Modifications du génome humain : l’OMS veut garder le lead et donne un accord de principe

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Modifications génétiques

Actualités

Publié le : 05/08/2021

Auteur / Source : Institut Européen de Bioéthique

Le Comité consultatif d'experts de l'OMS* pour l'encadrement et la surveillance des modifications apportées au génome humain a publié ses recommandations ainsi qu'un cadre de gouvernance à destination des décideurs nationaux et internationaux. Ces documents contiennent avant tout un cadre de réflexion et une série de questions qui doivent être abordées avant de procéder à l'encadrement légal des techniques de modification du génome humain.

Aucune prise de position par rapport aux différentes applications de ces techniques ne ressort des recommandations du Comité. Ces dernières étaient attendues depuis la réaction sévère de la communauté scientifique internationale aux expérimentations du chercheur chinois He Jiankui. En effet, en novembre 2018, ce dernier annonçait la naissance de deux jumelles dont l'ADN avait été modifié grâce à la technologie CRISPR - Cas9 (Actualité IEB). En juillet 2019, l'OMS déclarait qu'il était pour le moment irresponsable de procéder à des modifications de la lignée germinale humaine et annonçait de prochaines recommandations.

Les rapports s'arrêtent sur les différents défis que posent les avancées en matière de modifications du génome humain, leurs risques et bénéfices : les modifications somatiques après la naissance (de certaines cellules du corps dans l'espoir de guérir une maladie), les modifications somatiques de cellules du foetus in utero, les modifications héréditaires des cellules germinales, les modifications épigénétiques et enfin, celles visant à augmenter les capacités humaines. L'objectif du Comité n'est pas d'interdire ou de permettre telle ou telle application clinique, mais de favoriser la coopération, la transparence, le contrôle et la sécurité autour de ces pratiques en plein développement. Soucieux de garder le lead mondial en matière de santé, l'Organisation semble consciente que si elle n'intervient pas, ou se montre trop fermée aux perspectives de modifications du génome humain, ces pratiques se développeront dans l'ombre de pays peu soucieux de vérifier leur sécurité. De plus, l'OMS souhaite que les bénéfices de ces nouvelles techniques pour la santé soient partagés de façon équitable entre les différentes populations.

On remarquera que nulle part dans ces deux documents, n'apparaît la moindre préoccupation éthique de la part de l'OMS à l'égard des innombrables embryons utilisés et détruits au cours des recherches sur les modifications génétiques de l'embryon.

*OMS : Organisation Mondiale de la Santé


Articles similaires

La Belgique, n°1 en nombre de donneurs d'organes

La Belgique, n°1 en nombre de donneurs d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

En janvier 2012, la Belgique est passée en tête du classement européen et mondial dans le nombre de donneurs d'organes : 25 donneurs pour un million de personnes. Selon la loi de 1986 sur le don et la transplantation d'organes, "tous les Belges sont des donneurs potentiels automatiquement à leur mort sauf si une opposition formelle a été enregistrée auprès de la commune". Selon la revue L'Avenir, le don d'organes s'est multiplié par quatre en Belgique depuis 2005.

7sur7.be - Express.be (Arnau...

Lire la suite

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ...

Lire la suite

Alzheimer : manque de moyens financiers et humains

Alzheimer : manque de moyens financiers et humains

- Alzheimer

«La Belgique se trouve au sommet mondial en matière de recherche sur la maladie d'Alzheimer, il manque seulement le financement approprié», explique la Fondation Alzheimer en septembre dernier, qui ajoute que les chiffres officiels font état de 165.000 personnes diagnostiquées comme souffrant de démence, dont 130.000 sont des patients Alzheimer. «Les personnes diagnostiquées ne sont que le sommet de l'iceberg», souligne le professeur Christine Van Broeckhoven en septembre 2012. «La réalité est...

Lire la suite