Une enquête gouvernementale sur les conséquences de l’avortement en Allemagne

Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Le Gouvernement allemand vient d'accorder un budget de 5 millions d'euros au Ministre de la santé Jens Spahn (CDU), pour lui permettre de mener à bien une enquête sur les conséquences psychologiques à long terme de l'avortement chez les femmes. Il s'agit d'étudier l'existence des « syndromes post-avortement » et de voir dans quelle mesure ils peuvent affecter les femmes. L'enquête doit se dérouler de 2020 à 2023, à raison de 1.25 million d'euros alloué par an.

Cette décision a entraîné de nombreuses réactions, notamment du côté du parti socialiste (SPD), qui appartient à la coalition majoritaire (avec le CDU et le CSU). Hilde Mattheis, rapporteur du groupe parlementaire SDP sur la santé des femmes, a ainsi déclaré : « Cinq millions d'euros sont gaspillés pour une étude scientifiquement absurde et à caractère idéologique. » Les opposants à l'enquête mettent en avant des études déjà menées, qui montreraient qu'une minorité de femmes regrette d'avoir avorté, et que seulement une minorité d'entre elles en garderait des séquelles.

Cette autorisation du Gouvernement s'inscrit dans le contexte d'un compromis politique. En effet, après des mois de négociation, le SPD a quant à lui obtenu des deux autres partis de la coalition que les médecins et les hôpitaux soient autorisés à afficher qu'ils pratiquent l'avortement (ce qui est considéré comme une publicité de l'avortement, jusqu'à présent sanctionnée pénalement).

L'amendement a été approuvé par le gouvernement mais doit encore être voté par le Parlement. 

A l'heure où toute remise en question de l'avortement paraît souvent inabordable dans le débat public, on peut se réjouir d'une telle prise de responsabilités de la part d'un gouvernement, soucieux de poser un regard attentif sur la réalité de l'avortement.

Pour en savoir plus sur les conséquences psychologiques de l'avortement, voir le Dossier de l'IEB.

 Sources : Hilde-mattheis.de,  Bundesministerium der Justiz und für Verbraucherschutz,  Avortementeurope.org


Articles similaires

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

- Avortement

Un médecin polonais, professeur et obstétricien de renom, a invoqué sa clause de conscience en refusant de pratiquer un avortement sur une femme enceinte par fécondation in vitro d'un enfant malformé. Le Pr Bogdan Chazan de l'hôpital de la Sainte-Famille à Varsovie, a proposé de prendre le meilleur soin possible de la mère et de l'enfant jusqu'après l'accouchement, et de procurer des soins palliatifs au bébé dont la malformation laissait en effet prévoir qu'il ne survivrait guère. La santé de ...

Lire la suite

Nouveau Dossier de l’IEB sur l’avortement suite à la réforme législative

Nouveau Dossier de l’IEB sur l’avortement suite à la réforme législative

- Avortement

Ce Dossier aborde l'historique de la loi relative à l'interruption volontaire de grossesse, ses 28 ans d'application, ses conditions légales, la pratique de l'avortement en Belgique et son évolution, ainsi que les dernières modifications apportées par la loi du 15 octobre 2018.

Le 15 octobre 2018, le Parlement a adopté une loi relative à l'avortement, qui désormais ne figure plus dans le Code pénal.  Certaines conditions pour le pratiquer sont modifiées ou supprimées. Ces modifications conce...

Lire la suite

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

- Avortement

Nouveau Flash Expert : pour y voir clair...

Depuis près d'un an, les discussions sur la sortie de l'avortement du Code Pénal ont repris. Dans la brochure du Centre d'Action Laïque, une question est posée : « La pénalisation de l'avortement dans la législation belge est-elle compatible avec les législations internationales signées par la Belgique qui consacrent ce droit ? » (Lire : ce droit à l'avortement).

Il parait urgent dans ce contexte de le rappeler : aucune convention internationale et...

Lire la suite