Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 18/05/2015

La gestation pour autrui (GPA) est réglementée depuis maintenant plus de 30 ans au Royaume-Uni. Il est notamment prévu que toute forme de GPA commerciale est interdite, mais que des dédommagements, jusqu'à hauteur de 20.000 euros, peuvent être payés par le couple commanditaire pour couvrir les frais de la grossesse. Alors que le législateur voulait par ce cadre légal éviter toute dérive, la réalité montre que la pratique n'est pas sans poser de problèmes.
Ainsi, récemment, une mère porteuse se serait rétractée après « un accord » de gestation pour autrui. Avant de tomber enceinte, celle-ci aurait promis, de façon informelle, de remettre le bébé à un couple gay dont l'un des partenaires est le père biologique de l'enfant (insémination artificielle de son sperme). Cependant, après avoir donné naissance à une fille, la maman a décidé de la garder. La Haute Cour de Justice du Royaume-Uni vient d'ordonner à celle-ci de remettre son enfant au couple d'hommes. La petite fille, âgée de 15 mois, devra donc aller vivre avec son père biologique et son compagnon.
L'affaire a relancé le débat sur la GPA outre-Manche. Certains avocats spécialisés dans les contrats de GPA demandent que de véritables contrats de travail soient mis en place, qui empêcheraient toute ambiguïté ou rétractation malencontreuse de la femme. Le leader démissionnaire des libéraux-démocrates, Nick Clegg, a, de son côté, appelé à abandonner le cadre actuel par manque de candidates de femmes porteuses. Il a ainsi suggéré que les couples de même sexe devraient pouvoir avoir recours à des mères porteuses moyennant rétribution. D'autres voix s'élèvent pour demander que des agences intermédiaires facilitant la rencontre de l'offre de femmes et la demande de ces couples, aient liberté d'action. Aux Etats-Unis, de telles agences peuvent exiger jusqu'à 150.000 dollars par bébé, comme l'a montré le récent salon organisé à Bruxelles par le consortium « Men Having Babies ». (Bulletin de l'IEB)
Tolérée en Belgique mais formellement interdite en France, la GPA est de plus en plus courante au Royaume-Uni, où de nombreux couples y ont recours.
Source : Le Figaro
 


Articles similaires

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

- Gestation pour autrui

La Grèce est le troisième pays européen à avoir autorisé la gestation pour autrui (GPA) en 2014, après le Royaume-Uni et la Roumanie. Depuis lors, la pratique des mères porteuses est en pleine expansion, attirant de nombreux couples de tous les pays. Une émission de BFM TV révèle le développement exponentiel des mères porteuses en Grèce « nouvel eldorado de la GPA. »
A l'heure actuelle, une dizaine de cliniques se sont déjà spécialisées dans le domaine. De la fécondation in vitro dans le sein ...

Lire la suite

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) pose de nombreuses et délicates questions sur le plan juridique, en particulier sur le plan du lien de filiation avec le père biologique ou la mère d'intention.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la pratique de la GPA, du point de vue de son articulation avec les droits fondamentaux, en particulier le droit au respect de la vie privée et familiale.

L'Institut Eu...

Lire la suite

Royaume-Uni : quand une femme accouche de son petit-fils

Royaume-Uni : quand une femme accouche de son petit-fils

- Gestation pour autrui

Au Royaume-Uni, Julie Bradford vient de mettre au monde le fils de sa propre fille, Jessica. Cette dernière, âgée de 21 ans, est atteinte depuis trois ans d'un cancer du col de l'utérus dont le traitement l'empêche d'avoir des enfants.

Désireuse d'être un jour maman, elle a rapidement opté pour la congélation de ses ovules ; une pratique d'ailleurs assez répandue en Angleterre. Il y a neuf mois, elle et son mari ont procédé à une fécondation in vitro.

Ne pouvant, du fait de sa maladie, porte...

Lire la suite