Une enquête gouvernementale sur les conséquences de l’avortement en Allemagne

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 15/02/2019

Le Gouvernement allemand vient d'accorder un budget de 5 millions d'euros au Ministre de la santé Jens Spahn (CDU), pour lui permettre de mener à bien une enquête sur les conséquences psychologiques à long terme de l'avortement chez les femmes. Il s'agit d'étudier l'existence des « syndromes post-avortement » et de voir dans quelle mesure ils peuvent affecter les femmes. L'enquête doit se dérouler de 2020 à 2023, à raison de 1.25 million d'euros alloué par an.

Cette décision a entraîné de nombreuses réactions, notamment du côté du parti socialiste (SPD), qui appartient à la coalition majoritaire (avec le CDU et le CSU). Hilde Mattheis, rapporteur du groupe parlementaire SDP sur la santé des femmes, a ainsi déclaré : « Cinq millions d'euros sont gaspillés pour une étude scientifiquement absurde et à caractère idéologique. » Les opposants à l'enquête mettent en avant des études déjà menées, qui montreraient qu'une minorité de femmes regrette d'avoir avorté, et que seulement une minorité d'entre elles en garderait des séquelles.

Cette autorisation du Gouvernement s'inscrit dans le contexte d'un compromis politique. En effet, après des mois de négociation, le SPD a quant à lui obtenu des deux autres partis de la coalition que les médecins et les hôpitaux soient autorisés à afficher qu'ils pratiquent l'avortement (ce qui est considéré comme une publicité de l'avortement, jusqu'à présent sanctionnée pénalement).

L'amendement a été approuvé par le gouvernement mais doit encore être voté par le Parlement. 

A l'heure où toute remise en question de l'avortement paraît souvent inabordable dans le débat public, on peut se réjouir d'une telle prise de responsabilités de la part d'un gouvernement, soucieux de poser un regard attentif sur la réalité de l'avortement.

Pour en savoir plus sur les conséquences psychologiques de l'avortement, voir le Dossier de l'IEB.

 Sources : Hilde-mattheis.de,  Bundesministerium der Justiz und für Verbraucherschutz,  Avortementeurope.org


Articles similaires

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

- Avortement

Cela fait 23 ans que l'avortement est autorisé en Belgique. " Il est urgent que d'autres universités que l'ULB s'impliquent dans la formation des jeunes généralistes pratiquant l'avortement, au risque d'aboutir à une pénurie, et donc d'en limiter l'accès au droit " a écrit le docteur Dominique Roynet dans l'état des lieux 2013 du Centre d'Action Laïque (CAL) sur l'avortement.
Celle-ci dénonce également le recours abusif à l'avortement médicamenteux (méthode qui n'est ni simple ni indolore) pou...

Lire la suite

ONU: l’avortement pour raisons de handicap ?

ONU: l’avortement pour raisons de handicap ?

- Avortement

Alors que le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU révise actuellement la définition du « droit à la vie », et que la volonté d'imposer la légalisation de l'avortement à tous les Etats est de plus en plus forte, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies réagit dans un document officiel : « les lois qui autorisent explicitement l'avortement en raison d'un handicap violent la Convention des droits des personnes handicapées (Art. 4,5 et 8) ».

Le Comité explique qu'en effet...

Lire la suite

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

- Avortement

A l'affirmation d'une journaliste selon laquelle pratiquer un avortement ne serait pas un homicide, le Dr. Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues français (Syngof), a répliqué : « Si, Madame (...) Les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus. (...) Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. (...) Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d'avoir votre opinion, et si je ne l'ai pas, la loi me protège. Et ma conscience aussi. » Le médecin s'est ensuite e...

Lire la suite