Interruption Médicale de Grossesse : l’objection de conscience des médecins menacée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 24/10/2018

L'Association Médicale Mondiale vient d'adopter une nouvelle prise de position sur l'Interruption Médicale de Grossesse (IMG) ou avortement pour raisons "thérapeutiques".

Ni le préambule, ni les recommandations ne font référence à l'enfant à naître. De même, le texte ne mentionne plus le devoir des médecins de « maintenir le plus grand respect pour la vie humaine dès la conception ». Seule importe désormais la santé de la femme : « Dans tous les cas, les médecins ont l'obligation d'effectuer les actes nécessaires pour préserver la vie de la femme enceinte et d'empêcher tout risque grave pour sa santé. ».

Selon Gregor Puppinck, l'ambiguité autour du mot "santé" (physique et/ou mentale) est inquiétante, "car la définition floue que l'on donne aujourd'hui de la santépermet, en soi, d'élargir le champ de l'obligation de pratiquer un avortement.

Une telle perception amène l'AMM à restreindre le droit à l'objection de conscience des médecins. Celui-ci est entaillé d'une obligation de renvoi vers un « collègue qualifié », poussant ainsi les médecins à coopérer indirectement à un acte que réprouve leur conscience.

Les recommandations de l'AMM laissent entrevoir une réelle inquiétude, au niveau international désormais, face aux refus croissants des médecins de pratiquer des avortements. (Voir notamment le débat actuel autour de la clause de conscience en France et en Italie) La position de l'AMM, qui travaille en collaboration avec l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), pourrait avoir un impact important sur le droit international en matière d'avortement.

Cette position de l'AMM fait aussi écho à la nouvelle loi belge relative à l'avortement. Celle-ci oblige dorénavant le médecin objecteur de conscience d'indiquer à la femme qui le consulte un collègue, un centre d'avortement ou un service hospitalier qu'elle peut solliciter pour sa demande d'avortement.

Source : www.wma.net, Gènéthique


Articles similaires

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

- Avortement

A l'heure où plusieurs lobbies ont entamé récemment une campagne visant à sortir l'avortement du code pénal, la conjonction de deux événements, à savoir un cours de philosophie dispensé à l'Université Catholique de Louvain par le professeur Stéphane Mercier - où ce dernier déployait un argumentaire qualifiant l'avortement de meurtre - et une interview radio de la porte-parole de la Marche pour la Vie, Constance du Bus, a permis de faire surgir, au-delà du débat souvent brimé sur l'avortement, ...

Lire la suite

Pénurie de médecins  pratiquant l’avortement ?

Pénurie de médecins pratiquant l’avortement ?

- Avortement

C'est dans une publication du Centre d'action laïque (CAL) que le Dr Dominique Roynet, partage sa vision à propos de la pratique de l'avortement en Belgique. " Faire des avortements ne s'improvise pas : outre une expertise de la technique de vacu-aspiration sous anesthésie locale, il faut maîtriser la dimension relationnelle et émotionnelle de cet acte peu banal dans la vie d'une femme, pouvoir travailler en équipe pluridisciplinaire et accepter d'être mal payé. " C'est pourquoi, selon elle, i...

Lire la suite

Registre des médecins et auxiliaires disposés à participer à une interruption de grossesse

Registre des médecins et auxiliaires disposés à participer à une interruption de grossesse

- Avortement

Le  5 mai 2011, une proposition de loi a été déposée devant le Sénat (Bart Laeremans et consorts) visant à modifier le code pénal dans ses dispositions relatives à l'avortement. Les auteurs constatent qu'actuellement, les médecins, infirmiers et auxiliaires médicaux qui ne souhaitent pas concourir à une interruption de grossesse doivent le manifester expressément. Les auteurs s'inquiètent que de nombreux médecins et infirmiers stagiaires sont intimidés ou craignent que leur refus puisse avoir ...

Lire la suite