Cette limite sera donc portée à 50 ans. Toutefois, après 45 ans, il n'y aura plus de remboursement possible.
C'est en effet la décision que la Ministre de la Santé Edith Schippers a p...

Lire la suite

France : 2018, l’année de la PMA pour toutes

France : 2018, l’année de la PMA pour toutes

- Procréation médicalement assistée

Lors des élections présidentielles française de 2017, Emmanuel Macron avait déclaré être favorable pour l'extension de la loi sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. Ainsi, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu en juin 2017, un avis favorable concernant la question. Avis majoritaire mais non unanime puisqu'un quart des membres du comité s'étaient déclarés opposés à tout élargissement. Mais ce 12 septembre 2017, la secrét...

Lire la suite