L’offre illimitée de contraception d’urgence, sans effets pervers ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 18/04/2018

Alors que la grande majorité des médicaments connaît d'importantes restrictions lorsqu'ils sont commercialisés en vue d'éviter toute consommation inappropriée ou abusive, une exception existe : les "médicaments" de contraception d'urgence (MCU), qui peuvent aussi se révéler être abortifs.

En plus d'être anonyme, la distribution de MCU est gratuite pour les mineures depuis l'an 2000 en France. Elle est disponible sur demande en pharmacie et infirmerie d'école.

En Belgique, elle est en vente libre dans les pharmacies, et intégralement remboursée pour les jeunes de moins de 21 ans depuis 2004. Elle est distribuée gratuitement dans les centres de planning familiaux. (Voir aussi : "Belgique : pilule du lendemain : comment les centres de planning peuvent-ils sortir de l'illégalité?")

En France, la quantité de MCU distribués a été multipliée par 7 entre 2002 et 2010. En 2016, ce sont 1.336.057 femmes qui l'ont avalée. Le nombre de mineures parmi elles n'est pas connu. Ce libre accès, qui déroge aux règles usuelles de sécurité sanitaire, se justifie par une volonté politique d'éviter le recours des mineures à l'avortement.

Une analyse réalisée par le Professeur Florence Taboulet, de l'Université Toulouse, démontre que l'objectif n'a pas été atteint dans la pratique, et que cette politique pourrait en outre être porteuse d'effets pervers.

Puisque la délivrance de la pilule est anonyme de par l'absence de prescription médicale, la femme ne bénéficie d'aucun suivi. Il n'y a aucune traçabilité des MCU délivrées, donc aucune possibilité de contrôler la quantité de MCU qu'une femme aura consommée au cours sa vie, ni la fréquence de ses prises. Sans prescription, le droit d'accès aux MCU se révèle en pratique illimité.

Selon le Professeur Taboulet, ce libre accès correspond juridiquement à « un droit absolu à la solution de rattrapage, sans contrepartie et sans responsabilité ». Il donne aux MCU une image de produit de consommation anodin, alors que nous ignorons si la prise à répétition de ces produits est réellement innocente. Le principe d'anonymat empêche jusqu'à présent toute étude sur la question.

Aucune réelle corrélation ne peut ensuite être posée entre l'augmentation constante du recours aux MCU et le nombre d'avortement pratiqués, chiffre qui a augmenté jusqu'en 2006, avant de diminuer à nouveau.

Par contre, la grande accessibilité des MCU pourrait modifier le comportement sexuel de certaines mineures. En Angleterre et aux USA, des études ont démontré la survenance, depuis l'accès aux MCU, d'une augmentation d'infections sexuellement transmissibles, et donc a fortiori une augmentation d'expériences sexuelles à risque. Le Professeur Taboulet estime leur étude transposable à la France, et pourquoi pas à la Belgique. 

L'impact des MCU sur les grossesses des jeunes est une question importante : leur offre illimitée pourrait influer le comportement de celles-ci, puisqu'elles ne supporteraient plus automatiquement toutes les conséquences de leurs expériences sexuelles.

Source : "La contraception durgence chez les mineures. une offre illimitée en manque d'évaluation", Pr. Florence Taboulet, in Medecine et Droit, 2018, 31-38


Articles similaires

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

- Contraception

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours ...

Lire la suite

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

- Contraception

Aux Pays-Bas, de moins en moins de femmes ont recours à la contraception hormonale. En 2017, 1.7 millions de femmes se sont vues prescrire la pilule, l'implant ou le stérilet hormonal, ce qui représente 43 % des femmes en âge de procréer, contre 48 % en 2015.

Si cette baisse de « consommation » concerne tous les âges de 15 à 48 ans, elle est la plus forte parmi les femmes entre 21 et 31 ans. Jusqu'à 21 ans, la contraception est en effet automatiquement remboursée par la sécurité sociale.

La ...

Lire la suite

Belgique : enquête sur la contraception

Belgique : enquête sur la contraception

- Contraception

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à c...

Lire la suite